Entretien avec Maximilien Rubel (1995)

by

« Un penseur du XXe siècle et non du XIXe »

Un entretien avec Maximilien Rubel, qui dirige l‘édition, dans « La Pléiade », des œuvres de Marx. Propos recueillis par Nicolas Weill.

Le Monde des Livres, 29 septembre 1995

Dans votre introduction au premier tome des Écrits politiques de Marx (quatrième volume en « Pléiade »), paru il y a quelques mois (1), comme dans vos livres, dans Marx critique du marxisme par exemple (2), vous dénoncez la transformation d’une pensée vi­vante, prophétique même, en credo laïc d’un régime totalitaire. Quelle est, selon vous, l’actualité de Marx, alors que les régimes qui disaient s’inspirer de sa pensée se sont ef­fondrés ou traversent une crise profonde ?

L’œuvre de Marx n’est liée ni à un esprit ni à un individu, mais au sort d’une classe sociale que Marx appe­lait le prolétariat. Marx croyait en effet, au-delà même des limites de la classe, déchiffrer le destin de l’humanité tout entière. La théorie qu’il a scientifiquement développée dans Le Capital – la prolétarisation et la paupérisation – s’applique bien au plus grand nombre, à l’« immense majorité ». Ce qui est en jeu, chez lui, c’est la survie de l’espèce, livrée à l’économie capita­liste et au mode étatique du gou­vernement – au capital et à l’État. Quant au marxisme, il commence à proprement parler avec Engels. C’est Engels qui, ne l’oublions pas, a tiré Marx de l’oubli, par le soutien financier et intellectuel qu’à lui a apporté. C’est aussi lui qui, en tant qu’héritier littéraire, a publié une partie importante de ses écrits posthumes, les livres II et III du Capi­tal. Marx n’en redoutait pas moins pour l’avenir de son œuvre la dou­teuse destinée qui serait la sienne au XXe siècle. On connaît le mot qu’il aimait à répéter ; « Ce qu’il y a de certain c’est que moi je ne suis pas marxiste. »

Marx était obsédé par la possibi­lité d’un échec. Un échec qui ne se­rait pas celui de sa propre théorie, mais celui d’une humanité qui rate­rait son émancipation à travers celle du prolétariat. Durant les cinq décennies au cours desquelles j’ai étudié cette œuvre, l’école marxiste dominait la scène. A coup sûr, la ré­volution de 1917 marque une rupture entre deux formes de récep­tion de Marx. En forçant quelque peu, on peut dire qu’elle a inauguré l’ère de la mystification marxiste.

Comment avez-vous été amené à l’œuvre de Marx ?

Par les misères du siècle, que j’ai presque toutes vécues. Je suis né en 1905. Ma ville natale, Czemowitz, faisait alors partie de l’empire aus­tro-hongrois. Les aléas de la première guerre mondiale ont fait de moi un Roumain. Je vis à Paris de­puis 1931… Croyez-moi, le Marx dont je parle n’est pas seulement celui que mes collègues ont décou­vert dans les livres, et qu’ils cherchent aujourd’hui à « dépas­ser »… Je suis venu à Marx par l’occupation allemande, à une époque où un juif d’origine pouvait faire dans sa chair l’expérience du totali­tarisme. J’ai été approché par un groupe de jeunes marxistes et anarchistes qui cherchaient à diffuser des tracts de propagande révolu­tionnaire en allemand auprès des troupes d’occupation. J’ai proposé à ces militants de rédiger un texte où l’on ne mentionnerait ni Marx ni le socialisme, mais qui ferait tout simplement appel à l’instinct d’in­soumission des soldats allemands. C’est cependant à la suite de cet épisode que j’ai commencé à m’in­téresser à Marx de façon systématique. J’allais lire, à la Bibliothèque nationale, la MEGA (Marx-Engels-Gesamtausgabe, édition complète des œuvres de Marx et d’Engels)

Comment l’érudit que vous êtes de­venu, le « marxologue », explique-t-il qu’à la différence de Hegel ou de Nietzsche, dont les œuvres furent publiées très vite dans leur intégralité, il n’existe pas encore à ce jour d’édition complète et de ré­férence de Marx ?

La première édition, réalisée conjointement à Moscou et à Ber­lin, et qu’on nomme la première MEGA, avait eu pour maître d’œuvre Riazanov (David Borissovitch Goldendach). Celui-ci fut le premier « marxologue » à part en­tière. Il adhéra en 1917 au parti sans renoncer pour autant à ses principes de « loup syndicaliste ». Il n’était nullement un bolchevik, même s’il avait dû s’inscrire au parti et, à la demande de Lénine – qui se considérait comme un ingénieur de la pensée de Marx –, avait fondé à Moscou l’Institut Marx-Engels en 1922. En janvier 1931, Riazanov est convoqué par Staline, qui le somme de lui livrer les archives du parti menchevik composé de « marxistes de type classique ». Riazanov re­fuse. Il fut alors destitué de ses fonctions et banni à Saratov. On connaît son destin depuis l’ouver­ture des archives soviétiques : il fut fusillé après une parodie de procès au moment de la grande terreur stalinienne.

Riazanov – remplacé par V. Adoratski – avait laissé douze volumes sur les quarante qu’il projetait de sortir. Mais la deuxième MEGA, qui fut initiée, au milieu des années 60, par les deux instituts du marxisme-léninisme de Moscou et de RDA, constitue un nouveau projet. Sur les cent quarante volumes prévus, quarante cinq parurent à partir des années 70, sous les auspices de Moscou. Après l’effondrement de l’empire dit « soviétique » et la dis­parition du parti communiste est-allemand (SED), la tâche éditoriale est assumée par la Fondation internationale Marx-Engels (IMES) d’Amsterdam, ville où furent trans­férés, après la prise du pouvoir par Hitler et grâce à un sauvetage quasi-miraculeux, les deux tiers des manuscrits et des papiers de Marx, légués par Engels au Parti social-démocrate allemand. J’ai, pour ma part, fait partie du conseil scienti­fique de l’IMES avant de le quitter en désaccord sur certains principes d’édition notamment l’absence d’un projet de réédition des vo­lumes publiés pendant la période marxiste-léniniste.

Cela signifie-t-il que le corpus de Marx, une fois qu’il sera complet, pourrait nous réserver des sur­prises ?

Franchement, je ne le crois pas. Riazanov ne voulait publier que quarante volumes tout simplement parce qu’il jugeait inutile d’éditer l’intégralité des cahiers d’extraits de Marx (plus de deux cents !). Cahiers qui ne sont que de simple copies, souvent sans notes personnelles, des textes qu’il lisait. Car Marx était un lecteur obsessionnel. Une phrase nous donne la clef de cette passion. Après la publication du livre I du Capital en 1867, Marx écrit, en anglais, à sa fille Laura Lafargue, pour lui demander de lui procurer certains ouvrages : « Ne pense pas que je sois fou de livres. Je suis une machine condamné à dévorer des livres et à les rejeter sous une forme changée sur le fumier de l’histoire. » Grande passion et surtout grande modestie: ne dirait-on pas que Marx est en train de soutenir ici qu’il n’est rien d’autre qu’un lecteur, qu’il ne prétend pas au titre de « fondateur » ?

Il faut donc pas s’attendre à des découvertes sensationnelles. Je le crois d’autant moins que la pensée de Marx est inachevée par es­sence, et non parce qu’on n’aurait pas encore intégralement publié son œuvre. Mais, assurément, la connaissance de ses sources aide à retrouver l’orientation globale de son enseignement.

Pensez-vous que les idées de Marx puissent fonctionner aujourd’hui sur un autre mode que celui d’un évangile politique pour régime to­talitaire ? Faut-il en faire, comme vous le pensez, une éthique ?

Avant 1917, outre l’école marxiste des Kautsky, Rosa Luxemburg, Otto Bauer, etc, il y a eu une réception non marxiste selon laquelle Marx était une espèce de prophète, et son œuvre une eschatologie pro­fane annonçant le salut de l’huma­nité non par l’arrivée d’un sauveur, d’un messie, mais par le prolétariat, « l’immense majorité », consciente de révolution cataclysmique du système économique fondée sur le capital et sur l’État. La Question juive peut être ainsi lue – au rebours de l’interprétation traditionnelle qui en fait un écrit judéophobe – comme l’admonestation d’un prophète aussi dur pour le peuple d’Israël que pouvait l’être un Jérémie par exemple, mais qui demeure un prophète parmi les siens… Faisant le bilan de son rapport à Hegel dans ses textes de jeunesse, Marx utilise sans hésitation l’expression d’« impératif catégorique », par la­quelle Kant désignait la source de l’action morale. Chez Mars il s’agit de l’impératif de « supprimer toutes les conditions dans lesquelles l’homme est un être humilié, asservi, abandonné et méprisable. » Cette préoccupation éthique traverse toute l’œuvre, jusqu’au Capital.

Cet «aggiornamento » de l’œuvre de Marx doit-il alter jusqu’à considérer celui-ci comme le premier pourfendeur et théoricien du totalitarisme ?

Marx, condamnait trois formes de « despotisme » (le terme de totalitarisme lui était inconnu): en France, le bonapartisme, ce que j’ai développé dans mon Marx devant le bonapartisme (3) ; en Allemagne, le prussianisme ; et surtout en Russie, le tsarisme. Mais l’archétype, c’est bien le premier Napoléon, dont le neveu, Napoléon III, n’est qu’une image affaiblie. Dans la critique de ces trois genres d’absolutisme d’État nous avons déjà celle du to­talitarisme moderne ! La Russie étant la cible préférée. N’a-t-on pas parlé de la « russophobie » de Marx ?

Certains attribuent à son œuvre une valeur exclusivement descriptive du capitalisme au siècle der­nier. La validité de sa pensée n’ex­céderait pas les bornes de son époque. Qu’en pensez-vous ?

Permettez-moi de répondre par un paradoxe. J’estime pour ma part, au contraire, que Marx est un penseur du XXe siècle et non du XIXe. Marx est même le seul pen­seur du XXe siècle dans la mesure où aucun de ses contemporains n’a laissé d’œuvre utilisable, fût-ce au prix d’une distorsion. Ainsi n’y a-t-il pas eu d’empire hégélien, alors qu’il existe encore un empire marxiste – la Chine, par exemple. Ce qui s’est produit et s’est achevé avec l’URSS nous permet de prendre conscience plus encore des deux menaces qui, selon Marx, pèsent toujours sur le destin de l’humanité, par l’intermé­diaire des armes de destruction massive : l’Etat et le système capita­liste en cours de mondialisation. »

Notes:

(1) Ce tome IV couvre la période 1848-1854; et forme la première partie des écrits politiques (1968 p., 540 F, avec un index des noms et des matières). L’édition complète des œuvres de Marx dans La Pléiade-Gallimard de­vrait comprendre six volumes. Signa­lons également le numéro 30-31 (juin-juillet 1994) des Cahiers de l’Isméa, série « Études de marxologie » consacré à Marx et la fin de la préhistoire (Presses universitaires de Grenoble).
(2) Payot, 1974
(3) Ed. Mouton, 1960.


%d blogueurs aiment cette page :