La réhabilitation de Boukharine (1988)

by

Après l’avoir abattu comme traître et espion en 1938 à l’issue d’un des célèbres procès staliniens, les autorités soviétiques ont décidé de «réhabiliter» Boukharine. Elles disent maintenant que tout cela était un coup monté et que les preuves utilisées pour le condamner étaient fausses et obtenues sous la torture. C’était évident à tous dès l’époque, à l’exception de ceux qui pensait que Staline était un demi-dieu et la Russie le paradis des travailleurs ( une longue liste d’éminents écrivains, savants et artistes pourrait être donnée).

Nikolaï Boukharine était un de ces bolcheviks qui savaient ce que le socialisme était vraiment. Dans L’ABC du communisme, écrit conjointement avec Préobrajensky en 1919, le socialisme est décrit comme une société sans argent dans laquelle il y aurait une distribution en fonction des besoins. Boukharine était évidemment dans l’erreur quant à la façon d’arriver au socialisme, ne favorisant pas l’action majoritaire utilisant des méthodes démocratiques, mais l’action d’une minorité d’avant-garde utilisant la dictature et la terreur – terreur dont il finit lui-même par être victime.

Boukharine était également l’auteur de plusieurs ouvrages qui, une fois éliminés le non-sens bolchevique sur l’incapacité politique des travailleurs et la nécessité d’un parti d’avant-garde pour les diriger, ne sont pas trop mauvais d’un point de vue marxiste. L’économie mondiale et l’impérialisme, écrit pendant la Première Guerre mondiale, a expliqué comment le capitalisme était devenu un système mondial dominé par les blocs nationaux concurrents de capitaux organisés par l’État. Le Matérialisme historique et The Theory of the Leisure Class font face aux critiques contemporaines de la pensée de Marx sur l’histoire et l’économie. Boukharine a en effet montré bien plus de connaissance du marxisme et de la nature du socialisme que ne l’a fait Trotsky, qui n’a jamais été capable de comprendre la différence entre le socialisme et le capitalisme d’Etat.

En 1918, Boukharine a officiellement déclaré que la Russie sous Lénine menait une politique de capitalisme d’État. Il a pour cela été dénoncé par Lénine comme un «crétin gauchiste» mais cela a provoqué la célèbre reconnaissance par Lénine que la Russie était en effet un capitalisme d’État, le gouvernement bolchevique y étant forcé par l’état arriéré de l’économie de la Russie à l’époque.

Plus tard Boukharine en est venu à accepter le point de vue de Lénine et est devenu un partisan enthousiaste de la nouvelle politique économique, officiellement décrite par le Parti bolchevik comme «le développement du capitalisme sous le contrôle de l’État prolétarien », introduite en 1921. Après la mort de Lénine en 1924, il est devenu le principal avocat et défenseur idéologique de cette N.E.P. Au début, le nouveau dictateur, Staline, était avec lui mais en 1928, les paysans riches (koulaks) et les petits entrepreneurs (nepmen) qui prospéraient sous la N.E.P. furent considérée comme une menace potentielle pour la domination bolchevique en fournissant une base sociale d’un mouvement pour « restaurer le capitalisme » en Russie. Staline décida de les écraser et de les éliminer et se lança dans une politique d’industrialisation et de collectivisation forcée. Boukharine, qui, depuis 1925, avait été le numéro 2 du régime russe, n’était pas d’accord et a été exclu du bureau politique en 1929 comme «déviationniste de droite » – la première étape vers sa fin humiliante neuf ans plus tard.

On dit que l’une des raisons pour lesquelles Gorbatchev voulait réhabiliter Boukharine, c’est que sa propre nouvelle politique économique a quelque ressemblance avec celle des années 1920, en ce qu’elle est aussi une politique de développement du capitalisme sous le contrôle d’un État soi-disant prolétarien. C’est peut-être vrai, sauf que si dans les années 1920 les bolcheviks appelaient encore un chat un chat, ce n’est plus le cas. Depuis l’époque de Staline, ces bolcheviks qui comme Boukharine admettaient franchement le capitalisme d’État ont fait place à ce qui est maintenant appelé le socialisme. Gorbatchev est trop stalinien pour revenir à l’ancienne terminologie.

En tout état de cause, il faut espérer que la réhabilitation de Boukharine permettra que ses écrits deviennent disponibles en Russie, en commençant par ceux où il définit correctement le socialisme comme une société sans argent et dans laquelle il a bien vu que la Russie se dirigeait vers le capitalisme d’État. Ensuite, les travailleurs russes pourraient les comparer et voir Gorbatchev pour ce qu’il est: le dictateur politique d’un empire capitaliste d’État. Mais nul doute que serait porter la glasnost un peu trop loin.

Adam Buick (Socialist standard de juillet 1988)

About these ads

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 478 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :