Je fais passer le « Testament » de Lénine en France (Body)

by

Extraits de Un piano en bouleau de Carélie (Marcel Body, 1981).

Thorès était chargé de la défense de Schwartzbard, le meurtrier de Petlioura à Paris. Ce dernier devait comparaître prochainement aux Assises. Et c’était pour obtenir son acquittement qu’Henry Thorès et Bernard Lecache demandaient aux autorités soviétiques de leur fournir la preuve que Petlioura avait ordonné certains des nombreux pogromes perpétrés en Ukraine, sur le territoire placé sous son contrôle. Or malgré toutes leurs recherches, les autorités soviétiques ne parvinrent pas à découvrir dans les archives un seul document de ce genre. En quelques jours, Henry Thorès et Bernard Lecache étaient devenus pour nous sinon des amis, du moins des confidents et des hommes sûrs. M’adressant un jour à Henry Thorès, je lui demandai s’il était certain de faire acquitter Schwartzbard.

« Je le ferai acquitter, me dit- il, mais à une seule condition : qu’il ne parle pas. Sinon je ne réponds plus de rien.

— Comment l’empêcherez-vous de parler ?

— Oh ça, dit-il d’une voix de stentor, c’est une question d’organe ! »

Je voyais journellement, en fin de soirée, Alexandre Chlipanikov et Medvédiev et je les mettais au courant et mes pensées et de mes rencontres. L’arrivée d’Henry Thorès et de Bernard Lecache les intéressa beaucoup. A cette époque, dans les milieux informés du Parti, on parlait à mots couverts de ce qu’on appelait le Testament de Lénine, document archi-secret que Staline et son équipe gardaient jalousement sous le boisseau. Trotski lui-même, sous la pression de Staline, niait son existence après qu’il eut proposé à la réunion du Politburo où ce document avait été examiné, de ne pas en tenir compte,afin que Staline, contrairement à ce que demandait Lénine, garde sa place de secrétaire général du Comité central où il disposait de tous les leviers de commande du Parti et de l’État.

Ce « Testament » nous intéressait au premier chef et nous étions de plus en plus désireux de savoir ce qu’il contenait. J’en parlai à Chliapnikov et à Medvédiev et leur demandai de me le procurer. Quelques jours après, ils me remirent une copie authentique du fameux document. Je leur avais dit qu’il m’était possible de le faire remettre en main propre à Boris Souvarine, par Henry Thorès et Bernard Lecache, pour qu’il en tire le meilleur parti possible dans l’action menée contre la mainmise de Staline sur le P.C. russe.

Je confiai donc, chez Pierre Pascal, le document à Henry Thorès lui-même, en présence de Bernard Lecache, en lui signalant l’importance de ce que je lui remettais et le danger qu’il y aurait pour eux, si on venait à le découvrir dans ses papiers à la frontière. De sa voix de Stentor, il me rassura: « Ne vous inquiétez pas. Je vais le mettre dans mon dossier et personne n’ira le chercher là. » C’est dans ces conditions que ce Testament est arrivé en France et a été remis à Boris Souvarine. Quelques jours plus tard, nos deux voyageurs étant de retour à Paris, Pierre Pascal reçut une carte postale de Boris Souvarine où étaient dissimulés ces quatre mots : « Que faire du document ? » D’accord avec moi, Pascal répondit : « Ce que vous voudrez. » Boris Souvarine avait donc le champ libre pour le publier. Mais je ne m’attendais pas à le voir éclater comme une bombe dans la presse internationale. Je croyais qu’il serait publié dans un des organes que faisaient paraître, à Paris, les groupes d’Opposition. Il en fut tout autrement. Boris Souvarine et Max Eastman affrontèrent tous les risques avec courage en publiant ce « Testament de Lénine » et en se portant garants de son authenticité. Staline, son entourage et ses adeptes nièrent l’authenticité de ce Testament. Quant aux dirigeants du P.C. français, ils persistèrent jusqu’au XXe Congrès du P.C. russe, tenu en 1956, à affirmer qu’il s’agissait d’un document apocryphe. Jusqu’à présent, l’origine de ce document, la manière dont il est parvenu en Occident, n’ont pas été rendues publiques.

Bernard_Lecache_1923

Bernard Lecache en 1923

Henry_Torrès_1921

Henry Torrès en 1921

body

About these ads

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 473 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :