Preliminary Statement on the Upheaval in Iran

par

Spécial Iran (13)

The blatant theft of the June elections has touched off the biggest crisis for the Islamic Republic of Iran in over two decades. Large sectors of the Iranian people have come into the streets to protest, especially youth, women, and intellectuals. Already, the population is beginning to lose its fear, at least in major cities like Isfahan, Tabriz, and Shiraz, and especially Tehran, where protestors have repeatedly confronted the fundamentalist Basiji militia, in some cases driving them off the streets.

Since the 2005 election of Mahmoud Ahmadinejad to the presidency, the regime has tightened repression, clamping down on women, youth, and trade unions, while at the same time engaging in flights of demagoguery in the form of right-wing populism. Ahmadinejad, the fraudulent President, taunted the opposition at his large victory rally on June 14. He called them “dirt,” ridiculed their charges of fraud, threatened them with arrest, and in a blatant example of his reactionary form of anti-imperialism, stated that in Iran, “everything is grounded in moral values,” but in the West, “thieves, homosexuals and other impure people are included in the electorate in order to gain a few votes” (Le Monde, 6/14/09).

The next day, the clownish Ahmadinejad got his answer, as over one million protestors filled Tehran’s Azadi Square, far surpassing the pro-regime rally. Sporting green, the color of the opposition, they assembled despite a decree deeming their rally illegal. In fact, the regular police allowed the rally to proceed, with many even seeming to express sympathy with the demonstrators. The Basiji struck back, however, killing 7 demonstrators who had massed outside one of their headquarters. That morning plainclothes security officers also attacked a dormitory at Tehran University, killing 5 students. (Students were also killed in Shiraz.) Hundreds of thousands of protestors have been coming onto the streets every day since then.

While earlier protests as in 1999 were largely confined to student youth, this one is far broader. Its massive character is based in part on the fact that the clerical-military oligarchy that has run Iran since 1979 is itself divided as never before. On the one side are the most reactionary fundamentalists like Ahmadinejad, as well as those who hold the real power, Supreme Religious Leader Ali Khamenei, hardcore elements of the repressive apparatus (Revolutionary Guards and the “volunteer” Basiji militia), and the judiciary. On the other side are ranged several important Islamic Reformist and pragmatic conservative figures, from Moussavi and his wife, Zahra Rahnavard, to the immensely popular former President Muhammad Khatami (1997-2005), to the more conservative and extremely powerful Hashemi Rafsanjani, and some prominent clerics, most notably Grand Ayatollah Hussein Montazeri. (It should be noted that almost all of these figures, including Moussavi, were uncritical supporters of Khomeini and participants in the bloody repression of secular leftists and feminists during the 1980s.)

During the last weeks of the campaign, Moussavi spoke out against the repression of the youth, against polygamy, and in favor of a whole series of gender reforms as well as the rights of ethnic minorities. Rahnavard, who received vicious attacks from Ahmadinejad, went further, calling not only for gender reforms but also for the release of all political prisoners. As they began to articulate these demands, their crowds grew far larger and more boisterous, putting a scare into the conservative establishment, which feared the strengthening of truly grassroots efforts like the Million Signatures Campaign for women’s rights.

While the Reformists want to preserve the Islamic Republic, the logic of events may be moving in a different direction, or at least toward a much more thorough-going set of reforms than was on the agenda even a week ago.

A lot will depend on whether the working classes – whose legitimate struggles to form independent trade unions have met with severe repression, and who are also experiencing starvation wages, nonpayment of wages, and unemployment — come out in greater numbers. In this regard, it should be noted that so far, the movement against the fraudulent election has not addressed the specific concerns of the working class. However, workers at the country’s largest automobile plant, Iran Khodro, a site of some of these recent labor struggles, announced on June 18 that they were launching a strike in “solidarity with the people’s movement,” also characterizing the election returns as “an insult to the intelligence of people and denial of their vote.”

A lot will also depend upon whether further cracks appear inside the regime itself.

But there is the rub. For the movement’s rootedness in the clerical opposition also runs the danger of some type of rotten compromise with the regime, losing the best chance in a generation for a real uprooting.

One encouraging sign was a set of seven demands reportedly circulated at the mass rally of June 15: “1. Dismissal of Khamenei as an unjust leader. 2. Dismissal of Ahmadinejad for his illegal acts. 3. Temporary appointment of Ayatollah Montazeri as the Supreme Leader. 4. Recognition of Moussavi as the President. 5. Forming the Cabinet by Moussavi to prepare for revising the Constitution. 6. Unconditional and immediate release of all political prisoners. 7. Dissolution of all organs of repression, public or secret.” Such demands, which stay within the parameters of Islamic Reformism, could nonetheless weaken the foundations of the theocratic state established in 1979.

As Marxist-Humanists, we urge anti-capitalists the world over to solidarize with the Iranian people in their hour of struggle. Support the Iranian youth, women, workers, and other citizens in their freedom struggles! Do not be taken in by the reactionary anti-imperialism of Ahmadinejad and Khamenei!

To the Iranian people, we pledge our firmest solidarity, rooted in three decades of support for Iran’s independent revolutionary forces – feminists, socialists, workers, and ethnic minorities – who were shunted aside in 1979 as the theocratic regime took shape, but whose struggles continue through to today. To our Iranian comrades on the Left, we express the hope that they will neither isolate themselves from the masses nor stop short at the mere reform of the reactionary regime.

U.S. Marxist-Humanists
– London Corresponding Committee, publishers of The Hobgoblin

June 19, 2009

About these ads

Tags:

2 Réponses to “Preliminary Statement on the Upheaval in Iran”

  1. Prises de positions dans l’extrême gauche occidentale sur la situation en Iran « La Bataille socialiste Says:

    [...] Preliminary Statement on the Upheaval in Iran (US Marxist-Humanists & The Hobgoblin, 19-06-09) [...]

  2. lucien Says:

    traduction en français

    L’escroquerie flagrante des élections de juin a provoqué la plus grande crise de la République islamique d’Iran depuis plus de deux décennies. Des pans entiers de la population iranienne sont dans la rue pour protester, notamment les jeunes, les femmes et les intellectuels. D’ores et déjà, la population commence à ne plus avoir peur, au moins dans les grandes villes comme Ispahan, Tabriz et Shiraz, et en particulier à Téhéran, où les manifestants ont à maintes reprises affronté la milice fondamentaliste Basiji, dans certains cas les chassant de la rue.

    Depuis l’élection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence en 2005, le régime a durci la répression, envers les femmes, les jeunes et les syndicats, tout en se livrant à des envolées démagogiques typiques du populisme de droite. Ahmadinejad, Président de la fraude, s’est moqué de l’opposition à sa large victoire lors de la manifestation du 14 juin. Il a traité les opposants d’ « ordures », a ridiculisé leurs accusations de fraude, a menacé de les faire arrêter, et, exemple flagrant de son anti-impérialisme réactionnaire, a déclaré qu’en Iran « tout est fondé sur des valeurs morales », mais qu’à l’Ouest « les voleurs, les homosexuels et les autres personnes impures font partie de l’électorat pour gagner quelques voix » (Le Monde, 6/14/09) .

    Le lendemain, Ahmadinejad a obtenu pour réponse que plus d’un million de manifestants ont rempli la place Azadi de Téhéran, dépassant de loin la manifestation pro-régime. En vert, couleur de l’opposition, ils se sont réunis malgré un décret proclamant leur rassemblement illégal. En fait, la police régulière a permis la poursuite de la manif, avec même de nombreux signes de sympathie avec les manifestants. Les Basiji ont cependant frappé dans le dos, tuant 7 manifestants. Ce matin-là, les agents de sécurité en civil ont également attaqué un dortoir à l’Université de Téhéran, tuant 5 personnes. (Des étudiants ont également été tués à Shiraz.) Des centaines de milliers de manifestants occupent la rue tous les jours depuis lors.

    Alors que les protestations de 1999 avaient été, dans une large mesure, limitée aux jeunes étudiants, cellles-ci sont beaucoup plus larges. Leur caractère massif est basé en partie sur le fait que l’oligarchie clérico-militaire qui a dirigé l’Iran depuis 1979 est elle-même divisée plus que jamais. D’un côté, il y a les plus réactionnaires des fondamentalistes comme Ahmadinejad, ainsi que ceux qui détiennent le véritable pouvoir, le chef religieux suprême Ali Khamenei, les éléments durs de l’appareil répressif (Gardiens de la Révolution et la milice «volontaire» des Basiji), et le pouvoir judiciaire. D’un autre côté, il y a plusieurs réformateurs islamiques et conservateurs pragmatiques, de Moussavi et son épouse, Zahra Rahnavard, très populaire, à l’ancien président Mohammed Khatami (1997-2005), au plus conservatrice et très puissant Hashemi Rafsandjani, et quelques éminents dignitaires religieux, notamment le Grand Ayatollah Montazeri Hussein. (Il faut noter que la quasi-totalité de ces figures, y compris Moussavi, ont été partisans sans aucune critique de Khomeiny et des participants à la répression sanglante de la gauche laïque et des féministes dans les années 1980.)

    Au cours de la dernière semaine de la campagne, Moussavi s’est prononcé contre la répression de la jeunesse, contre la polygamie, et en faveur de toute une série de réformes concernant les femmes et les droits des minorités ethniques. Rahnavard, très attaqué par Ahmadinejad, a plus audacieusement demandé non seulement des réformes pour les femmes, mais aussi pour la libération de tous les prisonniers politiques. Alors qu’ils commençaient à exprimer ces exigences, la foule de leurs partisans s’est aggrandie, plus grande et plus bruyante, ce qui a effrayé l’establishment conservateur, qui craint le renforcement véritable d’efforts comme la campagne d’un millions de signatures pour les droits des femmes. La présence d’un grand nombre de femmes dans les manifestations contre le régime, ainsi que la vigoureuse demande pour la libération des femmes dans les déclarations des groupes d’opposition, montrent que la révolte puise dans la recherche de nouvelles relations entre les sexes.

    Alors que les réformistes veulent préserver la République islamique, la logique des événements de mai se déplace dans une direction différente, ou au moins vers un bien plus profond cours de réformes que ce qui était à l’ordre du jour d’ il y a une semaine.

    Bien des choses dépendront de la classe ouvrière – dont les luttes légitimes pour former des syndicats indépendants se sont confrontés à une sévère répression, et qui est confrontée aussi à des salaires de misère, au non-paiement des salaires, à un taux de chômage croissant. A cet égard, il convient de noter que jusqu’à présent, le mouvement contre la fraude électorale n’a pas abordé les préoccupations spécifiques de la classe ouvrière. Toutefois, les travailleurs de la plus grande usine automobile, Iran Khodro, un site où ont eu lieu certaines des dernières luttes ouvrières, ont annoncé le18 juin 18 qu’ ils lançaient une grève " en solidarité avec le mouvement populaire », et ont également caractérisé l’élection comme" une insulte à l’intelligence de la population et un déni de leur droit de vote. "

    Bien des choses dépendront aussi de l’apparition d’autres fissures à l’intérieur du régime lui-même. Mais il y a le risque que l’opposition cléricale passe un compromis pourri avec le régime, le risque de perdre l’opportunité ouverte pour une génération.

    Un signe encourageant était un ensemble de sept revendications qui étaient distribuées à la manifestation de masse du 15 Juin:

    "1. Révocation de Khamenei comme leader injustes. 2. Révocation d’Ahmadinejad pour ses actes illégaux. 3. Recours temporaire à l’ayatollah Montazeri comme suprême. 4. Reconnaissance de Moussavi comme Président. 5. Formation d’un gouvernement par Moussavi pour préparer la révision de la Constitution. 6. Libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques. 7. Dissolution de tous les organes de répression, public ou secret. "

    Ces demandes, qui restent dans les paramètres du réformisme islamique, pourrait néanmoins affaiblir les fondements de l’État théocratique mis en place en 1979.

    Comme marxistes-humanistes, nous exhortons les anti-capitalistes du monde entier à se solidariser avec le peuple iranien dans leurs heures de lutte. Soutien aux jeunes, aux femmes, aux travailleurs, et autres citoyens iraniens dans leurs luttes pour la liberté! Do not be taken in by the reactionary anti-imperialism of Ahmadinejad and Khamenei! Ne soyons pas avec l’anti-impérialisme réactionnaire de Khamenei et d’Ahmadinejad!

    Nous assurons le peuple iranien de notre ferme solidarité, ancrée dans trois décennies de soutien aux forces révolutionnaires indépendantes en Iran – les féministes, les socialistes, les travailleurs, et les minorités ethniques – qui sont mis de côté en 1979 quand le régime théocratique a pris forme, mais dont les luttes se poursuivent jusqu’aujourd’hui. Pour nos camarades iraniens de gauche, nous exprimons l’espoir qu’ils seront ni s’isoler de la masse, ni s’arrêter à la simple réforme du régime réactionnaire.

    US Marxist-Humanists http://usmarxisthumanists.org

    London Corresponding Committee, éditant The Hobgoblin

    19 juin 2009

Les commentaires sont fermés.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 381 followers

%d bloggers like this: