Alerte! Les Staliniens préparent des assassinats en Espagne (1936)

by

Appel du POUM non daté mais probablement de novembre 1936  car ajouté « en urgence » selon René Lefeuvre au Cahier Spartacus de décembre 1936 en remplacement d’un texte de la G.R. Ce texte annonce prophétiquement une répression qui se déchaînera après journées de mai 37.

Alerte! Les Staliniens préparent des assassinats en Espagne

Le P.O.U.M. (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste) est le produit de la fusion du Bloc Ouvrier et Paysan et de la Gauche communiste. Depuis sa fondation, il s’est caractérisé par sa ligne politique révolutionnaire intransigeante, par ses consignes claires. Il fait partie, avec l’Independent Labour Party et d’autres partis indépendants de la II° et de la III° Internationale, du bureau International d’Unité Socialiste Révolutionnaire, qui a son siège actuellement à Londres.

Le 19 juillet, le P.O.U.M. se trouvait dans l’ensemble de la Catalogne à l’avant-garde de la lutte révolutionnaire contre le fascisme. Ce furent les hommes du P.O.U.M. et ceux de la C.N.T. qui sauvèrent la situation de la Catalogne, décidant par là de la situation de l’Espagne antifasciste. Contre ce Parti, qui a perdu dans les combats ses meilleurs militants – Maurin, fondateur et secrétaire général du P.O.U.M.; Germinal Vidal, secrétaire général de la Jeunesse Communiste Ibérique, des centaines d’autres encore – qui a près de huit mille homme sur les fronts de bataille, qui lutte révolutionnairement à l’arrière, on a déchaîné nationalement et internationalement toute une campagne de diffamation et de calomnie. L’Internationale Communiste dirige cette campagne avec les intentions que nous verrons plus loin. Voici avant quelques échantillons de la campagne en question.

 » Les trotskystes mènent une politique de trahison, jouent un rôle d’agents provocateurs au service du fascisme, car leur politique ne sert que les intérêts des généraux rebelles et de leurs protecteurs, les Allemands et les Italiens (Izvestia).

 » Le P.O.U.M. a une position contre-révolutionnaire. Le P.O.U.M. suit une politique concordante avec la provocation politique du fascisme international. Le P.O.U.M. joue un rôle criminel. Il faut démasquer les dirigeants du P.O.U.M. comme agents provocateurs infiltrés au sein de la classe ouvrière pour la conduire à la défaite, et les présenter comme tels devant les masses. Nous comptons que vous discuterez amplement cette question et que vos résolutions seront fermes et précises, comme il correspond à un parti de fer. (D’une circulaire intérieure du Secrétariat Général du Parti Socialiste Unifié de Catalogne, adhérent à la III° Internationale.)

 » Il faut considérer les éléments du P.O.U.M. comme aussi ou même plus dangereux que ceux qui assiègent Madrid, les considérer comme l’Eatat-Major de la 5° Colonne (espions fascistes). Et comme pour la 5° Colonne, il faut les détruire avec eux, il n’y a pas de quartier. » (« Bandera Roja », organe du P.C. espagnol.)

Nous devons détruire, d’abord, la légende du trotskysme qui pèse sur nous. Le P.O.U.M. n’est pas un parti trotskyste. Trotsky et les trotskystes ne cessent de nous attaquer dans leur presse. Mais pour la presse au service de Staline, il est intéressant d’alimenter cette légende pour les fins que l’on devine. Staline ne peut nous pardonner que nous nous soyons développés comme parti de masse en marge de l’Internationale Communiste, que nous conservions une position critique indépendante à l’égard de l’U.R.S.S., non plus que notre protestation contre les exécutions de Moscou et, par-dessus tout, le fait que nous défendions énergiquement l’indépendance de la classe ouvrière espagnole, que Staline voudrait soumettre à son contrôle.

La campagne contre le P.O.U.M. a porté ses fruits. A Madrid, les jeunes staliniens ont envahi et détruit le local de notre Jeunesse Communiste Ibérique. On menace partout les vendeurs de notre presse. Sous la pression de l’appareil stalinien, le P.O.U.M. a été éliminé du conseil de la Généralité de Catalogne, rompant ainsi l’unité d’action de la classe ouvrière, unité nécessaire dans ces moments pour la lutte contre le fascisme et pour le triomphe de la révolution. On prépare maintenant la destruction physique du P.O.U.M. Devant la résistance des ouvriers communistes de la base à employer de telles méthodes, ils pensent se servir d’éléments étrangers.

Cela est un plan pour le moins criminel, qui peut seulement profiter au fascisme. NOus avons fait et nous continuerons à faire toutes sortes d’efforts pour éviter la division et la lutte entre les travailleurs. Nous ne provoquerons personne, mais nous ne sommes pas disposés à tolérer les provocations de personne. Nous sommes prêts à défendre avec toute notre énergie les conquêtes révolutionnaires du prolétariat espagnol. Nous ne permettrons pas que personne tente de monopoliser sa direction pour des fins autres que les siennes: celles de son émancipation révolutionnaire.

Devant le péril qui menace le P.O.U.M. et la révolution espagnole, nous dénonçons la manœuvre de la bureaucratie stalinienne. Nous la dénonçons devant tous les partis et les organisations de la classe ouvrière internationale. Que Staline porte la responsabilité de ce qui arrive.

Pour le Comité Exécutif du P.O.U.M.

Le Secrétariat International: GORKIN

Publicité poumiste dans le cahier Spartacus de décembre 1936.

Publicités

Étiquettes :

Une Réponse to “Alerte! Les Staliniens préparent des assassinats en Espagne (1936)”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen Linken - eine Auswahl « Entdinglichung Says:

    […] Partido Obrero de Unificación Marxista (POUM): Alerte! Les Staliniens préparent des assassinats en Espagne (1936) * Lucien Hérard: Rupture (1938) * Daniel Guérin: Rosa Luxemburg et la grève de masse […]

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :