Le cadavre de Rosa Luxemburg aurait été retrouvé dans un hôpital

by

BERLIN (AFP) — On croyait Rosa Luxemburg enterrée à Berlin depuis 1919 mais le cadavre de cette icône assassinée du socialisme allemand, pourrait avoir été retrouvé dans un hôpital, rapporte vendredi l’hebdomadaire Der Spiegel.

Un mystérieux corps de femme a en effet été découvert dans un cercueil en bois, dans une pièce souterraine de l’Institut médico-légal de l’hôpital Charité, qui présente des « similitudes stupéfiantes avec Rosa Luxemburg », a déclaré au magazine le directeur de l’Institut, Michael Tsokos.

Selon les examens réalisés, ce cadavre resté longtemps immergé était celui d’une femme de 40 à 50 ans souffrant d’arthrose, d’une malformation de la hanche et dont les jambes étaient de longueurs différentes.

Autant de signes qui caractérisaient « Rosa la Rouge », figure de proue de l’extrême gauche, tuée le 15 janvier 1919 à 47 ans par la milice paramilitaire contre-révolutionnaire et dont le corps avait été jeté dans un canal à Berlin.

Le cadavre retrouvé à l’Institut médico-légal – qui serait dans un état de conservation relativement bon, « gris » et « dur comme du bois » tel un corps de cire selon le Spiegel – n’a plus ni tête ni pieds ni mains. Ce qui semble cohérent s’il s’agit de Rosa Luxemburg, relève M. Tsokos, car son corps avait été lesté de pierres pour mieux couler, selon des témoignages d’époque.

M. Tsokos doute donc ouvertement que la tombe berlinoise renferme l’authentique Rosa, qui prônait la grève politique des masses contre la guerre et la bourgeoisie.

Le compte-rendu d’autopsie avant l’enterrement du 13 juin 1919 était d’ailleurs truffé de bizarreries, dit-il, signalant explicitement qu’il n’y avait ni anomalie sur la longueur des jambes ni malformation de la hanche et n’évoquant aucun impact de coup de crosse ou de balle.

Un laboratoire spécialisé a daté au carbone 14 le mystérieux corps retrouvé et selon son chef Matthias Hüls, « il peut tout à fait s’agir de Rosa Luxemburg ».

Mais les comparaisons génétiques sont difficiles: un timbre collé par Rosa Luxemburg n’a pas fourni assez de matière utilisable et les légistes berlinois recherchent toujours une nièce, qui vivrait en Pologne, ajoute l’hebdomadaire.

Créateurs de la Ligue spartakiste, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht avaient été assassinés le 15 janvier 1919. Ce double assassinat et la répression anti-révolutionnaire scellèrent la rupture entre sociaux-démocrates (SPD) et communistes.

A Berlin, la tombe de Rosa Luxemburg, théoricienne du marxisme et partisane de l’antimilitarisme, reste un lieu de pèlerinage où se rassemblent chaque année des milliers de personnes à l’anniversaire de sa mort.

La Fondation Rosa-Luxemburg, proche du parti de la gauche radicale Die Linke, a exprimé vendredi sa « consternation » et appelé le gouvernement à clarifier l’affaire au plus vite.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés

Voir aussi:

Les incohérences dans le rapport d’autopsie d’un cadavre trouvé dans le sous-sol du musée d’histoire médicale de l’hôpital Charité de Berlin ont amené Michael Tsokos, chef de l’Institut médico-légal de l’hôpital, à jeter un coup d’œil de plus près.

Étiquettes :

5 Réponses to “Le cadavre de Rosa Luxemburg aurait été retrouvé dans un hôpital”

  1. SANVOISIN Jean Says:

    Je suis bouleversé par cette information entendue ce matin sur France Musique à 8 h du matin. Si l’on peut me mettre au courant de l’évolution de l’enquête médicale, je vous en serai reconnaissant.

    Jean SANVOISIN, écrivain, auteur d’un récent hommage à Rosa Luxembourg, publié dans le Bulletin du cci-t (Pour en finir avec le capitalisme) n° 16, disponible sur le site http://cci-t.org

    L’écriture de cet article a été achevée le 11/02/09 et l’article a été publié le 12 mars 2009, sous le titre : « Janvier 1919 : insurrection spartakiste à Berlin ROSA LUXEMBOURG ET KARL LIEBKNECHT ASSASSINES PAR LA SOCIAL-

    J'aime

  2. SANVOISIN Jean Says:

    (fin du commentaire):

    DEMOCRATIE ALLEMANDE ».

    Je n’ai plus rien à ajouter pour le moment. (JS)

    J'aime

  3. SANVOISIN Jean Says:

    [modéré car données personnelles]

    Le site transmettra à Jean les mails qu’elle recevra à son attention, que ce soit pour l’enquête médicale sur le cadavre de Rosa Luxemburg ou pour autre chose.

    J'aime

  4. lucien Says:

    Rosa Luxemburg murder case reopened
    German prosecutors are re-examining the 1919 murder of the communist leader Rosa Luxemburg, amid claims investigators at the time replaced her corpse with that of another woman.

    By David Wroe in Berlin
    http://www.telegraph.co.uk 18 Dec 2009

    Coroners from the state prosecutor’s office in Berlin are to perform an autopsy on a headless corpse recently found in a basement of the city’s Charité Hospital.

    Charité’s head of forensic medicine, Michael Tsokos, who found the corpse, has concluded it is Luxemburg’s after extensive testing including carbon dating, computed tomography and bone isotope tests.

    While no one is alive to answer fresh charges, a positive identification could change the history books, suggesting the fragile Weimar Republic government tampered with the investigation because they feared that anger over Luxemburg’s murder could fuel a communist uprising.

    Luxemburg, who helped found the German Communist Party and remains a revered figure on the left, was beaten and shot in the head by a right-wing militia 90 years ago, during a period of upheaval in Germany in which thousands died in street riots.

    Her body was then thrown into Berlin’s Landwehr Canal.

    Although a woman’s body was recovered and examined, Mr Tsokos said the accompanying post-mortem report was riddled with inconsistencies and described a body that clearly was not Luxemburg’s.

    “There is no mention of the hip degeneration that Luxemburg had. It is also the wrong dimensions for her. The body we have found fits all these descriptions. It is also about the right age at which she died — 47. That’s why I and many others believe it is Luxemburg.”

    Authorities at the time, eager to fast-track the investigation to limit the political fallout, had probably used the first female body they found in the canal and then pressured the Charité forensic examiner, Fritz Strassmann, to go along with it, Mr Tsokos said.

    “He made the reports look like the authorities wanted them to,” he said. “It was a very dangerous time in Berlin. There were a lot of riots and the government feared there would be a revolution.”

    Only one Freikorps soldier, Otto Runge, was convicted over Luxemburg’s murder, for which he spent two years in jail. The unit’s commander, Waldemar Pabst, later claimed Chancellor Friedrich Ebert, who had been using the Freikorps against the communists, approved Luxemburg’s murder.

    Berlin state prosecutor’s office spokesman Martin Steltner said coroners were approaching the newly discovered corpse as they would any suspicious death.

    “Of course it’s an interesting mystery and we hope we can clear it up. Maybe it is Rosa Luxemburg, maybe it isn’t.”

    J'aime

  5. Marie Says:

    ARKKKKKKK

    J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :