Le machinisme (1913)

by

Extrait de la première partie (« Ce que veut le socialisme ») de Comment nous sommes socialistes, par Sixte-Quenin (Encyclopédie socialiste, Quillet, 1913)

Aujourd’hui l’on peut s’apercevoir que le machinisme a raréfié le travail humain. Cependant, il n’a pas reçu son plein développement et la concentration capitaliste n’est pas à son apogée. Lorsque le machinisme aura pénétré toute la production, et l’on ne peut prévoir les inventions multiples qui, peut-être demain, vont encore créer des forces de production qui supprimeront du travail humain, si les hommes font des journées de travail aussi longues qu’en ce moment, il suffira que le 20%, le 10% peut-être d’entre eux travaillent pour produire de quoi faire face aux besoins de tous. Seulement ceux qui ne travailleront pas parce que la machine les aura remplacés, ne seront pas en mesure d’acheter aux capitalistes ce qu’il leur faudra, de telle sorte qu’il y aura de plus en plus encombrement de marchandises ; les capitalistes voyant qu’il y a surproduction supprimeront encore du travail et ils se supprimeront en même temps des acheteurs. Finalement, l’on pourrait voir un jour des moyens de production d’une puissance sans égale qui, s’ils étaient mis en valeur fourniraient à l’Humanité tout ce qui lui serait nécessaire, restant absolument inertes, improductifs, parce que les capitalistes qui les possèderaient auraient intérêt à ne pas les faire produire, parce que leur mise en action leur occasionnerait des frais puisqu’ils ne pourraient pas vendre leurs produits, non pas faute de consommateurs, car les gens crèveraient de faim à côté des tables bien garnies, mais faute de consommateurs ayant les moyens, l’argent nécessaire pour acheter.

Aussi il faut bien dire, les ouvriers qui virent apparaître les premières machines eurent la vision des misères qu’elles apportaient ; ils les brûlèrent, les détruisirent et si vraiment il n’y avait pas d’autre moyen pour sortir de l’impasse dans laquelle le prolétariat se trouve acculé ; si vraiment le machinisme devait continuer à être entre les mains de la classe capitaliste un moyen d’exploitation contre la classe ouvrière, il faudrait en revenir, pour le combattre, aux moyens brutaux et simplistes employés contre lui à son début.

Mais heureusement qu’il n’en est pas ainsi ; le machinisme qui, aujourd’hui, crée la misère ouvrière, peut être et sera sûrement demain l’instrument de son émancipation. Pour cela il suffit que les moyens de production cessent d’être la propriété privée d’une classe de privilégiés et deviennent la propriété collective de tous. La machine alors ne privera pas certains hommes de travail, comme maintenant, mais elle diminuera la part de travail de chacun, tout en laissant la production à un point où les besoins de tous pourront être satisfaits.

En attendant, la société capitaliste fait peser sur la foule des sans-propriété un régime de misère et de servitude qui ne correspond plus à la mentalité des hommes de ce temps, et cette contradiction entre les besoins d’égalité et de liberté qui travaillent le monde moderne et un système social source d’inégalité et d’oppressions, est la cause de tous les troubles et de toutes convulsions dont nous sommes les témoins et qui ne pourront prendre fin qu’avec le régime qui les engendre.

Première chaîne de montage, usine Ford à Detroit, 1913 (Source: Detroit Public Library)

Publicités

4 Réponses to “Le machinisme (1913)”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] La vie et l’oeuvre de Cabet (1912) * Jules Guesde: Au congrès national des mineurs de France * Le machinisme (1913) * Ante Ciliga: Le « Groupe ouvrier » russe […]

    J'aime

  2. From the archive of struggle, no.41: Anarchist poster special « Poumista Says:

    […] La vie et l’oeuvre de Cabet (1912) * Jules Guesde: Au congrès national des mineurs de France * Le machinisme (1913) * Ante Ciliga: Le « Groupe ouvrier » russe […]

    J'aime

  3. Machinisme (1913) « The Anatomy Lesson Says:

    […] from an excerpt posted on Bataille Socialiste.  Part of my first attempt to do some translating work to spruce up and practice my French.  More […]

    J'aime

  4. Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière (1912-1921) « La Bataille socialiste Says:

    […] Extraits: Le machinisme, Contre le […]

    J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :