Histoire du Parti socialiste en France (P. Louis, 1922)

by

Livre de Paul Louis édité par la Librairie de l’Humanité, numérisé par l’Université de Toronto:

pdf externe

Histoire du Parti Socialiste
en France (1871-1914)

Il ne peut s’agir, dans ce petit volume, de reprendre toute l’histoire du socialisme et des idées socialistes en France. Il y faudrait trop de pages. On ne saurait vouloir décrire, en quelques chapitres, et les mouvements du prolétariat de ce pays entre la période Conventionnelle et la fondation de la III e Internationale, et l’évolution intellectuelle, qui part du babouvisme, pour aboutir à la pénétration du marxisme dans les programmes.

Lorsque nous regardons en arrière, c’est un long passé que nous offre le socialisme français. Il se relie à la Révolution et même à la période pré-révolutionnaire. Gracchus Babœuf continue les Jacobins, même quand il se dresse contre leur concept de la propriété.
Saint-Simon et Fourier, si différents soient-ils l’Un de l’autre, ont également puisé dans les encyclopédistes. Le mot fameux de Proudhon : « La propriété, c’est le vol », a été en réalité emprunté à Brissot de Warwille. Les journées ouvrières de 1848, y compris celles de juin, et la Commune de 1871, se rattachent, à beaucoup d’égards, aux épisodes les plus fameux de 92 et de 93. Même l’insurrection innove rarement.
Une pensée presque immuable se transmet de génération en génération. Ce n’est pas sans motif que la révolution russe a donné une grande place à l’étude de la révolution française…

Dans la collection que ce livre ouvre, en quelque sorte, on trouvera des analyses succinctes et pourtant complètes des œuvres françaises les plus marquantes parmi celles qui caractérisent le socialisme utopique.
On y trouvera encore d’autres présentations raccourcies des écrivains du socialisme scientifique. C’est à une tâche de vulgarisation, et non d’érudition historique, que nous nous sommes voués, désireux de redresser devant les masses ouvrières les annales et les titres de notre Parti.

Quant à moi, je me suis assigné pour besogne un tableau de la formation et du développement du Parti Socialiste depuis la Commune jusqu’à la guerre mondiale. Avant le Congrès de Marseille, qui se tint en 1879, il n’y avait pas, à proprement parler, de Parti.
Les groupements ouvriers, qui se créèrent sous la monarchie de Juillet, sous la seconde République, sous le second Empire, ne méritaient pas ce nom. Quelque stimulant que fournît l’apparition de la I° Internationale aux prolétaires français, cet événement ne suscita aucune organisation analogue à celles que nous connûmes à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècles. Je raconterai comment les partis surgirent, puis se rapprochèrent, pour former un parti unique, et comment ce parti, lui-même affilié à la II° Internationale, vécut, évolua jusqu’à la guerre.
Si je m’arrête à la date 1914, c’est qu’elle ouvre la période des troubles internes qui devaient aller s’aggravant rapidement et aboutir, par un phénomène de dissociation inévitable et logique, à la fondation du Parti Communiste.

Sans doute, entre ce Parti Communiste et le Parti Socialiste d’autrefois, des différences profondes se révèlent. Ce n’est point mon intention de les relever ici. Mais le Parti Socialiste, que je vais décrire dans son évolution, est le père, l’ancêtre de notre Parti Communiste. Il s’est réclamé des doctrines et des patronages dont nous nous réclamons nous-mêmes.
Il a contenu beaucoup d’hommes qui sont maintenant dans nos rangs et qui sont devenus communistes par fidélité à leur passé. J’ai montré ailleurs que les doctrines de la III° Internationale étaient les doctrines mêmes du marxisme. Or le Parti Socialiste français, en toute occurrence, se déclarait marxiste, et c’est en effet du plus pur marxisme que s’était inspiré l’un de ses éléments constitutifs, et non le moindre : le parti ouvrier de Guesde et de Lafargue.

Ainsi se justifie la pensée directrice de cette brève étude, qui embrassera trente-cinq années de la vie socialiste en ce pays. — P. L.

Publicités

Une Réponse to “Histoire du Parti socialiste en France (P. Louis, 1922)”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] Auszug aus La Jacquerie) * Dautry, Prudhommeaux et “l’ Ouvrier communiste” * Paul Louis: Histoire du Parti socialiste en France (1922, Vorwort) * Munis n’a jamais milité dans le POUM * Jim Plant/Nasrin Plant: Why we have […]

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :