Entretien avec Jean-Marie Nomertin, secrétaire général de la CGT Guadeloupe

by

Paru dans L’Humanité

« Les salariés guadeloupéens sont mobilisés plus que jamais »
La réaction du secrétaire général de la CGTG.

Mercredi, les négociations entre le préfet et les représentants des salariés tournaient court, le représentant de l’État ayant quitté la table de discussion. En Guadeloupe, les manifestations se succèdent dans une île où tout est arrêté. Hier une nouvelle journée de mobilisation était organisée. Dès l’aube, le siège de la CGTG était empli de militants. Parmi lesquels, Jean-Marie Nomertin, secrétaire général de l’organisation, que nous avons joint par téléphone.

Déjà onze jours que la Guadeloupe vit à l’heure de la grève générale. La mobilisation populaire ne faiblit-t-elle pas ?
Jean-Marie Nomertin. En aucune manière. L’île est quasiment paralysée. Les stations-service Total, Texaco, Esso et de sociétés locales sont fermées. Le 29 janvier, 8 000 manifestants ont défilé à Pointe-à-Pitre. Le soir, 4 000 personnes ont participé à un meeting devant notre QG et, aujourd’hui, nous comptons, malgré la pénurie d’essence, rassembler 10 000 manifestants pour une nouvelle journée de mobilisation. Les salariés, la population laborieuse, tous ceux qui souffrent veulent se mobiliser jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

Le collectif Lyannaj kont pwofitasyon (Rassemblement contre l’exploitation) réunit plus de cinquante organisations syndicales, politiques, associatives, culturelles. Est-ce facile de préserver l’unité ?
Jean-Marie Nomertin. L’ambiance est au beau fixe. Une totale détermination est affichée par les dirigeants. Le moral est très bon et nous avons les forces qu’il faut pour faire des démonstrations de force. Nous n’avons pas, à ce jour érigé, des barrages. Il y a une haute conscience et une mobilisation totale dans la population.

Au même moment, le 29 janvier, dans toute la France, 2,5 millions de salariés défilaient dans les rues. Quels échos cela a-t-il ?
Jean-Marie Nomertin. Les travailleurs sont internationalistes et leur succès, quelle que soit la région où ils se trouvent, est utile à tous. Nous avons décidé d’appeler à une grève générale reconductible, qui prend déjà la forme d’une grève illimitée. Les travailleurs réunis en assemblées générales la reconduisent dans la foulée. Pour nous une journée de 24 heures n’est plus de mise. Il faut établir des revendications claires et précises et se battre dans l’unité. Nous souhaitons que nos camarades de Martinique, qui nous apportent un soutien sur le terrain, témoignent de ce qui se passe ici auprès des salariés martiniquais. Hier matin, spontanément, nos camarades de la Guyane sont venus nous apporter leur soutien. Cela promet de grands mouvements. Nous pensons que ces travailleurs vont agir comme nous. C’est la seule voie aujourd’hui. Le gouvernement est sourd à toute épreuve qui ne dépasse pas une journée. Si la grève dure et surtout si elle est massive, il y aura un autre son de cloche et une autre réaction du gouvernement, qui sera bien obligé d’avoir une autre réaction. Il devra compter et composer avec nous, pour trouver des solutions. C’est pourquoi nous sommes mobilisés plus que jamais.

Entretien réalisé par Jean-Paul Piérot

Étiquettes :

9 Réponses to “Entretien avec Jean-Marie Nomertin, secrétaire général de la CGT Guadeloupe”

  1. socialistblogsnews Says:

    The platform of the collective of 47 organizations:

    – The immediate drop of 50 cents in fuel prices.
    – The decline in prices of all essential goods and all taxes.
    – An increase in the minimum wage to 200 euros.
    – The decline in the price of water and transport of passengers.
    – Contracts for all precarious workers, public and private (…).
    – The development of production to meet the needs of the population.
    – The right to education and training for youth and workers of our country.
    – Priority in hiring and positions of responsibility for Guadeloupeans and end of racism in hiring (…).
    – Freezing rents for an indefinite period and for the year 2009, canceling the increase of 2.98%.
    – Set aside 50,000 hectares of agricultural area as a protected agricultural zone and setting up a committee for its annaul evaluation.
    – Exemption from taxes for the benefit of farmers throughout the country.
    – Representation of trade unions in Guadeloupe in all companies and joint bodies (ASSEDIC, Social Security, CAF, AGEFOS, SME, Fong, CIF …).
    – Commencement of proceedings for the reconstruction of the hospital.
    – The urgent development of transport networks Š
    – Taking into account in the media the language and culture Guadeloupe through the presence of representatives of cultural associations in the boardroom (…).

    ADIM – AFOC – AGPIHM – Akiyo – AN BOUT’AY – ANG – ANKA – ASSE – ASS. Farmers in northern Basse-Terre – Ass. Liberty, Equality, Justice – CFTC – CGTG – CNL – Combat ouvrier – Water Committee – Convention for a new Guadeloupe – COPAGUA – CSFG – CTU – Espérance environment – Faena SNCL – FOR – FSU – GIE SBT – Kamodjaka – KAP Gwadloup – The Greens – MADIC – MAS KA KLE – Mouvman NONM – PCG – SGEP / SNEC / CFTC – SOS Low-Earth environment – SPEG – SUD PTT GWA – SUNICAG – SYMPA CFDT – travay é Peyizan – UDCLCV – UIR CFDT – UNSA – UGTG – UPG – UPLG – UMPG – VOUKOUM.

    J'aime

  2. entdinglichung Says:

    is there somewhere around a complete translation of the platform in English?

    J'aime

  3. lucien Says:

    Guadeloupe: general strike spreads
    Submitted by WW4 Report on Tue, 02/10/2009

    After 22 hours of negotiations, on the morning of Feb. 8 management and strikers in the French overseas department of Guadeloupe reached a preliminary agreement that could form the basis for ending a general strike that has paralyzed the island since Jan. 20. Under the agreement, the 45,000 Guadeloupean workers who earn up to 1.6 times the minimum wage (SMIC, for Minimum Interprofessional Growth Salary in French) would get an increase of 200 euros (about $259) a month, while workers with higher salaries could negotiate with management for raises of 2.5% to 3%. Of the strikers’ 146 demands, the government and business owners have already met about 50, including measures to bring down the cost of fuel. (Nouvel Observateur, France, Feb. 8; Le Parisien, France, Feb. 8)

    The strike has been led by the Collective Against Extreme Exploitation (LKP, Liyannaj Kont Pwofitasyon in Guadeloupean Creole), which includes 47 unions, along with political parties and grassroots organizations. The movement has received broad support from Guadeloupe’s 450,000 residents. Some 25,000 people demonstrated in Pointe a Pitre, the capital, at the beginning of the strike, and a demonstration held as negotiators met on Feb. 7 drew about 50,000 protesters.

    Guadeloupe has an unemployment rate of more than 20% and a large disparity in wages between workers in the public and private sectors. The cost of living is a central issue: many goods have to be imported, and prices are sometimes twice as high as in France. Conditions are similar on the nearby island of Martinique and in French Guiana, also French overseas departments. On Feb. 5 a dozen unions held a one-day general strike in Martinique, shutting down transportation and businesses. Some 15,000-20,000 protesters marched through Fort-de-France, the capital. « Sarko, Fillon, we want work! » they chanted, referring to French president Nicholas Sarkozy and Prime Minister Francois Fillon. Encouraged by the strike’s success, the unions extended the job action to Feb. 6.

    The General Union of Guadeloupe Workers (UGTG), considered the leading force in Guadeloupe’s strike committee, is distrustful of Sarkozy’s conservative government. On Jan. 26 UGTG secretary general Elie Domota charged that employers were « gearing up for a lockout, thinking that they can thus starve people, provoke confrontations and ask the colonial authority to suppress us. For that purpose, several hundred forces of repression arrived in Guadeloupe a few days ago, armed to the teeth. » Noting that in May 1967 the French government killed more than 100 Guadeloupeans following a construction workers’ strike, Domota appealed for international solidarity; e-mails can be sent to ugtg@wanadoo.fr. (Le Parisien, Feb. 8; UGTG Emergency Solidarity Appeal, Jan. 26;
    Liberation, France, Feb. 6, some from AFP)

    From Weekly News Update on the Americas, Feb. 8
    http://ww4report.com/node/6815

    J'aime

  4. sbnews Says:

    From Libcom:

    French unions isolate Guadeloupe general strike
    A general strike against rising living costs has been in progress on the French Caribbean island of Guadeloupe since January 20. Forty-seven trade unions, associations and political parties under the umbrella organization LKP—The Committee against Extreme Exploitation (lyiannaj kont pwofitasyion in local dialect)—have brought economic activity to a standstill.

    A massive demonstration of 25,000 out of a total population of 410,000 took place on January 24 in the capital Pointe-à-Pitre. All shops, supermarkets, schools and public services were closed.

    Although the fight against the increasing cost of living affects all of France’s citizens and Guadeloupe is officially part of the French Republic, the traditional labour organizations in metropolitan France have isolated and ignored the struggle and media coverage has been rare and superficial.

    The demands of the strikers led by the majority trade union, the UGTG (General Union of Guadeloupean Workers), have centred on the price of basic necessities. They call for an immediate reduction of 50 centimes on car fuel, a lowering of prices of transport and water, a rent freeze, an increase of €200 in the minimum wage, permanent contracts for all temporary workers and the right to education and training for youth and workers. One demand calls for priority to be given to Guadeloupeans in key employment posts and an end to racism in employment. The development of local production to satisfy the population’s needs and an end to taxes on fertilizers and cattle feed also figure among the total of 146 demands advanced by the strikers.

    While the strike has been solid and peacefully run (40,000 attended a January 25 carnival to support the strike), the French government has sent extra CRS riot police to intervene wherever and whenever it sees fit. Memories are still fresh in Guadeloupe of the 100 people shot to death by the CRS during a demonstration in 1967.

    http://libcom.org/news/general-strikes-around-world-10022009

    J'aime

  5. entdinglichung Says:

    even the BBC has now realised, that there is a general strike and starts complaining: http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/europe/7885683.stm

    J'aime

  6. lucien Says:

    Le point sur le conflit avec J.M.Nomertin, secrétaire général de la CGTG
    site de la CGT, 11-02-09
    http://www.cgt.fr/spip.php?article35685

    J'aime

  7. lucien Says:

    Soutien aux travailleurs de Guadeloupe, Martinique, Guyane et de la Réunion.

    Depuis plus de trois semaines, les travailleurs de Guadeloupe sont en grève générale unitaire et illimitée. Depuis, la grève générale s’étend à la Martinique, à la Guyane et à la Réunion. Ils se battent contre la vie chère, les bas salaires, les licenciements et le chômage, pour leur dignité.

    Leur combat est le nôtre, il est exemplaire.

    Après le succès des grandes mobilisations du 29 janvier et avant celle du 19 mars, nous devons apporter toute notre solidarité aux Guadeloupéens, Martiniquais ; Guyanais et Réunionnais qui proclament avec la même force que ce n’est pas au peuple de payer la crise !

    Le combat des salariés de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de la Réunion est le nôtre.

    Tous ensemble, Solidarité !

    Toutes et tous Lundi 16 février dans la rue à 18h Place de Clichy (Paris)

    Appel signé par : Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolo, Alternative Libertaire (AL), Association des Communistes Unitaires, Coordination Nationale des Collectifs Unitaires pour une alternative au libéralisme (CNCU), La Fédération, Les Alternatifs, Lutte Ouvrière (LO), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Parti de Gauche (PG)

    J'aime

  8. Appel du collectif LKP de Guadeloupe au mouvement ouvrier et démocratique international « La Bataille socialiste Says:

    […] Entretien avec Jean-Marie Nomertin, secrétaire de la CGTG […]

    J'aime

  9. lucien Says:

    Grève générale Lyannaj Kont Pwofitasyon. 36ème jour de grève générale. Où en est on ?

    Par CGTG Confédération le mardi 24 février 2009, 11:49 –

    Le 23 février a eu lieu une énième séance de négociations entre le collectif LKP Lyannaj Kont Pwofitasyon et les représentants du patronat, de l’état et des collectivités territoriales.

    Le MEDEF refuse de formuler de véritables propositions en réponse à notre revendication d’augmentation de salaire de 200€ net. (Voir annexe proposition MEDEF du 23/02/09)

    Les patrons regroupés autour de l’UCEG l’Union des Chefs d’Entreprises de Guadeloupe (Voir annexe proposition de l’UCEG du 23/02/08) ont proposé un montage financier permettant de répondre en partie à la demande d’augmentation de salaires.

    Ils proposent de payer 50 €, demandent un financement de 50 € par la Région et le Département ainsi qu’une prise en charge de 100 € par l’Etat sous forme d’exonération de la CSG et de la CRDS pendant 3 ans.

    Cette proposition répond en partie à notre revendication de 200 € pour tous les bas salaires. En effet, les petits patrons ne tiennent compte que des salariés rémunérés du SMIC jusqu’à 1,4 SMIC, soit de 1321,08 € à 1849,51 €.

    Rappel : La proposition de JEGO du 08 février 2009, repoussée par FILLON (Voir annexe Proposition du 08/02/09) concernait les salaires allant du SMIC à 1,6 SMIC, soit de 1321,08 € à 2113,72 €.

    Les négociations ont été interrompues. LKP a décidé de se présenter à 11h00 ce matin, 24/02/09, sur les lieux de la négociation, à la Capitainerie du Port Autonome de Pointe-à-Pitre.

    D’ores et déjà, le MEDEF, par la voix de son représentant, W. ANGELE a déclaré qu’il n’y sera pas,sa proposition d’hier étant « définitive ».

    Le LKP appelle à poursuivre et à renforcer la mobilisation.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :