Vie de Lénine

by

Traduction d’une note de lecture d’Adam Buick à paraître dans le Socialist standard d’août 2011.

Lenin. Lars T. Lih. Reaktion Books, 2011. £10.95.

C’est une bonne biographie de Lénine, né Vladimir Oulianov en 1870, fils d’un haut fonctionnaire tsariste. Lih fait bien ressortir comment jusqu’en 1917, Lénine était essentiellement un révolutionnaire russe anti-tsariste avec notamment sa propre théorie et sa stratégie pour renverser le régime tsariste et le remplacer par une république démocratique, ce qui était le but de tous les révolutionnaires russes du XIXème siècle. Au début beaucoup pensaient que la base sociale pour le renversement du tsarisme pourrait être la paysannerie. Puis ils se sont tournés vers l’assassinat (le frère de Lénine, Alexandre, a été quant à lui exécuté en 1887 après une tentative infructueuse sur la vie du tsar Alexandre III). Après les grèves très répandues dans les années 1890 certains se sont tournés vers le prolétariat d’usine comme base de masse et se sont identifiés eux-mêmes comme sociaux-démocrates marxistes. Un de ceux-ci, à partir de 1893, fut Lénine.

En tant que marxistes, les sociaux-démocrates admirent que la Russie, au moins sur ses seules forces, aurait à passer par le biais du capitalisme, ce qui créerait la base matérielle du socialisme et préparerait la classe travailleuse à diriger la société. Certains ont soutenu qu’il était donc préférable de laisser le leadership à la révolution populaire, démocratique (ou «bourgeoise») renverserait le tsarisme avec le soutien des travailleurs et des paysans. Lénine n’était pas d’accord. Lih le décrit comme tenant au «scénario héroïque» du prolétariat industriel leader de la masse du peuple russe (qui étaient principalement composé de paysans) pour renverser le tsarisme et établir une république démocratique. Lénine savait très bien que le socialisme en Russie (seule) était hors de question.

Comme cela s’est avéré, le régime tsariste régime s’est effondré sur lui-même en mars 1917 sous l’impact de la Première Guerre mondiale. Lih décrit comment Lénine a alors réorienté sa position et a commencé à soutenir qu’au lieu d’une république démocratique et du capitalisme libéral, ce qui pourrait être instauré en Russie était un régime de la classe travailleuse qui pourrait poser des «étapes vers le socialisme», en attendant une révolution socialiste dans le reste de l’Europe, dont il était convaincu qu’elle était imminente. C’est sur cette base que les bolcheviks prennent le pouvoir en novembre 1917.

La révolution socialiste européenne sur laquelle Lénine avait misé ne s’est pas concrétisée (en réalité elle n’était pas sur les cartes) et il se retrouve chef du gouvernement d’un pays à la fois économiquement et culturellement arriéré. Lénine a subi un accident vasculaire cérébral une première fois en mai 1922 et n’était plus au coeur du pouvoir jusqu’à ce qu’il décède après une troisième attaque en janvier 1924. Lih repère, comme d’autres l’ont fait, dans ses derniers articles écrits en 1923 que des doutes s’installent dans la pensée de Lénine:

« Le déficit culturel a expliqué l’échec des espoirs de Lénine pour les Soviets, mais il a également posé un défi direct à la légitimité de la révolution socialiste en Russie. Lénine y a été confronté en janvier 1923 quand il a lu un mémoire sur la révolution de 1917 écrit par le socialiste de gauche Nikolaï Soukhanov [*]. Dans les notes dictée peu après Lénine a admis que les critiques socialistes comme celle de Soukhanov posaient correctement que la Russie n’était pas prête pour le socialisme. Il a répondu à ces arguments familiers par un flot de questions rhétoriques (j’en compte neuf sur deux pages). De telles questions sont les dispositifs rhétoriques pour ceux qui ne sont pas tout à fait sûrs de leur positions. « 

Il est à porter à son crédit qu’il a eu des doutes, même s’il lui était psychologiquement impossible d’admettre qu’il avait eu tort en 1917. Il n’a pour autant jamais été question, bien sûr, de la moindre perspective que les bolcheviks abandonnent le pouvoir politique. Peut-être que si Lénine n’était pas mort à l’âge relativement jeune de 53 ans le capitalisme qui, inévitablement, s’est développé, n’aurait pas été appelé «socialisme», mais «capitalisme d’Etat», Lénine le savait.

ALB

Note de la BS:

[*] Nikolaï Soukhanov avait rompu avec les mencheviks en 1921, travaillait au commissariat de l’Agriculture et sera arrêté par le Guépéou en 1930. Le livre évoqué par Lih a été traduit en français: La Révolution russe, Édition Le cercle du nouveau livre d’histoire, 1966.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :