De Bertolt Brecht à Fritz Lang

by

Critique de sortie DVD parue dans Rouge du 17-07-08

Fritz Lang, l’un des fondateurs du comité antifasciste d’Hollywood, fut l’artisan principal de l’accueil de Bertolt Brecht aux États-Unis, en 1941. Il engage alors Brecht pour coécrire avec lui un scénario inspiré de l’assassinat d’Heydrich, qui avait fait régner la terreur à Prague. Ainsi naquit ce film, unique travail de Brecht pour Hollywood. Bernard Eisenschitz, historien du cinéma, revient dans le bonus sur la collaboration entre Brecht et Lang, et il réfute, en partie, l’idée fausse que les deux artistes se seraient constamment et violemment opposés lors de ce travail. Si la structure épique du film revient d’abord à Brecht, le choix des acteurs et leur direction sont de la volonté de Lang. Il n’y eut pas non plus de divergence politique majeure entre Lang et Brecht, pour qui il importe, dans ce film conçu pendant la bataille de Stalingrad, de lutter contre le nazisme. Le résultat est une œuvre forte et passionnante, qui doit à la personnalité des deux auteurs. L’éditeur Carlotta nous propose deux versions du film. La version longue, américaine, de 1943, et la version courte (vingt minutes de moins), distribuée en France en 1947. Deuxième film du coffret, La Rue rouge. Ce film, remake de l’admirable La Chienne de Renoir, est un très beau film noir, genre dans lequel Lang est passé maître. Ajoutons à cela que les trois principaux acteurs – Joan Bennet, Dan Duryea et Edward G. Robinson – sont formidables. En bonus, une passionnante analyse de S. Chauvin, universitaire, sur les différences (style et philosophie) entre la version Renoir et Lang (Fritz Lang, 2 DVD, version courte et version longue, Les bourreaux meurent aussi ; 1 DVD, La rue rouge ; sous forme d’un coffret de 3 DVD chez Carlotta).

Laura Laufer

Publicités

Étiquettes :


%d blogueurs aiment cette page :