« Socialisme mondial » au Québec

by

Extrait de The impossibilists: A brief profile of the Socialist Party of Canada de Peter Newell (2008) traduit par nos soins.

Comme nous l’avons déjà noté, le Parti Socialiste, à la différence de l’Ouest du Canada, avait fait peu de progrès au Québec francophone. À part quelques Québecois qui avaient déménagé vers le centre et l’ouest du pays, la majorité des membres était exclusivement anglophone; et, comme nous l’avons aussi noté auparavant, presque toute la littérature du SPC était en anglais, particulièrement des années 1930 aux années 1960.

Cependant, Milne note dans son History of the Socialist Party of Canada que la police empêchait deux francophones membres du Parti socialiste du Manitoba, Louie et Pettit, de tenir un meeting en plein air en septembre 1903, à Saint-Boniface, une banlieue francophone de Winnipeg. Et le Western Socialist de septembre 1934, dans sa nécrologie de Harry Crump, un membre fondateur du Parti socialiste de Grande-Bretagne qui avait déménagé au Canada, notait qu’il avait milité pour le SPC « à Montréal, une ville toujours difficile pour le travail éducatif socialiste, mais avait préparé le terrain pour la formation d’un local dans cette cité « . En effet, pendant une très brève période en 1933-34, un local a existé.

Un québécois, et socialiste actif, a déjà été mentionné: Henri Massé, qui en 1919 était à Winnipeg et qui y a participé à la grève générale. Retournant à Montréal, il est resté un socialiste dévoué et actif. Il était  énergiquement anti-religieux, et distribuait des publications athées et anti-catholiques venues de France, ce qui était une activité dangereuse sous le long régime corrompu et despotique de Maurice Duplessis,  catholique et violemment « anti-communiste » . En 1967, Massé aida à la formation du local de Montréal du Parti socialiste du Canada.

En 1972, un jeune socialiste québécois, Serge Huard, de Pointe-aux-Trembles, rejoignit le SPC. Il persuada le GEC (Comité administratif général) à Victoria de lui permettre d’éditer un journal du parti en français. À  peu près en même temps, le SPC a commencé à s’appeler le Socialist Party of Canada/Parti Socialiste du Canada. La publication, qui commença à paraître en 1973, fut dénommée Socialisme Mondial et fut sous-titrée « périodique international publié par le Parti Socialiste du Canada ». La couverture du premier numéro proclamait: « Prolétaires de tous les pays unissons-nous pour le socialisme » et l’éditorial commençait ainsi:

Non, pas encore un autre journal socialiste?

Pour bon nombre des ouvriers qui liront ce premier numéro, la réaction sera: « Non, pas encore un autre journal socialiste? Cependant, la lecture de cette première édition et des éditions subséquentes prouvera, nous l’espérons, que tel n’est pas le cas., que SOCIALISME MONDIAL n’est pas encore un autre journal socialiste, mais plutôt le périodique du socialisme scientifique en langue française.

Bien que Socialisme mondial soit publié par le Parti socialiste du Canada, il ferait appel  aux autres pays francophones, dont la Belgique et la France, disait l’éditorial. Le premier numéro comprenait une déclaration, publiée par le comité exécutif du Parti socialiste de Grande-Bretagne en août 1969, sur le socialisme, le chemin vers le socialisme et la réforme du capitalisme. Il y avait d’autres articles sur Lénine, les principes du socialisme mondial et la planification socialiste. Il comprenait aussi la déclaration de principes du Parti socialiste du Canada, et une liste des publications socialistes au Canada, en Autriche, à la Jamaïque, en Irlande, Nouvelle-Zélande, Grande-Bretagne, Suède et États-Unis.

La plupart des articles dans Socialisme mondial étaient des traductions des publications socialistes en anglais, avec quelquefois des documents et articles par Serge Huard et quelques sympathisants en France. Le SPC publia un bulletin en anglais SM Newsletter en coordination avec Socialisme Mondial, dans lequel étaient exposés les articles publiés dans le périodique, ainsi que la liste des nombreuses publications, en différentes langues et de différents pays, reçues par Socialisme mondial par échanges de journaux. D’après SM Newsletter N°3 de 1976, le tirage d’origine de Socialisme mondial était de 2 000 par numéro, mais a été réduit à 1 000 pour le N°5. Après quelques semaines, des numéros anciens étant vendus et des abonnements ne pouvant être honorés, le tirage fut remonté de nouveau à 2 000. Bien qu’édité à Point-aux-Trembles au Québec, Socialisme mondial fut initialement imprimé à Victoria, en Colombie-britannique.

Le temps passant, la proportion d’articles envoyés d’Europe, qui s’occupaient naturellement des événements politiques en Belgique et France plutôt qu’au Canada, augmenta considérablement. Presque dès les débuts de la publication de Socialisme mondial, Serge Huard collabora avec Adam Buick, qui habitait au Luxembourg. Un groupe de discussion socialiste informel était à l’époque actif à Paris. Ainsi, Socialisme mondial se transforma de fait en journal francophone du Mouvement socialiste mondial. Il fut finalement convenu qu’à partir du N°14, en 1980, la publication et l’impression seraient transférées en Europe. Le journal fut alors imprimé à Arlon, en Belgique. En même temps, le sous-titre était changé en « bulletin occasionnel pour un monde sans classes, sans argent et sans États« .

Les numéros 1 à 13 ont donc été publiés uniquement par le SPC, tandis que les éditions suivantes furent de la responsabilité collective de socialistes au Canada et en Europe occidentale.

Entre 1973 et mars 1987, il y eu plusieurs éditions de brochures en français. Le N°10, en 1978, fut un numéro spécial avec une préface du Comité exécutif général du Parti socialiste du Canada, intitulé Comment le capitalisme d’État est arrivé en Russie. En 1981, une brochure d’une cinquantaine de pages, Pour le socialisme mondial, fut publiée,  qui détaillait la position socialiste face au parlement, les réformes et le réformisme, les syndicats, la Russie, la guerre et le Parti communiste français (PCF). La même année fut aussi publié F. Engels sur l’abolition du salariat, une traduction des articles d’Engels de 1881 dans le Labour Standard, avec une nouvelle introduction. En 1986, une analyse de l’échec des gouvernements de gauche pendant les cinq premières années du mandat présidentiel de Mitterrand, intitulée La Gauche au pouvoir en France: pourquoi elle devait échouer, fut éditée sous forme de brochure. Le dernier numéro de Socialisme mondial, également publié sous la forme d’une brochure, était consacré au thème du socialisme et de l’écologie, ce fut le N°30, en mars 1987.

Publicités

Étiquettes :

3 Réponses to “« Socialisme mondial » au Québec”

  1. Darren Says:

    Is the english version of this passage available on the net?

    J'aime

  2. lucien Says:

    I think that not (but I’m not sure). I may not publish it here because the book is under copyright in english, it would be necessary to ask the Peter Newell’s permission.

    J'aime

  3. Lyn Davignon Says:

    The deficit smoke screen and the illusion of Government deficit.
    (1) One example the Bank of Canada has lent 100’s of billions of dollars to the American Federal Reserve Bank (Your tax debt, your money)
    (2) All the money the Government has borrowed from the banks WAS LENT to the banks by the Bank of Canada.(The people own the Bank of Canada)
    (3) Look at the Bank of Canada web site check the outstanding loans to the banks. (money lent to banks)
    (4) Look at the loans the Government has borrowed from the banks.
    (5) Compare the two amounts.
    Do the math and you will see for yourself what I have been telling Canadians for years.
    Wake up Canada. Follow the money it’s that easy.
    National Non Profit Party web site http://nnpp.ca
    Thank you
    Lyn Davignon
    please share

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :