Majorité consciente et violence (1974)

by

Article paru dans Socialisme mondial N°2/3 (1974), relu et corrigé.

L’édition de septembre du journal « Lutte de classe » (adresse postale: D. Coret, B.P. 13, 94300 Vincennes, France) reconnaît volontiers une erreur commise dans son édition d’avril se référant alors à notre parti compagnon, le Socialist Party of Great Britain, comme « trotskiste ». Dans son rectificatif, il est cependant suggéré que nous sommes plus menchévique que bolchévique.

Il est certain que nous avons toujours reconnu quelques plumes du menchévisme telle que Julius Martov comme ayant eu une meilleure compréhension marxiste que les bolchéviques Lénine et Trotsky sur ce qui s’est produit et pouvait se produire en Russie en 1917. Mais ceci ne fait pas de nous des menchéviques. Nous nous opposions autant à leur politique qu’à celle des bolchéviques; après tout il furent les uns et les autres similaires aux sociaux-démocrates dont nous critiquons le réformisme et le patriotisme.

Lutte de classe nous critique aussi parce que nous prônons l’action d’une majorité consciente, incluant l’utilisation du scrutin et du parlement, pour l’établissement du socialisme. Il demande s’il serait possible qu’une majorité de socialistes convaincus puisse émerger sous le capitalisme et suggère que le socialisme sera le résultat d’une confrontation sanguinaire finale entre la classe ouvrière et la classe capitaliste.

Il s’agit de deux questions. Premièrement, une majorité de socialistes convaincus est-elle possible sous le capitalisme? Nous affirmons que c’est possible. Cependant, nous n’escomptons pas que cette majorité puisse résulter de nos seuls efforts de propagande, forcément limités; le contraire équivaudrait à adopter une position idéaliste et utopique. Une majorité de socialistes convaincus sera le résultat de l’expérience des ouvriers sur le capitalisme, incluant l’expérience de la propagande socialiste révolutionnaire d’une partie de leurs compagnons de travail. En fait, l’émergence d’une conscience socialiste est un processus d’interaction double entre le mécontentement de la classe ouvrière et la propagande et les activités socialistes, tous deux étant des produits de la société capitaliste. C’est de cette manière qu’une majorité de socialistes convaincus résultera de la lutte de classe: la lutte pour le socialisme est la lutte de classe au niveau conscient.

Deuxièmement, le socialisme peut-il être établi pacifiquement? Nous déclarons que cela doit être possible. Naturellement, nous ne pouvons garantir qu’il n’y aura pas d’incidents violents dans le processus de la révolution socialiste – cela dépendra de la minorité de défenseurs du capitalisme. Mais nous pouvons exhorter la classe ouvrière à se comporter de manière à minimiser la probabilité de la violence: en s’organisant ouvertement et démocratiquement, en ne cachant pas que le socialisme est l’objectif et qu’il ne peut être atteint que si une majorité le désire, en cherchant à utiliser à des fins démocratiques la démocratie politique limitée déjà gagnée par la classe ouvrière, en ne tentant pas de renverser le capitalisme tant qu’il n’est pas démontré que le socialisme est le souhait de la majorité, etc. En adoptant une telle tactique, la classe ouvrière se déchargerait de la responsabilité de l’introduction de la violence sur la minorité des capitalistes et de leurs supporters – qui, s’ils étaient assez fous pour recourir à la violence en face d’une majorité qui désire le socialisme, seraient mis au pas, par la force si nécessaire.

Le facteur clef dans la révolution socialiste n’est pas la violence ou le parlement, mais la conscience et l’organisation majoritaire socialiste. Si cela existe alors il y aura peu ou pas de violence. Sinon, il est certain que le violence surgira – mais alors le socialisme ne serait pas possible, parce que le socialisme ne peut être établi et dirigé que par une participation active et consciente de l’immense majorité des ouvriers.

Comité de coordination de Socialisme mondial.

Le Comité de coordination fait remarquer à Lutte de classe, et à toutes les organisations que cela pourrait intéresser, que les pages de Socialisme mondial sont ouvertes à tous débats ou discussions sur les principes et politiques du socialisme mondial.


Advertisements

Étiquettes :


%d blogueurs aiment cette page :