Le PSU au gouvernement (1983)

by

Article paru dans Socialisme Mondial N°23 (1983).

Huguette Bouchardeau, Secrétaire Nationale du PSU [*], entre donc au gouvernement avec le strapontin d’un secrétariat d’État (à l’environnement). Là elle retrouvera ses anciens camarades du PSU, non seulement Michel Rocard, secrétaire national de 1967 a 1974 (avant de passer au PS) mais aussi Pierre Bérégovoy, Charles Hernu et Alain Savary, également des ex-PSU. Désormais il faudra parler du gouvernement PS/PC/PSU de gestion du capitalisme français.
A première vue, entrer dans un gouvernement dominé par le PS, c’est peut-être incohérent de la part de quelqu’un qui a déclaré dans un tract diffusé pour soutenir sa candidature au premier tour des élections présidentielles de 1981:

« Le socialisme pour nous, doit correspondre à des transformations sociales réelles et non se réduire à une gestion « plus démocratique » de la crise: type de croissance, énergie, politique extérieure, défense, institutions, le PS ne propose que des ajustements ou des maigres changements é la politique giscardienne. »

Mais quand on connaît la nature et l’histoire du PSU on comprend mieux pourquoi il a finalement accepté de participer avec le PS à « une gestion « plus démocratique » (?) de la crise ».

Le PSU a été forme en 1960 par des dissidents de l’ancienne SFIO, du PCF, du radicalisme et du trotskysme, et des chrétiens de gauche. Il se voulait « une force socialiste neuve, différente du communisme et de la sociale-démocratie » et se décrivait comme « un parti révolutionnaire » ayant comme but « de libérer les travailleurs de l’exploitation capitaliste ». Il se situait, surtout après mai 1968, à gauche du PCF.

En réalité il n’a cependant jamais été davantage qu’un petit parti réformiste. Sa confusion sur la nature du socialisme a toujours été totale, comme en témoigne l’attaque lancée contre l’idée d’une société sans argent (c’est-à-dire, contre une caractéristique essentielle de la société socialiste) par Michel Rocard, alors toujours Secrétaire National du PSU, en 1972 dans son livre Questions à l’État socialiste (en passant, un « État socialiste », c’est aussi une contradiction dans les termes). Après avoir écrit que « deux mythes tenaces » circulaient à propos de la monnaie, Rocard a poursuivi:

« L’un est celui de la disparition de toute monnaie. Elle serait remplacée par des « bons de travail », bons représentatifs du travail accompli et qui permettraient à leurs titulaires d’aller s’approvisionner dans les magasins collectifs (…). L’autre mythe tenace en ce qui concerne la monnaie vise sa disparition totale dans le cadre d’une économie intégralement distributive. »

Nous ne défendons pas l’idée de remplacer la monnaie par des « bons de travail », mais nous devons insister sur la nature « intégralement distributive » de la société socialiste. En fait celui qui la nie n’a pas le droit de se réclamer du socialisme. Le socialisme, par sa nature même de société sans propriété, verra la disparition de l’argent, de l’achat et la vente, du salariat et de toute autre catégorie monétaire ou marchande. Ceci, le PSU ne l’a jamais compris.

Son dada a toujours été l’autogestion mais puisque le PSU rejette la suppression de l’économie marchande, il ne peut que s’agir d’une réforme de la superstructure administrative du capitalisme, d’une nouvelle façon, moins autoritaire, de gérer l’exploitation de la classe salariée, même d’associer plus étroitement cette classe à sa propre exploitation. C’est là le point de rapprochement entre le PSU et les autres partis du gouvernement de gauche puisqu’ils veulent, eux aussi, « humaniser » le capitalisme, tâche impossible, soit dit en passant, mais ce n’est pas cela qui empêche la tentative.

En entrant au gouvernement le PSU a été quand même plus cohérent que certains autres groupes qui ont aussi appelé à voter pour Mitterrand et le PS et le PC au deuxième tour. Nous pensons, par exemple, à la LCR d’Alain Krivine, qui a déclaré dans un tract en mai 1981 « pas une voix ne doit manquer à Mitterrand », ainsi qu’aux autres trotskystes et maoïstes qui aujourd’hui veulent refuser toute responsabilité pour les actions d’un gouvernement qu’ils avaient aidé à accéder au pouvoir.

Quant à nous, nous avons, nous aussi, adopte une position cohérente mais dans le sens inverse du PSU. N’ayant pas appelé à voter pour Mitterrand ni au premier ni au deuxième tour, nous sommes libres de le critiquer sans avoir à faire face aux reproches que, paraît-il, certains travailleurs font, à juste titre, à ces soi-disant « révolutionnaires »:

« Bien des militants révolutionnaires d’entreprise, qui critiquent le gouvernement avec leurs camarades de travail, entendent déjà la réflexion qui est, un peu, un reproche: « Oui, mais vous aussi, vous avez fait voter pour Mitterrand » (Arlette Laguiller, Lutte Ouvrière, 19 mars 1983).

Note de la BS:

[*] Huguette Bouchardeau devait quitter le PSU dès 1986 pour devenir députée apparentée PS parachutée dans le Doubs. Le PSU devait se dissoudre en 1989, officiellement pour fusionner avec la majorité des Comités Juquin dans l’Alternative Rouge et Verte (la composante « rénovateurs communistes » des comités Juquin, refusant le soutien électoral apporté aux Verts, formant de son côté un éphémère mouvement, récupérant d’ailleurs quelques militants de l’ex-PSU comme B. Ravenel).

Publicités

Étiquettes :

4 Réponses to “Le PSU au gouvernement (1983)”

  1. Aubert Says:

    LO ne s’est pas contenté d’appeller à voter Mitterrand au second tour, mais a présenté une candidate engageant les travailleurs en votant pour elle à refuser de signer un chèque en blanc à Mitterrand.

    Cette candidature a d’ailleurs suscité une campagne de calomnies du PC dénonçant Arlette Laguiller comme la candidate des préfets (sic).

    Pour ma part les seuls travailleurs que j’ai rencontré à l’époque reprochant à Arlette le vote Mitterrand au second tour était des militants…du PC.

    J'aime

  2. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] aus Sylvain Maréchal l’égalitaire) * Aristide Bruant: Les Canuts (1894) * Socialisme Mondial: Le PSU au gouvernement […]

    J'aime

  3. From the archive of struggle no.47 « Poumista Says:

    […] Maréchal l’égalitaire) * Aristide Bruant: Les Canuts (1894) * Socialisme Mondial: Le PSU au gouvernement […]

    J'aime

  4. Djilas et l’autogestion (1956) « La Bataille socialiste Says:

    […] 1983 Le PSU au gouvernement [Socialisme mondial] […]

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :