Prises de positions dans l’extrême gauche occidentale sur la situation en Iran

by

Nous mettrons ce billet à jour mais pour l’instant, si la TOTALITÉ des organisations de la gauche iranienne soutiennent le mouvement de masse en cours, la plupart sur une ligne Ni Ahmadinejad Ni Moussavi, lutte contre le régime (sauf peut-être le Tudeh, implicitement pro-moussaviste), on ne peut pas dire qu’en Europe et en Amérique ça se bouscule au portillon (on vous fera l’économie des âneries pseudo « anti-impérialistes » qui imbibent une bonne partie de l’extrême-gauche, genre complot de la CIA contre un régime issu de la révolution de 1979 [*]).


[*] Oh allez juste deux exemples: 1/ « les manifs des bobos iraniens cela ne vous rappelle-t-il pas les manifs qui ont fait chuter le mur de Berlin, téléguidées par Washington? » (blog Le Prolétariat universel), et 2/ « Il existe des acquis de la révolution iranienne. Et les femmes iraniennes, certes en proie à une réelle oppression, n’en ont pas moins l’accès aux études supérieures et à un certain nombre de métiers qualifiés (…) » et « ce baratin sur le « soutien » à apporter à une « lutte contre le régime » qu’on attendra un peu (…) avant de juger si elle est réelle, ne doit en aucun cas occulter le fait qu’il existe une pression impérialiste contre l’Iran » (un forumeur CPS sur le FMR). Sans atteindre forcément à la « guerre psychologique » selon Meyssan ni au soutien explicite au régime des mollahs comme sorte de moindre mal, ces « réticences » à soutenir (ou simplement regarder de façon bienveillante) un mouvement de masse dans un régime anti-américain, fut-il réactionnaire, relèvent d’une conception « post-soviétique » de l’impérialisme (où tout est bon à prendre contre les USA, la classe ouvrière étant jugée incapable de s’émanciper elle-même, devant donc chercher des points d’appuis…) quand le troisième camp de l’internationalisme et de l’émancipation ouvrière passe aux oubliettes. Voir notre dossier sur l’anti-impérialisme.

Étiquettes :

13 Réponses to “Prises de positions dans l’extrême gauche occidentale sur la situation en Iran”

  1. Vincent Présumey Says:

    Chers camarades, dans le cadre des prises de position que vous publiez, nous vous communiquons celle-ci :

    Lettre de Liaison de Militant spéciale, samedi 20 juin.

    Iran ! Révolution ! Solidarité !

    Le samedi 20 juin 2009 restera comme une journée historique, qui n’est pas finie et dont on ignore le dénouement à l’heure où sont écrite ces lignes.

    La veille, le véritable chef non élu de la « République islamique » d’Iran, Ali Khamenei, a déclaré la guerre au peuple, traitant d’agents de l’étranger, de l’Amérique et d’Israël la majorité des Iraniens. A l’interdiction déja en vigueur des manifestations, qui ne suffit plus, s’est ajoutée la menace ouverte de la violence de masse : celle des nervis de l’appareil d’Etat et celle des bandes lumpens de voleurs et de violeurs, les fameux Bassidjis.
    En réponse à cette déclaration de guerre, la classe ouvrière en tant que telle a commencé à réagir sur son terrain et avec ses méthodes : la grève, l’auto-organisation, aidée, nous n’en doutons pas, par les militants formés à l’école de la révolution iranienne de 1979, syndicalistes, révolutionnaires de diverses tendances, communistes hekmatistes, fedayins. Les ouvriers d’Iran Khodro (industrie automobile), le syndicat des chauffeurs de bus, réunis en assemblées générales, ont dénoncé Khamenei, appelé à la résistance, organisé des débrayages à intervalles réguliers, ce qui signifie qu’ils se disposent à lutter, préparent leurs forces, et s’organisent.
    Dans la nuit qui a suivi, Téhéran et les villes du pays ont vu, pendant que les bandes de Bassidjis cherchaient à semer le désordre et à traquer les isolés dans les rues, le peuple s’exprimer aux fenètres, sur les toits et les balcons par des concerts de casserolles et le cri réguler de « Allah Akbar », dont il faut bien comprendre que, dans la conscience collective, il signifie que le peuple renoue avec la révolution de 1979 contre le chah.
    Un militant ouvrier iranien (du PCOI) publie d’ailleurs sur le site http://iranenlutte.wordpress.com/ une évocation de la journée du même 20 juin 1981, quand la République islamique lança la grande campagne de répression contre les acteurs de la révolution de 1979, kidnappant des dizaines de milliers de militants pour les faire disparaître dans ses caves. Ce camarade écrit :
    « En mémoire à ces précieuses vies perdus, nous promettons de finir le travail : de renverser la barbare République islamique d’Iran. »

    Oui, c’est ce langage qu’il faut parler, c’est là le seul langage des révolutionnaires, des communistes, des socialistes, des militants ouvriers !
    Pas d’états-d’âmes sur les manoeuvres américaines : le plus surpris et géné par la situation est Obama. Jamais la terreur islamiste n’a été un barrage contre l’impérialisme protégeant les travailleurs et les peuples, au contraire. Ne soyons pas comme Chavez : soyons dans le camp de la classe ouvrière !
    Il y a 6 ans au lieu que ce soit les peuples, c’était l’armée US qui renversait Saddam Hussein en Irak et les conséquences en furent tragiques. La victoire des masses iraniennes sur la République islamique serait le plus grand des encouragements à la résistance anti-impérialiste des peuples d’Irak et d’Afghanistan comme aux combatx de libération nationale du peuple palestinien et du peuple kurde.
    Bien au delà, ce serait l’ouverture d’une nouvelle période, à l’échelle mondiale : celle de l’intervention directe des peuples, des exploités, des opprimés, pour maîtriser leur destinée contre le capitalisme en crise !
    Voila pourquoi cette révolution est NOTRE révolution.

    En ce 20 juin 2009, donc, Moussavi, les autres opposants officiels, l’ensemble des organisations en Iran et dans la diaspora qui se situent sur le terrain d’une transition pacifique sauvant le régime islamique et donc l’Etat bourgeois en accord avec l’impérialisme, ont appelé à ne pas manifester.
    Ce sont les organisations ouvrières, étudiantes, communistes et révolutionnaires qui ont appelé. Les médias ici n’ont relayé que l’appel des premiers (sans nous dire, y compris sur TF1 et Antenne 2, que les images de manifestations et d’affrontements qu’ils diffusent proviennent généralement des blogs et sites des seconds ! ).
    Les masses dans leur corps et dans leur conscience, jeunes et vieux, se protégeant et coude à coude, ont décidé de manifester, sachant le danger, en mémoire des morts, de ceux de 1979, ceux du 20 juin 1981, ceux des guerres inutiles, ceux de ces derniers jours, pour la liberté, pour la démocratie, pour la vie, mus par la force collective de la conscience qui monte.
    Ils y sont allés, et ils ont remporté, malgré les coups, les morts volés à la vie par les pelotons de motocyclistes bassidjis, une grande victoire politique : contre Khamenei, contre tout l’ordre mondial, il y a eu, interdite, décrétée même inexistante par les médias occidentaux avant qu’ils ne doivent se rendre à l’évidence, il y a eu la manifestation, le rassemblement au grand jour des opprimés, et des opprimées, contre les oppresseurs, sur la place publique, à visage découvert, les portables brandis pour filmer, s’afficher tous puisque maintenant on ne peut plus, on ne doit plus se cacher, et que l’on va se battre.

    L’expérience de 1979 revit, mais ce n’est pas la répétition, c’est la suite, ce n’est pas un remake, c’est un nouveau film qui commence, l’humanité soufflant sa propre forge.
    Alors, Moussavi est sorti de sa cachette et les médias ici annoncent qu’il « poursuit le combat », exige toujours le recompte des votes quand ce sont des élections totalement libres dont l’exigence est à l’ordre-du-jour, et appelle à la grève générale alors que celle-ci a commencé et que la question que se posent, nous n’en doutons pas, les groupes de combattants à l’université, dans les quartiers, dans les usines, est celle des armes. Dés mercredi des militaires cherchant à distribuer des armes au peuple ont été exécutés. D’autres viendront pour les venger.

    Grève générale pour s’organiser et s’armer ! Mort à la République islamique !
    Solidarité internationale avec la révolution iranienne !

    J’aime

  2. friend Says:

    Internet conspiranoids betray Iran (left and right)
    http://ww4report.com/node/7471

    J’aime

  3. entdinglichung Says:

    LO: http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/breves-43/article/manifestations-en-iran?lang=fr

    « Pour gagner le droit à plus de libertés, c’est toute la struture de la République islamique que les manifestants devront ébranler. »

    MAS: http://mas.org.ar/periodicos_2009/per_151_al_160/per_153/090618_10b_iran.htm

    « Lo único progresivo es una salida independiente de los trabajadores y estudiantes de Irán, qué termine con este régimen opresor y retrógrado, sin caer en la trampa “democrática” que el imperialismo quiere imponer como alternativa.« 

    J’aime

  4. lucien Says:

    Bof, aucun soutien dans ces deux communiqués.
    Le NPA a fait un effort dans son deuxième communiqué:
    Avec la population et les travailleurs d’Iran !

    Depuis le 13 juin, au lendemain de l’élection présidentielle truquée, des millions d’Iraniens descendent dans la rue aux cris de « A bas la dictature ».

    La répression féroce a déjà fait des dizaines si ce n’est des centaines de morts. Les jeunes, les femmes, les habitants des quartiers populaires qui forment le gros des manifestants sont maintenant rejoints par le mouvement syndical.

    L’Union des travailleurs des autobus a déclaré sa solidarité, en affirmant : « tant que le principe de la liberté d’organisation et d’élection ne sera pas appliqué, tout discours sur la libération sociale et les droits des travailleurs ne sera qu’une farce ». Les ouvriers d’Iran Khodro, premier constructeur automobile du pays (60.000 salariés), ont engagé un mouvement de grève en ajoutant aux revendications de la rue l’augmentation des salaires et le droit de grève.

    Pour les libertés démocratiques et les revendications du monde du travail

    L’aspiration de la société à lever la chape de plomb étouffante du régime des mollahs et à en finir avec la répression quotidienne contre la jeunesse et les femmes qui luttent pour leurs droits, se mêle de plus en plus aux revendications propres des travailleurs qui, en Iran aussi, refusent de faire les frais de la crise. L’idée de la grève générale se répand, les possédants et les profiteurs commencent à redouter le spectre d’une nouvelle révolution.

    La démagogie criminelle d’Ahmadinejad et de son tuteur, le « guide suprême » Khamenei, qui prétendent représenter les « déshérités » en s’opposant à l’impérialisme des puissances occidentales, ne doit pas faire illusion. Mais Moussavi, le « réformateur », n’est pas beaucoup plus fréquentable. Il avait été le premier ministre de la République islamique entre 1981 et 1989, à l’époque où des dizaines de milliers d’opposants, en particulier militants ouvriers et de gauche, des droits des femmes et des minorités nationales, avaient été massacrés dans les geôles du régime.

    Face aux difficultés économiques croissantes, la corruption et le népotisme sont devenus de plus en plus insupportables, ce qui a exacerbé la concurrence entre les clans rivaux du régime, jusqu’à ouvrir une crise au sommet de l’Etat. Les travailleurs et le peuple se sont engouffrés dans la brèche. Et même une élection non démocratique a alors échappé à tout contrôle.

    Leur lutte est la nôtre !

    C’est aux femmes, aux travailleurs et à la jeunesse, à tous les manifestants qui défient la répression en n’hésitant pas à risquer leurs vies, que va tout notre soutien.

    Le 26 juin, dans le cadre de la journée internationale de solidarité avec les ouvriers d’Iran, les organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFTC, UNSA, Solidaires) participeront à un rassemblement devant l’ambassade iranienne à Paris (12 h 30), pour exiger notamment la libération des travailleurs emprisonnés pour avoir manifesté le Premier Mai à Téhéran.

    Le NPA, qui soutient naturellement ce rassemblement, appelle à développer dans les entreprises, ville et quartiers le maximum d’initiatives en solidarité avec la lutte du peuple iranien, pour le renversement de la dictature, pour la liberté et les droits des travailleurs.

    Le 22 juin 2009.

    J’aime

  5. ANTAS Says:

    Bande de facho-parasites, agent de la DST.au service du mal.

    J’aime

  6. Nico Says:

    http://www.revleft.com/vb/parties-and-organizations-t111281/index.html?s=4870f5cc96a93f32843a3a9c393db046&

    une liste intéressante : les partis qui soutiennent le mouvement et ceux qui sont contre. Tous les partis de gauche iraniens sont pour – une baffe pour les pro-Ahminejad.

    J’aime

  7. Sophie Says:

    ife@efi-europa.org 18, Juin, Paris

    L’Initiative Féministe Européenne Solidaire des Femmes Iraniennes
    NOUS SOMMES FIERES DE VOUS!

    Nous suivons, comme le monde entier avec intérêt et passion les manifestations courageuses que vous organisez dans votre pays. Le mouvement de libération des femmes en Iran a toujours été
    pour nous une source d’inspiration et un sujet de fierté. Ces trente dernières années vous avez mené un combat sans merci contre un régime misogyne extrêmement brutal pour qui les femmes ne sont pas des êtres humains à part entière. L’obligation du port du voile et l’apartheid sexuel ont enfermé les femmes iraniennes, à l’instar de toute la société, dans une vaste cage. Cette
    politique réactionnaire et misogyne a provoqué dans le monde entier la colère du mouvement féministe, de tous les partisans de la liberté.
    Vous avez réussi par votre résistance et vos luttes à peser sur le rapport de forces et à obtenir des acquis inimaginables dans de telles circonstances. Vous vous êtes battues sans répit avec la police dite «morale» en charge de veiller au respect du port du voile et du code vestimentaire islamique. Vous avez été emprisonnées, battues et torturées au seul motif de vouloir défendre
    les droits humains les plus fondamentaux. Nous avons suivi avec enthousiasme votre mouvement, votre action et vos combats quotidiens. Ils suscitent le respect et l’admiration du monde progressiste, démocratique et laïc.
    Aujourd’hui, dans ces moments tragiques, votre rôle dans le combat pour la liberté, l’égalité et pour un monde meilleur est vital. Votre lutte pour l’égalité et la liberté remet en cause les fondements mêmes du régime. Les femmes iraniennes ne seront ni égales ni libres aussi longtemps que le régime islamique sera au pouvoir. C’est un fait acquis et vous en avez fait l’expérience
    dans votre vie de chaque jour. L’imposition du port du voile et du code vestimentaire islamique, l’apartheid sexuel sont des obstacles majeurs à l’accomplissement de nos buts communs. La création d’un Etat au sein duquel la religion n’interfère en rien dans la sphère publique, la politique, l’éducation, de la justice, est une condition nécessaire à l’égalité des femmes. Nous
    soutenons votre combat pour établir un Etat civil et laïc en Iran.
    Votre mouvement n’est pas seulement une source de force et d’espoir pour le mouvement populaire iranien contre la tyrannie et l’oppression, mais il est aussi une source d’inspiration pour le mouvement des femmes dans les pays sous la coupe de l’Islam politique, dans les pays du Moyen Orient, en Europe et dans le monde.
    Soyez assurées de notre sincère solidarité avec vos combats. Nous suivons de près vos avancées et faisons tout notre possible pour que le monde connaisse les souffrances que vous endurez, mais aussi la force de votre courage et l’importance de vos conquêtes.

    La coordination Européenne de l’IFE

    J’aime

  8. lucien Says:

    Un regard anarchiste sur les mouvements de protestation en Iran
    Interview de Payman Piedar traduit par l’OCL, 26 juin
    http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article585

    J’aime

  9. (mise à jour) Says:

    Fraction l’Etincelle:
    Révolte en Iran

    29 juin 2009

    Des manifestations monstres ont contesté la victoire du président sortant Ahmadinejad, rappelant la barbarie de cette dictature islamique en place depuis 30 ans, dans laquelle les élections ne sont qu’une mascarade puisque les candidats doivent être approuvés par le soi-disant « guide suprême » Khamenei, successeur de Khomeiny.

    Quant à Moussavi, qui se proclame réformateur pour cristalliser tous les espoirs, la population iranienne n’a rien à en attendre : il a déjà été premier ministre de 1981 à 1988 et l’un des responsables du massacre de milliers de prisonniers politiques.

    Mais la brutale confrontation de ces derniers jours, avec ses morts par balles et ces centaines d’arrestations, marque un tournant : les manifestants, surtout des jeunes, ont conspué Khamenei et des débrayages ont eu lieu dans certains secteurs, comme à l’usine automobile « Iran Khodro ».

    Si à la crise politique se rajoutait une radicalisation sociale, dans ce pays aujourd’hui fortement urbanisé et où la classe ouvrière, notamment avec l’industrie pétrolière, joue un rôle clé, les travailleurs en lutte pourraient offrir une perspective à toute la société iranienne.

    http://www.convergencesrevolutionnaires.org/spip.php?breve2961

    J’aime

  10. (mise à jour) Says:

    Position de Jean-Luc Mélenchon : http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=691

    « Naturellement il faut favoriser le désordre qui peut abattre le régime des mollah. Evidemment. On doit donc soutenir n’importe qui qui contribue a déstabiliser cette odieux système.. Mais il est inutile d’habiller cet objectif du prix de la validation d’un régime radicalement et intrinsèquement pervers et nuisible. L’Iran est gouverné par une théocratie. La théocratie ne peut arbitrer pacifiquement aucun conflit du type de ceux qui traverse une société complexe comme l’Iran l’est, nécessairement. La théocratie ne peut engendrer que la violence et l’intolérance. C’est ce que nous voyons. Nous ne réclamerions donc qu’au prix du ridicule et de la bêtise des élections « honnêtes » en Iran tant qu’il s’agira de départager des religieux.. Les élections sous contrôle des gardiens de la foi sont nécessairement malhonnêtes. Il ne faut rien attendre de ce régime et rien de plus de ses prétendus opposants enturbannés. Chavez raisonne donc d’une manière totalement primaire et erronée sur ce sujet. Les ennemis de nos ennemis ne sont pas nos amis. Pas davantage cette fois ci qu’en aucune circonstance de cette sorte. Les islamistes sont des fascistes. On ne discute pas avec leur régime. On le combat sans trêve et sans repos. Je n’ai jamais raisonné autrement. « 

    J’aime

  11. (mise à jour) Says:

    Solidarité avec la population iranienne en lutte !
    Iran : pouvoir assassin !

    La Fédération Anarchiste assure de son soutien les femmes et les hommes d’Iran, insurgés contre un pouvoir qui ne recule devant aucune forme de répression pour maintenir son autorité. Les élections présidentielles, que ce soit aux Etats-Unis, en Iran ou en France, habituent les peuples à mettre leur destin entre les mains d’un seul homme, ainsi doté d’un pouvoir complètement extravagant. Les anarchistes sont convaincus que le but essentiel des procédures électorales est de priver les individus du droit à vivre et à s’organiser comme ils et elle l’entendent.

    En Iran, le pouvoir a été confisqué par une clique religieuse, qui sélectionne les candidats conformes à ses canons, et organise une fraude massive pour garantir la victoire de son poulain le plus servile. Mais cette mascarade électorale a surtout révélé la soif de liberté du peuple Iranien, qui ne supporte plus de vivre sous le joug des mollahs.

    Il faut en effet être clair : avec Ahmadinejad, Khamenei et les Gardiens de la Révolution, le pays vit dans l’obscurantisme et le fanatisme, mais en aucun cas l’élection de Moussavi, ancien premier ministre de Khomeyni, n’aurait signifié l’émancipation des iraniens, ni surtout des iraniennes. La Fédération Anarchiste n’accorde par ailleurs aucun crédit aux protestations vertueuses et médiatiques en provenance des gouvernements occidentaux parlant de démocratie ou de droits des femmes : leur complaisance envers la Chine, l’Irak « pacifié » ou leurs relations avec l’Arabie Saoudite montrent à l’évidence que ces grands principes ne sont là que pour la galerie et ne comptent guère devant la puissance économique, ou, à défaut, la soumission aux intérêts des puissances impérialistes.

    Mais, pour autant, les anarchistes ne soutiendront jamais le pouvoir Iranien au seul prétexte qu’il s’oppose à l’impérialisme américain. Les ennemis de nos ennemis ne sont pas nécessairement nos amis, et l’oppression quotidienne du peuple Iranien par ses dirigeants ne peut être ni minorée, ni excusée.

    Ce que le peuple iranien exprime aujourd’hui dans les rues suite à une farce électorale comme on a pu en vivre ailleurs, c’est avant tout une soif de liberté, d’égalité, d’émancipation que nul pouvoir en place ne pourra leur donner.

    Le pouvoir, en réponse à ce vent de liberté où jeunes et étudiants sont très présents, pratique une politique de terreur, en arrêtant, frappant et assassinant les manifestant-e-s, contrôle les médias à l’intérieur du pays et empêche tout réelle information vers l’extérieur.

    Souhaitons que la population iranienne en mouvement sorte victorieuse de cette lutte, sans oublier que la liberté, la vraie, n’est pas de choisir le « bon » homme politique ou le « bon » religieux, mais de se réapproprier son pouvoir de décision et de s’auto-organiser !

    Ni dieu, ni maître, ni Etat, ni mollahs ! Vivement l’émancipation des iraniennes et des iraniens !

    Secrétariat Relations Internationales

    Fédération Anarchiste

    communiqué du 2 juillet 2009

    J’aime

  12. (mise à jour) Says:

    Communiqué de l’OCL sur l’Iran

    Iran Solidarité

    Alors qu’une certaine gauche anti-libérale se mobilise en faveur du régime de la République Islamique ; alors que Chávez a chaleureusement félicité Ahmadinejad pour son élection et l’a saluée comme la « victoire pour un monde nouveau », comme il l’avait soutenu fin 2005 dans ses campagnes négationnistes et antisémites notamment (ce « socialisme des imbéciles » selon August Bebel), lors du concours des caricatures sur le judéocide et visant les juifs en tant que juifs (et non l’Etat d’Israël en tant qu’Etat sioniste et colonialiste) ; alors que les thèses complotistes semblent une fois de plus proliférer dans un schéma binaire aussi faux et mystificateur qu’il pouvait l’être à l’époque des blocs et de la guerre froide, nous savons qu’il existe en Iran d’autres paroles venues du bas de la société et se battant pour échapper à ces simplifications qui font le jeu à la fois de l’impérialisme et du pouvoir des mollahs.

    Dans le mouvement de masse qui secoue l’Iran, il existe une dimension de classe, des syndicats indépendants et des révoltes ouvrières, une dimension féministe et des combats pour l’égalité et l’autonomie individuelle et collective qui peuvent aller contre les religions et les superstitions. 
En nous gardant de tout triomphalisme propice à des lendemains qui déchanteraient, ce sont ces mouvement-là, qui ne s’alignent ni sur le régime ni sur aucun des blocs et fractions du régime qui aspirent à gouverner le pays, que ce soit ceux de MM. Moussavi ou Karoubi, que nous devons soutenir et populariser.

    Il est hors de question de s’aligner sur les campagnes hypocrites de l’Occident contre le « fondamentalisme » et pour les « droits de l’Homme » ainsi que sur ses éventuelles tentatives d’intervention politique et militaire dans ce pays. Nous nous opposons à l’OTAN et à toutes les interventions de type impérialiste, présentes et passées, et au rôle de l’Etat français et de son complexe militaro-industriel qui, après avoir soutenu la dictature sanglante du Shah, s’est empressé d’armer et de soutenir l’Irak de Saddam Hussein et de pousser ce pays à attaquer l’Iran dans une guerre particulièrement meurtrière de huit longues années (1980-1988).


    De même que sur le nucléaire, nous refusons d’entrer dans ce choix imposé et biaisé. Nous ne nous battons pas pour le « droit au nucléaire iranien » même au nom du combat anti-impérialiste : nous nous battons pour la dénucléarisation totale, civile et militaire, de la planète ! Nous nous battons pour le démantèlement de toutes les installations, de toutes les armes de destruction massive à commencer par celles des grandes puissances politiques et militaires qui en font l’un des éléments-clés de leur domination impériale. Nous devons populariser toute information, analyse, prise de position s’inscrivant dans la perspective, de l’indépendance politique, de la lutte de classe, du combat contre toute forme d’exploitation économique et de domination (oligarchique, étatique, patriarcale, religieuse…), du combat pour l’émancipation et pour le socialisme libertaire.

    OCL (Organisation communiste libertaire) 3 juillet 2009

    J’aime

  13. lucien Says:

    Traduction de la déclaration de US Marxist-Humanists et The Hobgoblin du 19 juin dernier:
    https://bataillesocialiste.wordpress.com/documents-historiques/2009-06-sur-les-bouleversements-en-iran-marxistes-humanistes/

    J’aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :