Grande-Bretagne: Le gouvernement déclare la guerre de classe

by

Traduction d’un article paru hier sur Socialism or your money back, blog animé par des militants du Parti socialiste de Grande-Bretagne (SPGB).

« Coupes féroces » dans les dépenses des ministères, coupes dans l’aide au logement, deux ans de gel des salaires des fonctionnaires, moins de prestations d’aide sociale, hausse des prix due à la hausse de la TVA, voilà les annonces du 22 juin inaugurant ouvertement une nouvelle « période d’austérité » et d’« années douloureuses « ,  ce qui confirme que le rôle des gouvernements est de  mettre l’appareil d’État au service de l’intérêt général de la classe capitaliste, l’infime minorité des super-riches qui possèdent et contrôlent les moyens de production. Que les gouvernements soient véritablement  les « comités exécutifs de la classe dirigeante », c’est ce que Marx avait dit.

De fait, dans un retour au XIX° siècle, ce gouvernement est essentiellement composé de membres de la classe dirigeante. Et ces millionnaires ont le culot de nous dire que nous devrions nous serrer la ceinture et changer notre mode de vie afin que leur pouvoir continue.

En réduisant l’impôt sur les sociétés le chancelier a suivi les conseils d’un comparse conservateur qui écrivait dans le Times (17 Juin) qu’il fallait choisir « les intérêts des employeurs et des créateurs de richesse. Ça ne sera pas populaire, mais une meilleure santé des entreprises – grâce aux exonérations fiscales et à la fin des tracasseries administratives – est essentielle pour générer des recettes fiscales, des exportations et de nouveaux emplois. »

On notera l’arrogance de ces gens qui se décrivent comme des «créateurs de richesse », alors qu’en fait ce sont les employés et non les employeurs qui créent la richesse en transformant les matières premières en choses utiles. Ce que font les employeurs c’est qu’un maximum de cette richesse nouvellement créée aille aux profits de leurs entreprises.

Mais les conservateurs ont raison sur un point. Sous le capitalisme le moteur de la croissance c’est  bel et bien l’accumulation du capital par les entreprises et cela est alimenté par les profits. En ce sens, les recettes fiscales et les emplois dépendent d’entreprises lucratives en bonne santé, même si  c’est de la camelote de tenter de faire croire aux gens qu’il serait dans leur intérêt que la priorité soit donnée aux bénéfices. Que la priorité doive être accordée aux profits au détriment du niveau de vie des travailleurs et des personnes à charge est la confirmation que le capitalisme est un système où la création de richesses  ne fonctionne pas dans l’intérêt de la majorité. C’est pourquoi il faut s’en débarrasser.

En attendant, il faut vivre avec. Ça ne signifie pas que nous devons  accepter les mesures gouvernementales. La baisse concrète de notre niveau de vie ne doit pas être quelque chose que le gouvernement peut décréter. Cela dépend de notre détermination à résister. En d’autres termes, de la lutte des classes. Mais, tout étant toujours contre nous sous le capitalisme, ce ne sera qu’une défensive pour essayer d’empêcher que les choses ne s’aggravent.

C’est encore une raison pour laquelle nous devrions nous organiser, non seulement pour limiter les dégâts, mais pour mettre fin au capitalisme et  instaurer une société fondée sur la propriété commune et le contrôle démocratique des  moyens de production, de sorte que la production puisse être adaptée aux besoins des gens au lieu d’être subordonné à faire des profits pour quelques-uns.

Publicités

Une Réponse to “Grande-Bretagne: Le gouvernement déclare la guerre de classe”

  1. lucien Says:

    L’article (en anglais) va paraître dans le Socialist standard de juillet.

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :