La guerre des Malouines (SPGB, 1982)

by

Devant la menace de guerre imminente qui pèse sur la richesse potentielle des îles Malouines, le PARTI SOCIALISTE DE GRANDE-BRETAGNE déclare:
l) Que malgré la vague d’hystérie chauviniste qui sévit dans la presse, et son approbation tant par les hommes politiques travaillistes que par les conservateurs, la guerre ne peut en aucun cas servir les intérêts de la classe travailleuse, que ce soit en Grande-Bretagne, en Argentine ou aux Malouines elles-mêmes.
2) Que ni la junte militaire de Buenos Aires, ni les représentants élus du capitalisme britannique, encore moins les intérêts commerciaux de la Falklands Islands Company ne peuvent justifier le fait de verser ne serait-ce qu’une seule goutte du sang des travailleurs.
3) Que les critiques toutes récentes du régime argentin, de nature anti-démocratique et oppressive, semblent étranges de la part d’un gouverneraient qui a la veille même des hostilités lui fournissait encore des armes.
4) Que le rôle crucial du capitalisme argentin, en comblant avantageusement la pénurie notoire de la production agricole dans l’empire russe, explique le soutien apporté à la junte par le parti communiste de ce pays et la réprobation muette de ces mêmes groupes politiques qui dénoncent bruyamment la dictature chilienne, pourtant similaire, et ses corollaires, suppression des syndicats et de la liberté d’expression.
Par conséquent, nous réaffirmons n’avoir rien à reprocher à la classe travailleuse d’aucun pays et nous adressons à nos travailleurs frères de tous les pays l’expression de notre bonne volonté et de notre fraternité socialiste, en nous engageant à travailler au renversement du capitalisme sous toutes ses formes et à l’établissement du socialisme dans le monde entier, seul moyen de mettre fin à la guerre.

Le Comité Exécutif, le 13 avril 1982.

Voir aussi d’autres traductions et mises en ligne récentes de textes du SPGB:

Publicités

Étiquettes :


%d blogueurs aiment cette page :