Dans les camps d’Haïti

by

Communiqué de Batay Ouvriye, 12 mars 2010.

Aux amis et camarades des camps

Tandis que le gouvernement a achevé de démontrer son incapacité, sa parfaite inaptitude à notre prise en charge correcte ;
Tandis qu’il se révèle conforme à lui-même en cherchant à continuer de consolider sa position avec les mafias-criminels qu’il mettait en place ;
Tandis que les sénateurs et députés corrompus reprennent leurs magouilles pour pouvoir reparaître publiquement et ainsi assurer la continuité de leurs mandats déjà épuisés ;
Tandis que les impérialistes, sur la base de l’« aide » qu’ils sont venu « donner », où ce sont les ONGs qui progressent à une allure fulgurante en consommant les trois-quarts de cet argent, envahissent notre territoire de militaires, comme si ce pays, libéré par un peuple d’esclaves, était à présent un terrain vague ;
Tandis que Préval et son gouvernement ouvre le pays à tous ceux qui désirent bénéficier de l’exploitation accrue des entreprises et usines, au point ou certaines ouvrières meurent de cette domination ; tandis que les bourgeois continuent à faire leurs bénéfices, tirant profit de l’occasion pour augmenter encore plus leur exploitation dans les industries et manufactures…
Tandis que tous les conservateurs collaborent en cherchant à se faufiler de plus en plus près du pouvoir et ainsi participent à la réhabilitation des anciennes structures pourries.

Nous, sous les tentes, sous les bâches, sous de vieux draps, sous des cartons… continuons à endurer les pluies, souffrons, subissons des humiliations et mourrons même dans une situation où nous a placé la misère ; une misère engendrée par les grands propriétaires fonciers, les grands bourgeois, les gloutons « grands mangeurs » et le grand capital étranger, avec leur armées et polices, pour nous forcer d’accepter d’en être arrivés là.

Nos Comités de Camp

Dans beaucoup de camps, des Comités ont été organisés pour extirper « l’aide », pour nous permettre de vivre après la catastrophe naturelle du séisme du 12 janvier 2010. Face à cette catastrophe naturelle, certains ont profité pour nous faire croire qu’il s’agissait d’une malédiction, ce pour nous maintenir dans l’attentisme et masquer le rôle des classes dominantes et de l’Etat réactionnaire dans la création de notre présente situation.
Certes, il existe de nombreux Comités, mais beaucoup d’entre eux sont constitués de petits escrocs alliés à de grands voleurs pour régler leurs affaires personnelles et ensuite se faufiler au sein du pouvoir grand-mangeur. Nos comités à nous ne pourraient être cela. Ils doivent être d’autant plus dynamiques, mais surtout honnêtes, sérieux, conséquents, AUTONOMES ! Ils doivent pouvoir véritablement représenter les populations des camps. Ensuite, nous devrons tenter d’établir une COORDINATION correcte parmi nous, pour avoir plus de force. Dans ce mouvement collectif, nous devrons nous TRANSFORMER pour non seulement pouvoir contrer tous ces larrons qui cherchent à profiter personnellement de la situation, nous utilisant, mais aussi et surtout pour affronter le projet de domination et d’exploitation que les classes dominantes et l’Etat comptent déferler sur nous à nouveau.

Nous, face au projet des classes dominantes de domination et d’exploitation

Le projet de domination et d’exploitation continue à exister, PIRE encore. Effectivement, c’est sur nos dos, à nous travailleurs, nous des masses populaires, qu’il tente de s’asseoir en nous forçant à travailler pour des salaires de misère, tandis que c’est nous qui allons subir, souffrir, tout comme toujours. Nous devons pouvoir RÉSISTER FACE À CE PROJET. C’est pourquoi nous devons développer notre action dès les Comités pour commencer à prendre conscience, commencer à comprendre la situation qui nous affronte clairement, et puis prendre les dispositions pour résister face au martyr qu’ils souhaitent nous imposer à nouveau. Ainsi, les Comités de Camps doivent pouvoir se TRANSFORMER en Comités s’opposant à tout ce qui se présente en face de nous, qu’il s’agisse des petits voleurs ou du projet des classes dominantes d’exploitation et de domination, surtout. Ils doivent se transformer en COMITÉS DE LUTTE. Pour cela, nos intérêts à nous, les intérêts des travailleurs, des masses populaires doivent être placés à l’avant.

La situation politique d’avant le 20 janvier 2010 n’a aucunement changée

La situation politique concrète que nous confrontions avant le séisme du 12 janvier n’a aucunement changée ! Il s’agit toujours de la même situation, même si actuellement les réactionnaires, voleurs et corrompus parlent de changement. Nous avons déjà montré notre désaccord avec cette situation : c’est ainsi que nous nous tenions loin du processus électoral frauduleux qui s’organisait ; ainsi, nous commencions à nous remobiliser pour défendre nos revendications, pour arracher nos droits. Nous nous sommes mobilisés pour tenter d’arracher les misérables 200 gourdes de salaire minimum journalier : Préval nous a bloqué ! Nous nous mobilisions pour tenter d’obtenir les salaires qui nous étaient dus depuis de nombreux mois : la police nous réprima ! Nous nous sommes mobilisés contre les privatisations, contre l’occupation : ils nous ont ignorés ! Nous nous mobilisions pour exiger un enseignement alternatif où il n’y aurait plus d’écoles « loteries » (où l’élève a infiniment plus de chances de « perdre » que de « gagner ») ni d’universités bancales : la police et la MINUSTAH nous tuaient ! Préval les en félicita. En fin de compte, le jour même du 12 janvier, les forces réactionnaires entreprenaient des assassinats en plein jour, prémédités !
A présent, nous entendons dire qu’ils souhaitent nous « déplacer », nous envoyer dans des lieux que nous ne connaissons pas, où nous ne pourrons pas vivre, où nous dépendrons sans fin de cette « aide » venue pour nous « sauver » : ils profitent du séisme pour nous expulser. NOUS NE L’ACCEPTERONS PAS !

La scène politique

Nous nous MOBILISONS pour défendre nos droits, pour ARRACHER NOS DROITS ! Pour cela, nous devons envahir la SCÈNE POLITIQUE véritablement! C’est là que tout se règle actuellement. Nous ne devons plus permettre qu’elle demeure la chasse gardée des voyous, réactionnaires et voleurs, seuls ayants droit à la parole. Nous devons parler aussi, FORT, tout le temps, avec nos intérêts à nous au premier plan. NOUS DEVONS FAIRE LA SCÈNE POLITIQUE DEVENIR LA NOTRE ! NOUS DEVONS METTRE LA RUE SUR LA SCÈNE POLITIQUE !

Cet État n’est pas le notre !

Face à tout cela, nous devons comprendre très clairement que l’Etat existant ne nous représentera pas, ce n’est pas notre État ! Au contraire, c’est l’Etat des affairistes, l’Etat des grands-mangeurs, c’est l’Etat des grands bourgeois, des grands propriétaires fonciers, du grand capital impérialiste. Cet État est CONTRE NOUS ! Pour représenter et défendre nos intérêts véritablement, il va falloir que nous affrontions la répression qu’ils chercheront à déployer contre nous, tout en réfléchissant, ensemble, et en travaillant, ensemble, pour METTRE SUR PIED UN AUTRE ÉTAT, avec nos intérêts à l’avant-plan, seul moyen pour nous d’assurer nos vies, nos avenirs et ceux de nos enfants. À Batay Ouvriye, nous œuvrons vers cela. JOIGNONS NOS FORCES !

A BAS LE PROJET DE DOMINATION ET D’EXPLOITATION OÙ LES CLASSES DOMINANTES ET L’ÉTAT RÉACTIONNAIRE PROJETTENT DE NOUS ENFONCER ENCORE, ET PIRE ! À BAS LES POLITICIENS VÉREUX ! A BAS LES GRANDES GUEULES, GRANDS MENTEURS QUI CONSIDÈRENT LA SCÈNE POLITIQUE COMME LEUR PROPRIÉTÉ PERSONNELLE ! À BAS L’ETAT GLOUTON, CORROMPU, MAFIA, CRIMINEL DÉFENDANT LES GRANDS PROPRIÉTAIRES FONCIERS, LES GRANDS BOURGEOIS, LE GRAND CAPITAL IMPÉRIALISTE ! À BAS LES DÉPLACEMENTS CRIMINELS QU’ILS VEULENT NOUS IMPOSER ACTUELLEMENT, EN PLUS DE TOUS LES MALHEURS QUE NOUS SUBISSONS DÉJÀ !
VIVE LA LUTTE DES MASSES POPULAIRES HAÏTIENNES !

Voir aussi:

About these ads

Une Réponse to “Dans les camps d’Haïti”

  1. lucien Says:

    Collecte par le Comité de solidarité internationale des I.W.W. pour redistribution à Batay Ouvriye et à la Confédération des travailleurs haïtiens:
    Paiement Paypal

    Traduction en anglais / English translation :

    Address to the Camps

    March 12th, 2010

    FRIENDS AND COMRADES IN THE CAMPS!

    While the government has finished showing how incapable it is and how it is perfectly inept to take us in charge;
    While it remains constant to itself by seeking to consolidate its position along with the mafia-criminals it was putting in place;
    While the crooked senators and representatives return to their usual scheming, to ensure their positions and continue their mandates that are already over;
    While the imperialists, on the basis of the “help” they’ve come to “give” (of which the NGOs mainly profit, receiving three quarters of the money and invading our territory with army personnel, as if our country that the enslaved population has risen up to liberate now was up for sale);
    While Préval and his government are opening the country to all those who wish to take advantage of the heightened exploitation in the factories and industries, to the point that working women are dying under this domination; as the bourgeois continue making their profits, taking advantage of the occasion to increase even more their exploitation in the businesses and factories…
    While all the conservatives are collaborating by trying to creep closer to the power levels, and, thus, be a part of rehabilitating the rotten pre-existing structures….

    WE, under the tents, under the tarpaulins, under old sheets, under cardboard… continue to endure the rains, the sufferance, the humiliations and even deaths, in a situation confronting us due to our misery; a misery due to the big landowners, big bourgeois, “big-eaters” and big foreign capitalists, with their armies and police forces.
    Our Camp Committees

    In many camps, Committees were set up to obtain the “assistance”, so we could live after the January 12th, 2010 disaster. Confronted with this natural catastrophe, some had sought to profit personally by misleading others to believe it was the result of a curse. The idea was to keep us continuing to wait, while at the same time dissimulating the role of the ruling classes with their reactionary state, to keep us where we were.
    Indeed, there are many Committees; but many of them are frauds seeking to join with the big thieves to settle their personal business and later on sniggle into the “big-eater” club. Our own committees aren’t them. We have to be even more dynamic, but especially honest, serious, consequent, INDEPENDENT! They have to be able to represent the population. Later on, we’ll have to try to set up a correct COORDINATION amongst us, to have more strength. Within this collective movement, we’ll need to TRANSFORM ourselves, not only to be able to stand face to face with all the racketeers seeking to benefit of the situation personally, using us, but also and especially to counter the ruling classes’ and the State project of domination-exploitation that they’re prepared to unleash upon us once again.

    We, confronting the ruling classes’ project of domination and exploitation
    This domination and exploitation plan still exists, and EVEN WORSE. In fact, it’s on our backs, we workers, we popular masses that it’s seated, by forcing us to work for misery wages, while we’re the ones enduring, suffering, just as it’s always been. We have to be able to RESIST THIS PLAN. That’s why, starting from our Committees, we have to develop awareness, gain understanding of the situation facing us clearly, and then take measures to resist against the tribulations they’ve decided to submit us to again. So our Camp Committees have to be able to TURN INTO Committees that can CONFRONT all those opposing us, whether the little racketeers or the ruling classes’ domination-exploitation plan, especially. They’ve got to become BATTLE COMMITTEES. For this, our own interests, those of the workers, those of the popular masses, need to be placed before all else.

    The political situation before January 20th, 2010, hasn’t changed a bit
    The concrete political situation we had before us before the January 20th earthquake hasn’t changed a bit! It’s still the same people, even if presently the reactionaries, thieves and swindlers are talking about ‘change’. We’d already shown how violently we’re opposed to this situation: that’s why we remained distant from the fraudulous elections that were being prepared; that is why we’d begun to remobilize to defend our demands, to grab our rights from them. We mobilized to try to obtain the miserable 200 gourdes minimum daily wage: Préval blocked us! We mobilized to try to obtain wages they owed us since several months: the police repressed us! We mobilized against privatization, against the occupation: they ignored us! We mobilized to demand a different type of education, new forms of schooling, a different university: they blocked us, choked us with gases, arrested us! We mobilized against the rising famine: the police and the MINUSTAH UN forces shot upon us, even killed some! Preval congratulated them about this. And, finally, on the very January 12th, 2010, the reactionary forces began their assassinations!
    Now, we’re hearing they want to “displace” us, send us to places we don’t know, where we won’t be able to live, where we’ll have to always depend on the “help” to “save” us: they’re taking advantage of the earthquake to kick us out. WE WON’T TAKE IT!
    The political scene

    We are mobilizing to defend our rights, FORCE OUR RIGHTS! For this, we have to DEFINITELY invade the POLITICAL SCENE! That’s where everything is being set up presently. We have to stop the little schemers, reactionaries and robber barons from uniquely having the speech up to now! We have to talk too, STRONGLY, all the time, with our interests upfront. WE HAVE TO MAKE THE POLITICAL ARENA BECOME OUR OWN! WE NEED TO PUT THE STREETS ONTO THE POLITICAL ARENA!
    This State isn’t our own!

    Before all of this, we need to be clear: the present State won’t represent us, the present State isn’t our State! Quite the contrary, it’s the racketeers’ state, the big-eaters’ State, the big bourgeois’ State, that of the big landowners, of imperialist States, of major transnational capital. To represent and defend our own interests truly and surely, we have to stand across the repression they’ll want to launch upon us, as we think, together, and work, together, on how to ESTABLISH A DIFFERENT STATE, with our interests before all, the only way for us to ensure our lives, our futures, together with our children. At Batay Ouvriye, that’s what we’re fighting for. Let’s link forces!
    DOWN WITH THE DOMINATION-EXPLOITATION PLAN THE RULING CLASSES AND THEIR REACTIONARY STATE HAVE DECIDED TO IMPOSE UPON US, EVEN WORSE! DOWN WITH THE SWINDLING POLITICIANS, THE DEMAGOGUES, THE LIARS WHO’RE CONVINCED THAT THE POLITICAL ARENA IS THEIRS ALONE! DOWN WITH THE CORRUPT BIG-EATER STATE, THE MAFIA CRIMINALS DEFENDING THE BIG LANDOWNERS, BIG BOURGEOIS, MAJOR IMPERIALIST CAPITAL! DOWN WITH THE CRIMINAL DISPLACEMENTS THEY’RE TRYING TO FORCE UPON US PRESENTLY, ON TOP OF ALL THE MISERIES WE’RE ALREADY UNDERGOING!
    FORWARD THE HAITIAN POPULAR MASSES’ STRUGGLES!

Les commentaires sont fermés.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 458 autres abonnés

%d bloggers like this: