Retraites : les travailleurs attaqués peuvent battre le gouvernement !

by

Avec son projet de contre-réforme des retraites, le gouvernement Sarkozy veut faire passer une nouvelle mesure contre les travailleurs. L’enjeu est d’importance.

Cette rentrée va être marquée par des grèves et des manifestations, sans doute massives. Il sera cependant nécessaire de poursuivre et d’accentuer la mobilisation, de passer à l’étape supérieure : face à l’attaque, l’unité des salariés doit se concrétiser pour obtenir le retrait de cette nouvelle contre-réforme des retraites et de toutes les attaques contre les travailleurs.

Divers appels et initiatives ont déjà été lancés pour se servir de la journée de grève du mardi 7 septembre comme d’un point de départ pour une lutte de plus grande ampleur. En effet, malgré l’unanimité des syndicats contre ce projet (qui n’a guère reçu que le soutien, ô combien révélateur, du Medef), nous ne pouvons pas attendre une impulsion efficace de la lutte de la part des directions syndicales : trop de défaites passées forment une lourde expérience en ce sens. Il s’agit d’organiser à la base la contre-offensive sociale, la grève de masse généralisée.

Dans l’immédiat, il s’agit évidemment de participer à la lutte contre ce projet gouvernemental. Mais nous participerons aux mobilisations unitaires sans dissimuler nos opinions : pour notre part, nous sommes opposés au système du travail salarié et au mode de production capitaliste. Nous militons donc pour un autre type de société, où on ne serait plus obligé de perdre sa vie à la gagner en attendant d’avoir 60 ans pour disposer – enfin ! – librement de son temps.

La crise du capitalisme confirme que le mode de production capitaliste est destructeur, injuste, violent et instable. Nous sommes pour la défense des intérêts des travailleurs, et c’est pour cela que nous sommes aussi et surtout pour une autre société, libérée du travail contraint et des rapports capitalistes de production, une société sans classes sociales, débarrassée des Etats et des frontières. Cela ne peut être construit que par l’action commune à la base, par la démocratie directe.

Pour aller vers des victoires, il est indispensable de commencer par ne pas perdre sur les retraites. Luttons contre la classe capitaliste et son gouvernement :

Non à toute augmentation de l’âge de départ en retraite !

Non à l’augmentation de la durée de cotisation ! 37,5 annuités maximum pour tous (public/privé) !

Aucune retraite inférieure au SMIC !

A bas le travail salarié, à bas le système capitaliste !

Démocratie Communiste – Luxemburgiste, 30 août 2010.


Publicités

Étiquettes : , , ,

3 Réponses to “Retraites : les travailleurs attaqués peuvent battre le gouvernement !”

  1. cgttefsas Says:

    Mardi 7 septembre, imposons nos revendications. RETRAIT DE LA CONTRE RÉFORME DES RETRAITES DE SARKOZY/ FILLON/ WOERTH!

    Rien n’est joué !

    Mardi 7 septembre, imposons nos revendications.

    Grande manifestation unitaire

    10h gare Sncf de Grenoble (*)

    (*) BOURGOIN 10h parking Diederich – LA TOUR DU PIN 10h ZI des Vallons de La Tour

    ROUSSILLON 10h30 place de la République – VIENNE 14h30 Champ de Mars

    http://cgttefsas.wordpress.com/2010/08/31/mardi-7-septembre-imposons-nos-revendications-retrait-de-la-contre-reforme-des-retraites-de-sarkozy-fillon-woerth/#comment-196

    J'aime

  2. Hempel/Roche Says:

    Proclamation maximaliste infantile!

    Il est gentil tout doux notre maximaliste « luxemburgiste » de vouloir nous faire défiler pour son grand soir supposé derrière les crapules syndicales qui ont déjà dealé le truc depuis des années avec leurs maîtres au gouvernement! « Imposons nos revendications! »! Il parle au nom de qui et de quoi?
    Même le gauchiste moyen n’ose plus se faire d’illusion sur le miroir aux alouettes de la retraite à 60 ans et le retour des processions syndicales foutage de gueule; la retraite à 60 ne peut plus être une revendication unifiante dans la crise, laquelle fonctionne déjà depuis des années à la tête du client (aucune situation n’est identique de toute manière, il est lycéen notre « luxemburgiste »?)
    S’il y avait quelque chose à faire, ce serait pour les prolétaires:
    1°) d’évincer les appareils syndicaux des manifs
    2°) de provoquer des AG pour discuter des problèmes de fond posés qui ne se limitent ni à la retraite ni au scandaleux Woerth!

    Sinon tous ces appels d’individus coupés de toute réalité sociale ou engoncés dans un syndicalisme corporatif restent la ruée du cheval sans tête!

    J'aime

    • leaud Says:

      Proclamation sectaire sénile.

      Il faudrait déjà savoir lire : ta « citation » n’est pas dans le texte… Et plutôt que l’invective, mieux vaudrait nous informer sur les nombreuses AG que tu animes, ou sur ce que tu feras le 7 septembre : après-midi devant la télé ? La bourgeoisie en tremble d’avance.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :