Questions d’hier et d’aujourd’hui (Guesde, 1911)

by

Brochure mise en ligne par Gallica et par l’Université de Colombie-britannique.

Avant-propos

Au moment où on se plaît tant à dénaturer la pensée socialiste; où l’on se fait un malin plaisir de déformer nos doctrines et de caricaturer nos théories, nous avons cru qu’il était opportun de réunir et de publier les éloquents et instructifs discours prononcés par notre ami Jules Guesde aux Congrès nationaux de Limoges (1906), Nancy (1907), Saint-Étienne (1909) et Paris (1910); sur le syndicalisme, l’anti-patriotisme, la question agraire et la coopération.
Trop souvent, lorsque l’on expose ces questions dans les milieux ouvriers ou paysans qui nous ignorent, on abuse de la confiance du monde du travail pour le tromper et le duper.
Mais comme nous nous sommes toujours refusé de prendre à notre compte des conceptions qui sont à l’opposé des nôtres, comme nous ne voulons pas que l’action de notre parti soit mêlée et confondue avec des actions à côté, qui n’ont rien de socialiste, nous obligeant ainsi à supporter des responsabilités que nous n’avons en rien encourues, il est nécessaire de l’affirmer le plus hautement possible et de le proclamer par les plus puissants moyens à notre disposition.
De là, notre résolution de publier ce petit opuscule, dont l’utilité se faisait si impérieusement sentir, et que nous voudrions voir dans toutes les mains: aussi bien dans celles de nos camarades que dans celles de nos adversaires, persuadé qu’ils en feront tous leur profit.
Du reste, Guesde a ceci de particulier, c’est que s’il est toujours lui-même: aussi précis et aussi net, soit qu’il parle, soit qu’il écrive, il a encore en plus cet avantage, c’est que ses discours ne perdent pas plus à être lus qu’à être entendus. Chose assez rare par le temps qui court!
La phrase alerte et vive, concise et claire, rend sa pensée avec une caractéristique et particulière netteté faisant saisir sans difficulté et comprendre sans effort les exposés les plus arides et les plus ardus.
Qu’il traite du syndicalisme, de sa valeur propre, c’est-à-dire de ce que l’on peut en retirer et de ce qu’il ne pourra jamais donner; qu’avec sa logique naturelle il réfute et rétorque les sophismes si simples, si naïfs et par cela si attrayants des néo-anti-patriotes; qu’en pleine possession de toute la doctrine marxiste, il analyse avec un soin minutieux quelle doit être notre attitude vis-à-vis de la paysannerie française et nous mettre en garde contre tout ce qui pourrait gêner notre recrutement chez les ruraux ; qu’il nous signale tous les dangers de ta coopération envisagée comme une institution ayant une valeur socialiste en elle-même et considérée comme l’embryon de la société de demain, Guesde, puissant dialecticien au jugement ferme et lucide, qui voit juste et loin, apporte toujours d’indiscutables arguments étayés par de fortes raisons dont il tire de lumineuses et concluantes déductions.

Aussi, suis-je heureux de présenter au public cette bonne et substantielle brochure, que personne ne feuillettera inutilement, et dont la lecture éclairera bien des cerveaux et éveillera bien des consciences.

COMPÈRE-MOREL

lire en ligne ou télécharger sur Gallica

ou

télécharger le pdf sur archive.org

Publicités

3 Réponses to “Questions d’hier et d’aujourd’hui (Guesde, 1911)”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] prolétariat (1845, Auszug aus La situation de la classe laborieuse en Angleterre) * Jules Guesde: Questions d’hier et d’aujourd’hui (1911) * Socialist Party of Great Britain: Russia since 1917 (1948) * Amigos de Durruti: Una […]

    J'aime

  2. From the archive of struggle no.44 « Poumista Says:

    […] Daniel De Leon: La grève générale (1907) * Jules Guesde: Questions d’hier et d’aujourd’hui […]

    J'aime

  3. From the archive of struggle no.47 « Poumista Says:

    […] (1845, Auszug aus La situation de la classe laborieuse en Angleterre) * Jules Guesde: Questions d’hier et d’aujourd’hui (1911) * Socialist Party of Great Britain: Russia since 1917 (1948) * Amigos de Durruti: Una […]

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :