Grande-Bretagne: Egalité devant la loi ! Pas d’interférences religieuses !

by

L’archevêque Rowan Williams a proposé que les tribunaux britanniques devraient utiliser la charia islamique pour les questions familiales concernant des citoyens musulmans.

C’est un nouvel exemple de comment les différentes religions collaborent ensemble pour demander le renforcement du rôle de la religion dans la société.

Un mouvement similaire en Ontario (Canada) a été vaincu par une grande campagne. Un rapport de l’ancien procureur général Marion Boyd recommandait l’utilisation de la loi islamique pour les questions comme le divorce et la garde des enfants. L’Ontario avait déjà permis à des cours religieuses juives et catholiques de résoudre des conflits familiaux sur la base du volontariat depuis 1991.

Après une longue protestation, le gouvernement a reculé. En février 2006, le gouvernement de l’Ontario a annoncé que « Sous la [nouvelle] législation, les résolutions basées sur d’autres lois et principes, y compris les lois religieuses, n’auront aucun effet légal et ne seront pas prises en compte par les tribunaux ». Non seulement la proposition d’introduire la charia fut repoussée : les concessions précédentes faites aux religions juive et catholique furent remises en cause.

Michael Bryant, procureur général, disait : « lorsqu’il s’agit des affaires familiales dans cette province, il n’y a qu’une loi, la loi canadienne. »

L’essentiel, bien sûr, n’est pas que la loi soit « canadienne » -ou « britannique »- mais qu’elle soit laïque et garantisse l’égalité en droit à toutes les femmes, quelques soient leur origines religieuses.

La campagne contre la charia était menée par des militantes de gauche d’origine irakienne ou iranienne. Homa Arjomand, coordinatrice de la Campagne Internationale contre les Tribunaux de la Charia au Canada, disait : « Une fois encore je veux remercier toutes celles et tous ceux qui ont travaillé à cette campagne. La victoire fut le résultat d’un dur travail de milliers de militant(e)s à travers l’Ontario, le Canada et l’Europe qui ont pris volontairement de leur temps et de leur énergie pour aider à mettre fin aux législations basées sur la religion et les cours de la Charia au Canada. A chacun et chacune, je veux dire merci, nous avons réussi ensemble. C’est une grande réussite pour le mouvement des droits des femmes.

Nous avons commencé avec une poignée de sympathisant(e)s et bâti une coalition de plus d’un milliers de militant(e)s et de bénévoles… Ensemble nous avons battu les forces de l’islam politique en Ontario, mais ce n’est que le premier pas… Ma préoccupation, maintenant, est d’empêcher les arbitrages religieux clandestins et de soutenir les femmes et les enfants pour bénéficier de tous les avantages de la loi canadienne concernant les affaires familiales. »

Les mêmes militantes ont depuis lancé une campagne contre la proposition de John Tory, leader de l’opposition conservatrice de l’Ontario , que « ceux qui paient des impôts devraient financer des écoles islamiques, hindoues, juives ou basées sur d’autres foies tout comme pour les écoles publiques ou catholiques ». Leur slogan était : « un seul système éducatif laïque pour tous ! ».

Worker’s Liberty, 8 février 2008


%d blogueurs aiment cette page :