Des sectes à l’Internationale (Marx, 1872)

by

Extrait, choisi par Maximilien Rubel dans Pages choisies pour une éthique socialiste (Rivière, 1948), de Les Prétendues Scissions dans l’Internationale, 1872 (Circulaire privée du Conseil Général de l’A.I.T., reproduit dans Le Mouvement socialiste, juillet-août 1913).

La première phase dans la lutte du prolétariat contre la bourgeoisie est marquée par le mouvement sectaire. Il a sa raison d’être à une époque où le prolétariat n’est pas encore assez développé pour agir comme classe. Des penseurs individuels font la critique des antagonismes sociaux et en donnent des solutions fantastiques que la masse des ouvriers n’a qu’à accepter, à propager, à mettre en pratique. Par leur nature même, les sectes formées par ces initiateurs sont abstentionnistes, étrangères à toute action réelle, à la politique, aux grèves, aux coalitions, en un mot à tout mouvement d’ensemble. La masse du prolétariat reste toujours indifférente ou même hostile à leur propagande. Les ouvriers de Paris et de Lyon ne voulaient pas plus des Saint-Simoniens, des Fouriéristes, des Icariens, que les chartistes et les trade-unionistes anglais ne voulaient des Owenistes. Ces sectes, leviers du mouvement à leur origine, lui font obstacle dès qu’il les dépasse; alors elles deviennent réactionnaires; témoin, les sectes en France et en Angleterre, et dernièrement les Lassalliens en Allemagne qui, après avoir entravé pendant des années l’organisation du prolétariat, ont fini par devenir de simples instruments de police. Enfin, c’est là l’enfance du mouvement prolétaire, comme l’astrologie et l’alchimie sont l’enfance de la science. Pour que la fondation de l’Internationale fût possible, il fallait que le prolétariat eût dépassé cette phase.

En face des organisations fantaisistes et antagonistes des sectes, l’Internationale est l’organisation réelle et militante de la classe prolétaire dans tous les pays, liés les uns avec les autres, dans leur lutte commune contre les capitalistes, les propriétaires fonciers et leur pouvoir de classe organisé dans l’État. (…)

Une Réponse to “Des sectes à l’Internationale (Marx, 1872)”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] Landau (1980) * Albert Masó March (1918-2001) (2002) * Déclaration des 46 (1923) * Karl Marx: Des sectes à l’Internationale (1872) * Autobiographie d’Alexandre Chliapnikov (1924) * Johnson-Forest Tendency: La IV° […]

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :