1952-07 Capitalisme d’Etat [Bordiga]

Paru dans Prometeo série II N°3-4 (juillet-septembre 1952) comme chapitre 14 de “Proprietà e capitale”, série commencée en 1948.

Dans la description de l’économie capitaliste moderne la distinction fondamentale est celle entre propriété, finance, entreprise. Ces trois facteurs qu’on rencontre dans toute entreprise productive peuvent relever de la compétence et de la propriété de personnes différentes ou d’une seule.

La propriété concerne les biens immeubles qui sont le siège de l’établissement : sols, constructions, bâtiments. Elle rapporte un loyer qui, une fois déduites les charges « de propriété », constitue la rente. Ce facteur peut être aussi élargi aux machines fixes, aux équipements ou autres ouvrages permanents, sans altérer la distinction économique, et également aux machines mobiles et outillages divers, à ceci près que ces derniers s’usent plus rapidement et exigent un renouvellement plus fréquent, entraînant de considérables frais périodiques (amortissement) en plus d’un entretien coûteux. Mais qualitativement il en est de même pour les maisons, les bâtiments et même pour les terres agricoles, les marxistes rejetant la thèse selon laquelle il existerait une rente de base propre à la terre, qui la produirait en dehors de tout travail humain. Donc le premier élément est la propriété qui produit un revenu net.

 Le second élément est le capital liquide d’exploitation : à chaque cycle, il doit servir à acheter les matières premières, payer les salaires des ouvriers en plus des traitements, frais généraux de toute sorte et taxes. Cet argent peut être déboursé par un financier spécial privé, ou le plus souvent une banque, qui ne s’occupe que d’en tirer un intérêt annuel à taux déterminé. Par souci de brièveté, nous appelons cet élément finance et sa rémunération intérêt.

 Le troisième élément caractéristique est l’entreprise. L’entrepreneur est le véritable facteur organisateur de la production, c’est lui qui fait les programmes, décide des achats et reste le maître des produits en cherchant à les placer sur le marché aux meilleures conditions, tout en encaissant la totalité du gain des ventes. Le produit appartient à l’entrepreneur. Avec ce gain, il rembourse les diverses avances des autres éléments : loyers, intérêts des capitaux, coût des matières premières, main-d’œuvre, etc. En général il lui reste cependant un excédent qu’on appelle bénéfice d’entreprise. Troisième élément donc : l’entreprise qui produit le profit.

 La propriété a sa valeur qu’on appelle patrimoine, la finance a la sienne qu’on qualifie de capital (financier) et enfin l’entreprise elle-même a une valeur distincte et aliénable qui découle, comme on a l’habitude de le dire, non pas de secrets et de brevets techniques de fabrication mais de l’« achalandage 1 », et qu’on considère liée à la « firme » ou « raison sociale ».

 Rappelons également que pour Marx la propriété immobilière correspond à la classe des propriétaires fonciers, le capital d’exploitation et d’entreprise à la classe des entrepreneurs capitalistes. Parmi ces derniers il fait ensuite la différence entre banquiers ou financiers et entrepreneurs proprement dits. Marx et Lénine mettent parfaitement en évidence l’importance des premiers dans la concentration des capitaux et des entreprises ainsi que la possibilité de conflits d’intérêts entre les deux groupes.

 Pour bien comprendre ce qu’on désigne par les expressions d’État capitaliste et de capitalisme d’État, ainsi que par les concepts d’étatisation, de nationalisation et de socialisation, il faut faire référence à la prise en charge par les organes de l’État de chacune des trois fonctions essentielles qui étaient originellement distinctes.

 Il n’y a pas grand débat, même avec les économistes traditionnels, sur le fait que toute la propriété foncière pourrait être étatisée sans que, par là, on sorte des limites du capitalisme et sans que les rapports entre bourgeois et prolétaires aient à changer. La classe des propriétaires de biens immeubles disparaîtrait, lesquels, étant financièrement indemnisés par l’État expropriateur, investiraient cet argent en devenant banquiers ou entrepreneurs.

 Les nationalisations de la terre ou des espaces urbains ne sont donc pas des réformes anticapitalistes : l’étatisation du sous-sol déjà réalisée en Italie en est un exemple. La gestion des entreprises s’effectuerait en location ou en concession, comme c’est le cas des propriétés domaniales, minières, etc. (exemple des ports et docks).

 Mais l’État peut prendre en charge non seulement la propriété des équipements fixes et des outillages divers, mais également celle du capital financier en encadrant puis en absorbant les banques privées. à l’époque capitaliste ce processus est complètement achevé, d’abord en réservant à une seule banque l’impression du papier-monnaie garanti par l’Etat, puis grâce aux cartels obligatoires de banques et à leur contrôle central. Dans une entreprise, l’État peut donc plus ou moins directement représenter non seulement la propriété mais aussi le capital liquide.

 Nous avons donc graduellement : propriété privée, finance privée, entreprise privée ; propriété d’État, finance et entreprise privées ; propriété et finance d’État, entreprise privée.

 Dans la forme ultérieure et complète, l’État est aussi propriétaire légal de l’entreprise : soit il exproprie et indemnise le propriétaire privé, soit, dans le cas de sociétés par actions, il en acquiert toutes les actions. Nous avons alors l’entreprise d’État dans laquelle toutes les opérations d’achat des matières premières et de paiement des ouvriers se font avec l’argent de l’État, tout le produit de la vente des marchandises allant à ce dernier. En Italie, le monopole du tabac et les chemins de fer d’État en sont un exemple.

 Ces formes sont connues depuis longtemps et le marxisme a maintes fois fait remarquer qu’il n’y a là rien de socialiste. Il n’est pas moins clair que l’hypothétique étatisation intégrale de tous les secteurs de l’économie productive n’est pas la réalisation de la revendication socialiste comme le répète si souvent l’opinion vulgaire.

 Un système dans lequel toutes les entreprises fondées sur le travail collectif seraient étatisées et gérées par l’État s’appelle capitalisme d’État, et c’est une chose bien différente du socialisme puisqu’il est une des formes historiques du capitalisme passé, présent et futur. Diffère-t-elle de ce qu’on appelle « socialisme d’État » ? Avec la dénomination de capitalisme d’État on veut faire allusion à l’aspect économique du processus et à l’hypothèse que rentes, profits et bénéfices passeraient par les caisses de l’État. Avec celle de socialisme d’État (toujours combattu par les marxistes et considéré dans de nombreux cas comme réactionnaire même par rapport aux revendications libérales bourgeoises contre le féodalisme) on se réfère à l’aspect historique : le remplacement de la propriété des personnes privées par la propriété collective adviendrait sans qu’il y ait besoin de la lutte des classes ni de la prise révolutionnaire du pouvoir, mais au moyen de mesures législatives émanant du gouvernement ; ce qui est la négation théorique et politique du marxisme. Il ne peut y avoir de socialisme d’État, tant parce que l’État ne représente pas aujourd’hui la société en général mais la classe dominante, c’est-à-dire la classe capitaliste, que parce que l’État de demain représentera effectivement le prolétariat, mais qu’une fois l’organisation productive devenue socialiste, il n’y aura plus ni prolétariat ni État, mais une société sans classes et sans État.

 Dans le domaine économique, l’État capitaliste est peut-être la première forme à partir de laquelle se met en mouvement l’industrialisme moderne. La première concentration de travailleurs, de moyens de subsistance, de matières premières, d’outillages n’était à la mesure d’aucune personne privée, mais seulement à celle des pouvoirs publics : Commune, Seigneurie, République, Monarchie. Un exemple évident est l’armement de navires et de flottes marchandes, fondement de la formation du marché universel, qui pour la Méditerranée date des Croisades et pour les océans des grandes découvertes géographiques de la fin du XV° siècle. Cette forme initiale peut réapparaître comme forme finale du capitalisme et cette évolution est gravée dans les lois marxistes de l’accumulation et de la concentration. Réunies en masses puissantes par l’État central, propriété, finance et domination du marché sont des énergies mises à disposition de l’initiative d’entreprise et de l’affairisme capitaliste dominant, surtout en tenant compte des motifs évidents de sa lutte contre l’assaut du prolétariat.

 Pour affirmer donc la distance infranchissable entre capitalisme d’État et socialisme, ces deux distinctions courantes sont insuffisantes :

a) l’étatisation des entreprises n’est pas totale mais limitée à quelques-unes d’entre elles, parfois dans le but d’élever le prix de marché au bénéfice de l’organisme étatique, d’autres fois d’éviter les hausses excessives et les crises politico-sociales ;

b) l’État gestionnaire des entreprises nationalisées plus ou moins nombreuses est cependant l’État historique de la classe capitaliste, qui n’a pas encore été renversé par le prolétariat et dont toute la politique sert les intérêts contre-révolutionnaires de la classe dominante.

 À ces deux critères importants il faut ajouter les suivants, non moins importants, pour conclure qu’on est en plein capitalisme bourgeois :

c) les produits des entreprises étatisées ont toutefois le caractère de marchandises, c’est-à-dire qu’elles sont mises sur le marché et peuvent être acquises avec de l’argent par le consommateur ;

d) les exécutants sont toutefois rémunérés en monnaie et restent donc des travailleurs salariés ;

e) l’État gestionnaire considère les différentes entreprises comme des sociétés et gérances séparées, chacune avec son propre bilan d’entrées et de sorties comptabilisées en monnaie dans ses rapports avec les autres entreprises d’État et dans tout autre rapport, et il exige que ces bilans présentent un bénéfice à leur actif.

 

Note:

[1] C’est-à-dire la clientèle ; l’italien utilise ici trois termes aux sens très proches : accorsamento, avviamento, cerchia di clientela.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 473 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :