Nouvelle étape (1939)

by

Éditorial du numéro de janvier 1939 de Masses (Nouvelle série N°1). Nous avons déjà publié un article extrait de ce numéro: La grève du 30 novembre 1938 .

Après quatre années d’interruption, MASSES reparaît. Disons tout de suite que, sous son nouvel aspect, notre revue restera fidèle à ce qui a été dans le passé son inspiration et sa loi principale: la lutte pour la libération matérielle et morale des hommes. Revue de critique et d’idées révolutionnaires, MASSES demeurera un organe indépendant, ouvert à tous ceux qui sont résolus à combattre sur tous les plans, contre les formes modernes de la réaction, à préparer et à concevoir l’émancipation révolutionnaire de l’humanité.

Ce combat, il nous faut tout d’abord constaster que les grands partis de gauche se sont révélés impuissants à le mener de façon conséquente. Timides dans leur conduite ou machiavéliques dans leurs desseins, toujours profondément conservateurs dans leurs conceptions générales et leur morale, ces partis n’ont cessé de reculer sans combattre devant l’ennemi, faute d’avoir orienté les immenses forces dont ils disposaient il y a deux ans vers la transformation sociale, et dressé l’homme tout entier contre ses séculaires ennemis, faute d’avoir voulu et pensé la Révolution.

Le modérantisme foncier du parti socialiste, l’influence écrasante de l’État russe, bureaucratique et conservateur, sur la parti communiste ont conduits, bon gré mal gré, à la capitulation devant l’ennemi réactionnaire. Nous sommes d’autant moins gênés ici pour dire la vérité dans ce domaine, que MASSES lançai jadis un des premiers appels pour l’union de toutes les forces progressistes et révolutionnaires en France. Mais cette union n’avait de valeur à nos yeux qu’autant qu’elle s’accompagnerait d’un renouvellement, et d’un progrès réel vers la Révolution. Force nous est de constater que ce progrès n’a pas eu lieu, et qu’il faut aujourd’hui combattre seuls, et reposer hors des partis les principes élémentaires de la pensée révolutionnaire. Tel sera surtout le but de MASSES.

La revue ne s’interdira ni la politique passée ou présente, ni l’actualité immédiate. Si nous ne nous y intéressions pas, si nous en désespérions, la publication même d’une revue n’aurait aucun sens pour nous. Mais nous nous assignons surtout comme but de ranimer, dans la mesure de nos moyens, l’esprit révolutionnaire, l’habitude d’envisager les idées et les choses à travers le désir d’une émancipation réelle et définitive de l’homme.

Jamais les sophismes séculaires et les exaltations nauséabondes, engendrés de tous temps par l’inégalité sociale et par l’oppression politique qui en résulte, n’ont eu moins de justification réelle, et plus d’insolent prestige qu’aujourd’hui. MASSES accueillera avec joie tout ce qui pourra les dénoncer.

Nous continuons à nous réclamer du marxisme, comme méthode d’analyse révolutionnaire. Mais si nous admettons avec Marx que l’homme et la société ne font qu’un, nous pensons, comme il l’eût admis lui-même, que l’homme est la fin dernière de la société. Nous ne pensons, ni que le marxisme puisse épuiser à lui tout seul la connaissance de l’homme, ni qu’il puisse dispenser de définir les buts derniers et l’idéal humain de la Révolution.

Rien n’est plus déplorable que la faible résistance rencontrée, dans la plupart des milieux qui nous sont proches, par les préjugés absurdes et inhumains, au surplus démentis chaque jour par la science de l’homme, et sur lesquels se fondent depuis des siècles le règne des classes privilégiées et la misère universelle des hommes. Cette indifférence, ce refus parfois systématique de poser le problème révolutionnaire sur le plan humain, de revendiquer vraiment pour l’homme la jouissance et la liberté, cette timidité têtue devant les tabous toujours triomphants de la société, ont permis au fascisme de ranimer, sans presque rencontrer de contradiction, l’image humaine la plus absurde et la plus misérable, de faire revivre, toutes tares décuplées, le vieil idéal de servilité héroïque et d’abstinence morne qui aurait dû apparaître aux yeux des révolutionnaires, comme la bastille morale de l’ennemi, et comme tel, être assailli sans pitié jusqu’à sa complète destruction.

L’ambition de MASSES sera de se consacrer à cette tâche, dans la mesure de ses forces. MASSES fait appel pour cela à toutes les bonnes volontés comme à toutes les sympathies, se gardant de toute formule étroite, ouverte à la collaboration dans tous les domaines, science de l’homme, philosophie, économie politique, art, histoire des idées, critique des livres, notre revue veut être une large revue de pensée et de critique révolutionnaire. Il dépend de nos amis et de nos lecteurs qu’elle le devienne.

MASSES.

——————————-

N’oublions jamais

Nous ne voulons pas reparaître sans saluer ceux de nos amis qui ne sont plus: notre collaborateur Etchebehere (Rustico), mort à la tête d’une colonne du P.O.U.M. sur le front d’Aragon; notre camarade Colombet, mort devant Teruelen combattant lui aussi l’ennemi fasciste. Le nom de ces héros restera cher à nos coeurs.

Nous voulons également rappeler à nos amis que l’un de nos collaborateurs, Julian Gorkin, subit dans les prisons de la république espagnole un sort odieux. Bien que lavé, ainsi que ses camarades du P.O.U.M., par le tribunal de Barcelone, de l’infamante accusation d’espionnage formulée par les séides du Guépéou, il a été condamné à 15 ans de « privation de liberté ». Ceci pour avoir lors des « Journées de Mai 1937 », combattu aux côtés des révolutionnaires de Barcelone contre les provocateurs staliniens. Malgré les calomnies staliniennes, c’est comme révolutionnaire que Gorkin et ses amis ont été frappés. C’est parce qu’ils n’ont pas trahi la cause de la révolution prolétarienne que nous ne cesserons de nous dresser contre ce jugement inique.

René LEFEUVRE.

masses39001


Publicités

2 Réponses to “Nouvelle étape (1939)”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] Masses: Nouvelle étape (1939) * A l’aide des communards autrichiens ! (1934) * Daniel De Leon: La grève générale […]

    J'aime

  2. From the archive of struggle no.44 « Poumista Says:

    […] (1937, pdf-Datei) * Joan Peiró Belis: El misterioso proceso del POUM (1938, pdf-Datei) * Masses: Nouvelle étape (1939) * Aimé Patri: Humanisme et inhumanisme chez Marx […]

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :