Qu’y a t-il derrière le « New Deal » ? (Mattick, 1934)

by

Article de Paul Mattick paru dans International Council Correspondence (I.C.C.) N° 3 (décembre 1934). [Traduit de l’ anglais par Stéphane, relu par Thomas]

Le New Deal n’annonce pas un « nouvel ordre social », et son apôtre, Franklin Delano Roosevelt, auto-proclamé Messie pour « l’homme oublié », n’est pas cet individu altruiste  dont on fait le portrait.

L’élection de Roosevelt a été arrangée, comme toutes les autres élections précédentes, par un groupe d’individus dont les intérêts économiques exigeaient une aide gouvernementale urgente.

L’automne 1932 a vu l’effondrement complet de l’industrie américaine et une marée montante de mécontentement paysan. L’occupant d’alors de la Maison Blanche, Herbert Hoover, qui avait été placé là par les intérêts financiers de Morgan et Mellon, est apparu comme étant complètement inconscient de l’impasse désespérée de ces deux groupes. Il n’était que naturel que ces groupes se préoccupassent aux élections d’un pouvoir politique qui leur permettrait de faire passer une législation qui leur soit favorable.

Pourquoi Roosevelt a-t-il été choisi pour « mener » le pays hors du chaos économique ? Non seulement parce qu’il avait attiré l’attention de la nation comme beaucoup de politicien affichés « libéraux », mais surtout parce que ses propres intérêts économiques étaient identiques à ceux du groupe poussant sa candidature.

James Roosevelt, le père de Franklin D., ancien vice-président de Delaware & Hudson R.R., a accumulé une fortune si immense dans l’organisation des chemins de fer, tant au Sud suite à la Guerre civile, qu’à l’Est, qu’il a été considéré comme l’un des cinq hommes les plus riches à New York. Le jeune Franklin D. ayant exprimé le désir d’entrer dans la Marine, le vieux Roosevelt le persuada d’étudier plutôt le droit et de  mieux se préparer ainsi à diriger l’empire familial. Une fois diplômé en droit de Columbia et d’Harvard, Roosevelt est entré dans un des meilleurs cabinets d’avocats de New York. Il y a mené des affaires avec Astor, devenant un ami proche de Guillaume Vincent Astor, un des industriels et banquiers les plus influents du pays. Roosevelt est alors entré en politique par amusement [In a spirit of fun]. Candidat démocrate au Sénat, il a surpris tout le monde en emportant le siège. Sitôt fait, Roosevelt, relativement inconnu, a attiré l’attention en s’opposant aux nominations de Tammany au Sénat (…). Il a ainsi gagné une réputation sans fondement d’altruisme qui a perduré jusqu’aujourd’hui. Roosevelt a ensuite soutenu Woodrow Wilson comme candidat démocrate aux présidentielles. En récompense, Wilson l’a nommé secrétaire d’État à la Marine. Roosevelt a passé sept ans à ce poste.Il y a quelques mois, les agences de communication de l’Administration ont fait grand cas du départ de marines américains qui avaient été postés à San Domingo (Haïti). Elles ont juste négligé de dire en passant que c’était ce même Franklin D. Roosevelt qui les y avait envoyés en 1913, c’était même son premier acte officiel en tant que secrétaire d’État, officiellement pour protéger des vies américaines, mais en fait  pour protéger des investissements américains, ceux d’Astor entre d’autres! A l’été et à l’automne 1915, notre  pacifique secrétaire a commencé de préparer la Marine à une participation éventuelle à  la Guerre mondiale, deux ans avant son entrée effective dans le conflit. De plus, il a développé un don pour l’éloquence et a commencé à préconiser publiquement une Marine bien plus grande. Son travail a largement contribué à faire du mandat du Président Wilson celui des plus grosses dépenses militaires de tous les temps, dépassant les 320 000 000$ en 1916.

Après que l’Amérique fût engagée dans la guerre, la propagande alliée étant financée avec l’aide offerte par les intérêts financiers américains, (J. P. Morgan & Co,)  et soutenue par la prose des jeune jingoistes à la Roosevelt, notre héros a montré ses capacités. Roosevelt a inventé le « Macy Board » le premier plan gouvernemental de la main-d’œuvre de guerre, qui a coordonné les salaires dans chaque partie du pays. L’office national de la main-d’œuvre de guerre s’est développé à partir de ce plan, lequel a montré son égard pour le Travail en interdisant toutes grèves jusqu’à la fin de la guerre. Roosevelt a aussi exercé les fonctions de représentant de la Marine au Conseil Politique de la main-d’œuvre de guerre, en charge d’établir des politiques de la main-d’œuvre. En sa qualité d’expert de la Marine pour la main-d’œuvre, Roosevelt a aidé à « arbitrer » des conflits du travail dans la construction navale. Ce travail l’a mis en contact avec les bureaucrates de la Fédération américaine du travail, qui ont affiché le plus grand patriotisme et l’attitude la plus raisonnable qui soit dans leurs relations.

Le plus grand de ces patriotes aux demandes les plus raisonnables était le vice-président de l’Association internationale des Machinistes. Roosevelt n’a jamais oublié les faveurs qu’il a reçues de ce bureaucrate et lorsque le C.C.C. a été institué l’année dernière, il y a placé à sa tête ce même patriote, Robert Fechner.
Après avoir aidé à gagner la guerre pour « faire le Coffre-fort Mondial pour la Démocratie », Roosevelt est revenu à la société civile, reprenant son métier d’avocat. À la demande d’Alfred E. Smith, il est revenu en politique, remportant le poste de gouverneur de New York en 1928 et de nouveau dans les années 30. Pendant cette période, le Gouverneur a découvert qu’il avait une voix radiophonique. C’est de là que devait venir cette grande institution américaine des Conversations au coin du feu avec le Président (par les bonnes grâces des deux chaînes audiovisuelles).

Son mandat comme gouverneur, quoiqu’ait pu en dire la presse, n’a pas montré le moindre avantage pour les travailleurs. La législation que cite Roosevelt avec fierté comme une bénédiction pour les travailleurs, la retraite de l’État de New York, ne leur profite pas du tout. Non seulement les éligibles à cette retraite doivent avoir 70 ans (excluant la plupart des ouvriers qui n’atteignent jamais les 60 ans, sans parler des 70 ans, à cause des conditions de travail modernes) mais la procédure est si lourde en paperasserie que les personnes vraiment nécessiteuses, sans argent pour l’assistance judiciaire, peuvent à peine espérer faire valoir leurs maigres droits.
Roosevelt n’est pas le seul membre de sa famille à avoir d’importants capitaux dans les chemins de fer. Son cousin germain du côté de sa mère, Lyman Delano, est aujourd’hui Président du conseil d’administration de l’Atlantic Coast Line R.R. Co., de la Louisville & Nashville, et a des prises d’intérêt dans beaucoup d’autres. Ses autres parents sont J. J. Pelley, le président récemment démissionné de la New York, New Haven & Hartford R.R., et actionnaire d’autres sociétés; et M. Curry de l’Union Pacifique. Les trois amis les plus intimes de Roosevelt sont aussi des industriels avec d’énormes propriétés dans les chemins de fer. Vincent Astor, déjà cité, en plus d’importants intérêts dans l’industrie et le transport maritime, est  un directeur de la Great Northern Ry. Co. et de l’Illinois Central. Wm. A. Harriman, l’héritier du vieux roi des chemins de fer, est un directeur tant de l’Illinois Central que de l’Union Pacific. Wm. K. Vanderbilt est aux  conseils d’administration du New York Central, du Michigan Central et autres chemins de fer. En plus de ces parents et amis intimes, tous ayant soutenu la campagne présidentielle de Roosevelt avec des contributions financières substantielles, presque tous les autres magnats des chemins de fer du pays l’ont soutenu aussi : Robert Goelet, Arthur C. James, Edward S. Harkness, C. S. McCain, David Bruce, Howard Bruce, Wm. T. Kemper, et F. H. Rawson. Le groupe des chemin de fer derrière Roosevelt  les a presque tous compté mais surtout, de manière assez significative, les représentants des transports contrôlés par  les intérêts financiers de J.P. Morgan.

Les chemins de fer avaient subi en effet le pire repli parmi tous les secteurs capitalistes pendant la période de la crise et avaient eu besoin d’aide. Par exemple, en 1932, 150 chemins de fer sélectionnés ont affiché un déficit de 150.634.00$, à comparer à des profits de 896.807.000$ en 1929. L’industrie de l’équipement des chemin de fer dirigée par Wn. Woodin s’était aussi rassemblée derrière Roosevelt.

Un autre secteur de l’industrie qui s’est rallié à Franklin.D. était l’exploitation minière, particulièrement  celui des métaux précieux – l’or et l’argent -. Le plus important d’entre eux était  celui des intérêts de Guggenheim et Bernard M. Baruch, qui exerçaient un monopole virtuel sur l’argent via le contrôle de l’American Smelting & Refining Co., qui extrait ou raffine pour d’autres presque la moitié de l’argent produit chaque année au niveau mondial. On ajoutera aussi Wm. R. Hearst, magnat de la presse, propriétaire des mines d’or et d’argent de la Homestake Gold Mining Co. En préconisant la dévaluation de l’or et une plus grande utilisation de l’argent à des fins monétaires, ce groupe a capté le vote des grands fermiers qui demandaient que les prix des produits agricoles soient relevés par une législation monétaire.

Un parti politique qui a promis d’augmenter le pouvoir
d’achat des fermiers (tombé en 1932 à presque la moitié de ce qu’il était en 1929) devait à coup sûr gagner le soutien des intérêts industriels  dépendant de ces fermiers; et nous trouvons donc McCormicks, propriétaire de la International Harvester Co. (moissonneuses) et autres fabricants de matériels agricoles et d’engrais rejoignant le  défilé musical derrière Roosevelt.

Dans les intérêts industriels secondaires on citera ceux préoccupés par l’alcool et leur demande d’abrogation de l’Amendement de Prohibition, et les nababs de l’industrie de la construction tels que C. R. Crane  de Crane Co.; Jesse H. Jones (tête de la R.F.C.) et J.T. Jones de Jones Lumber Co., etc.

Derrière les deux partis politiques se menait aussi une lutte entre deux factions minoritaires pour le contrôle de la géante Chase National Bank. Les soutiens du républicain Hoover étaient  en 1928 ses mentors, la Maison de Morgan. Opposé à J. P. Morgan, un autre groupe d’actionnaires était mené par John Rockefeller,  comprenant Vincent Astor, les Vanderbilt et Guggenheim. Le conflit c’est centré sur la politique de J. P. Morgan, qui contrôlait la banque, et qui forçait la la Chase National [Bank] à se livrer à ses pratiques en dehors de  son propre champ, des pratiques telles que le prêt d’argent à des fins spéculatives, la remise à flot de nouveaux stocks et les émissions d’obligations vendues à la Bourse. Rockefeller Jr. et ses alliés, qui sont avant tout des industriels, ont violemment désapprouvé cette politique, l’accusant d’être en bonne partie  à l’origine du krach boursier de 29. Ils n’ont pas seulement voulu prendre le contrôle de la banque pour redonner à celle-ci  sa pratique commerciale normale, qui doit fournir des fonds à l’industrie et aux affaires (…), mais ont aussi voulu un contrôle du gouvernement fédéral pour légiférer contre la politique de Morgan qui se répandait sous l’influence et à l’exemple de la Chase National. Les frères Lehman (dont le gouverneur H. H. Lehman de N.Y.) la deuxième société en valeur chez les banquiers d’investissement, et d’autres maisons d’investissement telles que Halsey Stuart, ont soutenu cette tentative de légiférer contre leurs concurrents.

Sitôt Roosevelt investi, il a commencé à se souvenir des « hommes oubliés ». Les Rockefeller étaient évidemment les premiers sur la liste. Si bien que le 15 mars 1933, J.P. Morgan était convoqué devant l’enquête sur les opérations bancaires du Sénat. Ses révélations et celles d’Albert H. Wiggin, potiche nommée par Morgan à la tête de la Chase National, furent telles qu’on forçât Wiggin à démissionner et que la balance des votes pencha du côté des Rockfeller, leur permettant  de faire élire leur homme, Withrop W. Aldrich, à la présidence de la Chase National Bank. Quand Aldrich s’est présenté devant la commission d’enquête bancaire, il a annoncé que la Chase National se séparerait de sa Chase Securities Corp. (société de placements) et plaidé en faveur d’une séparation complète des titres de placement d’avec la banque de dépôt. Cette proposition s’est concrétisée dans  le Glass-Steagell Banking Act (16 juin 1933) où toutes les banques commerciales reçurent l’injonction de se séparer de leurs activités de placement dans les douze mois. Des restrictions furent par ailleurs apportées sur les prêts à finalités spéculatives.

La dévaluation du dollar or, suivie ensuite par la nationalisation de l’argent,  a enrichi immédiatement les producteurs d’or et d’argent. Cette politique monétaire ajoutée à la réduction de la production comme pratiquée par l’A.A.A. a relevé les prix fermiers à un certain niveau. L’administration s’est cependant heurtée à cette évidence que des prix plus élevés sur la nourriture aggravaient le coût de la vie pour l’ouvrier,  ce qui est directement contre les intérêts industriels qui souhaitent des prix de production bas.

Le N.R.A. dont la première forme a été suggérée par Bernard M. Baruch comme fruit de son expérience pendant la guerre comme Président du conseil des industries de guerre, a été administré par Hugh Johnson (un ancien employé et disciple de Baruch) de manière à permettre la tendance naturelle vers le monopole inhérente au capitalisme de se développer sans limite. Les codes ont été établis par les plus grands industriels de chaque industrie et naturellement ils ont été établis dans leurs propres intérêts. Les salaires minimaux et les horaires de travail ont servi à éliminer les petits concurrents qui n’étaient capables de rester dans la course qu’en payant des salaires incroyablement bas et en travaillant de longues heures. La restriction gouvernementale, donc, a aidé à liquider le menu fretin  et a encourager le monopole. Le N.R.A. ayant été écarté des  restrictions anti-trusts, il est évident que cela va continuer.

En s’efforçant d’aider ces autres « hommes oubliés », cette colonne vertébrale de son soutien politique que constituent les chemins de fer et leurs intérêts annexes, le président a dû adopter une politique prudente et lente. Les chemins de fer présentent le problème délicat d’être soumis aux règlements fédéraux. Les tarifs ne peuvent pas être arbitrairement relevés sans consentement de l’Interstate Commerce Commission (I.C.C. , Commission du Commerce entre États). La concurrence des bus, voies d’eau et avions a provoqué une forte baisse de la circulation ferroviaire. Par exemple : le volume de circulation de marchandises  n’est aujourd’hui que de 60 % de celui de 1929; celle des passagers n’est aujourd’hui que 50 % de celle de 1929 et 33 % de celle de 1920. Un coordonnateur des chemins de fer a été mis en place après que Roosevelt soit arrivé aux commandes. Son travail était de développer un plan de rétablissement des lignes. Ses plans prévoient une meilleure consolidation des lignes concurrentielles en éliminant  la concurrence entre elles, ce qui est une des exigences de l’I.C.C. De plus, il a été suggéré que l’I.C.C. soit réorganisée avec des divisions  distinctes pour les chemins de fer, les routes, les lignes aériennes et autres transports dans un système coordonné de règlementation gouvernementale. Si ces plans viennent à exécution, ce qu’ils devraient en étant présentés aujourd’hui devant le Congrès avec le soutien de Roosevelt, les chemins de fer deviendraient un monopole comme ses forces rivales n’en ont jamais connu. Le gouvernement sera également forcé de subventionner les chemins de fer pour les moderniser Le capital privé pourrait à peine financer à peine les dépenses impliquées aujourd’hui.

Ayant défendu la plupart de ses véritables objets, ou étant sur le point de le faire, le « New Deal » peut désormais se permettre de laisser tomber son masque de « radicalisme ». Des ouvertures ont été faites à la grande entreprise (big business) l’assurant que l’administration se consacre par nature à la préservation  du système de profit. En raison du militantisme croissant des travailleurs (Labor) et de leur refus d’obéir et d’accepter docilement le leadership syndical traditionnel de l’A.F.L., face à la misère toujours croissante, un changement dans la politique gouvernementale de la main-d’œuvre peut être attendu sous peu. En échange de quelque concession comme l’assurance de chômage d’une sorte, on s’efforcera que les travailleurs renoncent à leur droit d’agir. Dès lors que la grève sera proscrite, sera rendue illégale, les réductions de salaire deviendront la règle. Évidemment, on demandera que ces réductions soient acceptés « temporairement jusqu’à ce que les affaires reprennent » .

Notre seule conclusion c’est que les travailleurs ne se doteront véritablement d’un New Deal qu’en  changeant complètement le système social et économique.

Eleanor Roosevelt sur une fresque de Lucien Labaudt, Coit Tower, San Francisco (newdealartregistry.org)

3 Réponses to “Qu’y a t-il derrière le « New Deal » ? (Mattick, 1934)”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] Bataille socialiste Qu’y a t-il derrière le “New Deal” ? (Mattick, 1934)Impossibilism (Stephen Coleman, 1987)The SLP of America: a premature […]

    J'aime

  2. From the archive of struggle, no.33 « Poumista Says:

    […] der Linden: Socialisme ou Barbarie: A French Revolutionary Group 1949-1965 (1997) * Paul Mattick: Qu’y a t-il derrière le “New Deal” ? (1934) * Paresh Chattopadhyay: The Marxian Concept of Capital and the Soviet Experience (1994, […]

    J'aime

  3. La dette publique (K. Marx) « La Bataille socialiste Says:

    […] Qu’y a t-il derrière le “New Deal” ? [P. Mattick, 1934] […]

    J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :