1911-08 Lettre à Henriette Roland Holst [Luxemburg]

Extrait de R. Luxemburg/ Vive la lutte! (correspondance 1891-1914) (Maspéro 1976)

Chère Henriette [*],

Le camarade Sneevliet a été le bienvenu, non seulement parce qu’il m’a appris des tas de choses intéressantes, mais aussi parce qu’il m’a apporté de tes nouvelles. Tu as vraiment tort de laisser tes amis si longtemps sans nouvelles. Nous tous – les quelques personnes qui sentent et pensent pareil – nous devons garder le contact entre nous! Ton long silence m’a été d’autant plus pénible que divers éléments m’ont donné à croire que tu n’étais pas satisfaite de la situation générale et, par conséquent, de la tienne.

Et maintenant je viens d’apprendre que toi, personnellement, tu te portes bien mais que tu veux quitter le SDAP [**]. La première chose me fait plaisir, la seconde, pas du tout! Tu sais bien que je me suis violemment opposée à ce que tu restes dans le parti lorsque les autres l’ont quitté [***]. J’étais et je suis d’avis que vous devez tous vous soutenir, dedans ou dehors; la scission des marxistes (à ne pas confondre avec des divergences d’opinion) est désastreuse. Mais maintenant que tu voudrais quitter le parti, j’essaierai de toutes mes forces de t’en empêcher. J’apprends que tu ne veux pas adhérer au SDP. Je ne suis pas en mesure de juger si tu as tort ou raison. Bref, tu ne veux ni ne peux entrer au SDP. Mais alors, quitter le SDAP revient à quitter le mouvement social-dém[crate]! Ca, tu n’en as pas le droit, aucun d’entre nous n’en a le droit! Nous ne devons pas rester en dehors de l’organisation, sans contact avec les masses. Le plus mauvais des partis ouvriers vaut mieux que pas de parti du tout. Et les temps peuvent changer. Il est possible que dans quelques années une période de bouleversement en Holl[ande] ou dans toute l’Europe balaie le fumier opportuniste. Mais c’est une échéance qu’on ne peut attendre au-dehors, il faut poursuivre la lutte jusqu’au bout, aussi stérile qu’elle puisse paraître. Tu seras finie, morte pour le mouvement polit[ique] si tu restes en marge. Ne le fais pas! Tu as des obligations envers l’Internationale. Reste dans nos rangs, c’est là notre devoir, nous sommes tous des soldats. Je te mets en garde contre un faux pas!

Ta Rosa

Note

[*] Henriette Roland-Holst (1869-1952), auteure de La grève générale et la social-démocratie (1905)

[**] Parti ouvrier social-démocrate hollandais.

[***] Allusion à la scission de 1909 et la formation d’un autre parti social-démocrate hollandais plus à gauche, le SDP.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 381 followers

%d bloggers like this: