Notre Mayday et le leur

by

Traduction rapide d’un billet d’Alan Johnstone paru sur Socialisme or your money back, blog du SPGB.

Le premier mai est le jour où le mouvement ouvrier célèbre son internationalisme, affirme l’unité de classe au-delà  des frontières. C’est en tout cas en ces termes que le fait le Parti socialiste de Grande-Bretagne (S.P.G.B.), car la tradition s’est dégradée dans la réalité d’aujourd’hui.

Le Premier Mai, Mayday, ne semble plus être un événement culturel, il s’est de plus en plus dissocié de l’horizon de la grande majorité de la classe  travailleuse.  Et si les travailleurs manifestent le Premier Mai, est-ce encore pour de bonnes raisons ? Le Premier Mai est tombé aux mains de la hiérarchie du parti travailliste et de ses valets syndicalistes, est devenu une célébration de leurs organisations, une journée du triomphe travailliste et  son auto-congratulation, un acte de lèche-bottes et de prosternation face aux maîtres politiques. C’est révélateur que le Premier Mai soit devenu coupé de l’expérience vivante de la plupart des travailleurs. C’est un processus de dissociation continue de la classe travailleuse de tout contrôle réel sur leur vie économique, les institutions aliénantes, créées dans le cadre de la domination étatique. Comme les gens s’éloignent de plus de plus des manifestations, cela permet aux travaillistes et  à leurs laquais syndicaux de faire  du Premier Mai leur journée.
En se rappelant que 364 jours par an appartiennent à leurs patrons, les travailleurs peuvent prendre des mesures pour arracher Mayday à l’emprise de la bureaucratie syndicale aliénée, et en faire notre journée une fois encore. Mayday appartient aux travailleurs. Bien que cela implique d’admettre que le reste de l’année appartient aux capitalistes, cela signifie aussi que nous savons qui nous sommes. Que Mayday soit commémoré par les travailleurs à travers le monde nous rappelle que nous avons un monde à gagner et que nous pouvons le gagner. Notre tâche est de construire une union de la classe travailleuse, organisée pour mettre fin au système de propriété qui divise et nous opprime.

Voir aussi:

Advertisements

%d blogueurs aiment cette page :