3 millions de manifestants aujourd’hui

by

Avec 3 millions de manifestants dont une proportion croissante de salariés du privé, la journée d’action d’aujourd’hui a été une réussite, ce qui n’était pas gagné d’avance tant un deuxième effort financier dans le mois pour une stratégie d’action et une plateforme revendicative problématiques auraient pu en décourager plus d’un. Dans encore de trop nombreuses villes et entreprises, il n’y aura pas eu d’assemblées générales de grévistes. Les efforts déployés depuis quinze jours par des militants de diverses tendances pour enclencher des mécanismes de reconductions si possible à partir de demain ont portés des fruits encore bien maigres.  Pourtant, tous nos réseaux concordent à noter une  très sensible progression de la conscience partagée de la nécessité d’une grève générale pour faire reculer le gouvernement. Cette grève générale est forcément difficile à enclencher d’en bas sur un dossier national, chacun ayant notamment une vraie crainte de partir seul ou le premier. L’idée de partir dans une grève de plusieurs semaines pour voir au final les syndicats signer un compromis à la marge sur la pénibilité fait aussi partie des images qui font hésiter.

Les salariés sont incontestablement mobilisables sur le dossier des retraites, et ils ne sont pour la plupart pas dupes des « insuffisances » de plateforme revendicative  et de calendrier de l’intersyndicale. Ils savent que la bataille, si elle devait être vraiment engagée dans les semaines qui viennent, sera dure. Ils voudraient qu’elle soit efficace. Les deux semaines qui viennent seront donc décisives.

S.J.

Citations du jour:

« Ceux qui veulent radicaliser le mouvement, appeler à la grève générale, veulent souvent rentrer dans une démarche politique, d’opposition globale avec le gouvernement » (F. Chérèque, J.D.D.)

« mais en fait y a jamais vraiment d’acquis sociaux, tout peut toujours être remis en cause par de nouvelles lois » (une collègue)

Voir aussi:

Advertisements

Étiquettes : , , , ,

6 Réponses to “3 millions de manifestants aujourd’hui”

  1. Hempel Says:

    Soit vous êtes des naïfs indécrottables (alors bon je passe) soit vous vous faites complices des menteurs syndicaux, auquel cas j’ai honte pour « la bataille socialiste ». Leurs chiffres sont faux comme tout raisonnement lucide de prolétaire en colère peut le déduire. UN: les grèves o nt chuté car on peut pas s’amuser de perdre du fric pour des journées d’action inutiles e à répétition, ensuite la « grève reconductible » c’est du pipeau pour fils à papa gauchiste. Le soufflé du 7 est bien retombé du fait que, derrière votre dos et le mien (pour ceux qui poussent trop le raisonnement) les caïds syndicaux aboient que le texte a de toute façon été voté par le parle-ment. Tu crois que les syndicats veulent la révolution?

    J'aime

    • lucien Says:

      J’ai l’impression Jean-Louis que si je suis ton raisonnement: 1 – on ne peut pas lutter avec les syndicats, 2 – on ne peut pas lutter sans les syndicats; donc: on ne peut jamais lutter ? On ne peut jamais envisager la possibilité d’un débordement par la base ? Pour ce qui est du nombre de grévistes il faut préciser que s’il a baissé dans le public il s’étend dans le privé, et qu’avec moins de grévistes on a eu au moins autant de manifestants (es-tu allé dans les manifs du 7 et du 23 ??? il ne semble pas, et tu y verrais des gens qui n’ont rien de fils à papa).
      Pour répondre à ta question hors de propos: NON, je ne crois absolument pas que les syndicats veulent ni ne voudront jamais la révolution. Qui attend ça d’eux d’ailleurs ? Mais la révolution ne viendra pas dans un paysage de masses résignées et découragées. Quand dans une période très dépolitisée, de plus en plus de gens (pas des gauchistes justement, mais aussi des gens pas ou très peu politisés) en viennent à envisager une grève reconductible ou à comprendre la réversibilité des « acquis sociaux » et donc des réformes en général, ce sont des choses à prendre en compte.

      J'aime

  2. *** Says:

    Informations Sud Chimie
    Les salariés de TOTAL poursuivent le mouvement démarré le 23 septembre pour le retrait du projet de loi retraites A l’appel, notamment, des syndicats SUD et CGT, les salariés des raffineries TOTAL de Dunkerque, Normandie, Donges, Grand-Puit et Provence ont décidé de reconduire vendredi 24 septembre le mouvement de grève engagé le 23 septembre pour imposer le retrait du projet de loi sur les retraites.
    Des assemblées générales seront réunies samedi 25 septembre afin de décider sur tous les sites une nouvelle reconduction.
    Rouen, le 24 septembre 2010, 14h30
    Union Syndicale – SUD Chimie Pharma
    6, rue Louis Blanc
    76100 Rouen

    J'aime

  3. lucien Says:

    Tract de Critique sociale:
    http://www.critique-sociale.info/index.php/component/content/article/44-tracts/120-cs

    J'aime

  4. patrice Says:

    Chèrèque demande dans Libération que le gouvernement l’aide à « sauver la face »:


    « Pour ma part, je fais une proposition au gouvernement : qu’il subordonne le recul de l’âge du taux plein de 65 à 67 ans – prévu à partir de 2016 – à un vote formel du Parlement en 2015, et après un rapport sur la situation des femmes et des précaires. (…) Bref, ce schéma permet à tout le monde de sauver la face. Et nous laisse du temps pour redébattre sérieusement d’une nouvelle réforme et du recul de l’âge légal de départ à 62 ans. »

    Les propos de Chérèque sont clairs. Il est prêt à accepter le recul de la retraite de 60 à 62 ans si en échange, on lui permet de laisser de côté pour quelques temps le passage de 65 à 67 ans pour la retraite à taux plein.

    J'aime

  5. Pierre Montoya. Says:

    Je trouve que Lucien a donné le ton qui juste et Patrice poursuit en montrant le « talon d’Achille ». Chérèque qui voudrait bien sortir, attend le moindre geste de la part du gouvernement. Il lui faut un prétexte et rien ne vient. Et puis, il y a la base, plus radicale que les directions, dans de telles conditions et à l’instant « T », se retirer avec des « pépins de figue » serait suicidaire à terme pour la direction qui s’y aventurerait.
    Il est aussi agréable de constater la féminisation importante des cortèges notamment derrière les banderoles de la CGT FO, avec des militantes particulièrement déterminées.
    A Tarbes les chiffres sont impressionnants, du jamais vu, c’est une véritable levée populaire. plus de 33 000 manifestants dans une ville qui compte à peine plus de 45 000 habitants et un département de 240 000 habitants. Le ridicule du gouvernement et des médias de l’annoncer sans vérifier, en donnant moins de manifestants à Marseille qu’à Tarbes.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :