1907-08 Intervention au congrès international de Stuttgart [Luxemburg]

Cité dans la biographie de Nettl. Rosa Luxemburg prend la parole le 21 août 1907 au nom des délégations russe et polonaise. C’est sa seule intervention à ce Congrès dont le texte ait été conservé.

… A l’ouverture du Congrès, (…) nous avons rendu hommage à toutes les victimes, à tous les  combattants de la révolution russe. Mais je dois le déclarer ouvertement, en entendant maints discours, et surtout les paroles du camarade Vollmar, l’idée me vint que, si les ombres des révolutionnaires russes avaient été présentes, elles auraient dit: " Nous vous remercions de vos hommages, mais que notre exemple vous soit utile!" (…) Je dois combattre l’opinion de Vollmar et malheureusement aussi celle de Bebel qui déclarent que nous ne sommes pas en état de faire plus que nous n’avons fait jusqu’à présent en ce qui concerne la grève de masse. La dialectique historique ne consiste pas pour nous à garder les bras croisés et à attendre les fruits mûrs sur nos genoux. Je suis une adepte convaincue du marxisme, et c’est pour cette raison que je considère comme très dangereux de donner au marxisme une forme rigide et fataliste, qui ne peut que provoquer des excès comme l’hervéisme. Hervé est un enfant, un enfant terrible. (…) Iéna [congrès de 1905] a voté à la quasi-unanimité une résolution montrant que le SPD était un parti révolutionnaire, qui a tiré un enseignement de l’histoire. Cette résolution déclarait que la grève de masse, longtemps considérée comme anarchiste, est un moyen qui peut être employé dans certaines circonstances. (…) Il est vrai qu’à l’époque nous l’envisagions non pas comme une arme contre la guerre, mais pour obtenir le suffrage universel. (…) Après le discours de Vollmar et, en partie, celui de Bebel, nous estimons nécessaire d’amender la résolution de Bebel dans un sens plus dur. Je dois ajouter que nous allons plus loin que les camarades Jaurès et Vaillant dans notre amendement: la propagande que nous préconisons en cas de guerre n’est pas seulement destinée à mettre fin à la guerre, mais à se servir de la guerre pour hâter la chute de la domination capitaliste.

Une Réponse to “1907-08 Intervention au congrès international de Stuttgart [Luxemburg]”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    [...] Munis y otros (1935) * Pierre Monatte: Réflexions sur l’avenir syndical (1917) * Rosa Luxemburg: Intervention au congrès international de Stuttgart (1907) * Paul Mattick: Le développement de la politique étrangère de la Russie soviétique [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 440 autres abonnés

%d bloggers like this: