La lutte du peuple libyen doit continuer (Communiqué du PUCO)

by

Le meurtre de Kadhafi signe la fin de l’ancien régime répressif

La lutte du peuple pour la liberté, l’égalité et la prospérité doit se poursuivre!

L’assassinat de Kadhafi met un terme au régime despotique et répressif de la famille Kadhafi en Libye. Ce régime s’était érodé quand certains membres de la famille Kadhafi ont cherché refuge en Algérie, que lui et son fils ont fui Tripoli. Plus de 40 ans de crimes, de meurtres et de répression par la domination de Kadhafi s’achèvent par son arrestation et son meurtre. Maintenant, le « Conseil national de transition » qui inclut une partie de l’ancien gouvernement, les forces islamistes et les tribus, s’efforce de prendre le contrôle de l’ensemble du pays. Le meurtre de Kadhafi met clairement fin au mouvement qui visait son renversement comme objectif principal, mais ce n’est pas là la seule demande de la population libyenne. Kadhafi était un symbole de la répression, de la dictature, de l’assassinat en masse, de la pauvreté et de l’injustice. Les gens se sont levé pour la liberté, l’égalité et la prospérité. Les protestations du peuple libyen ont été inspirées par les autres mouvements dans la région, notamment en Tunisie et en Egypte. L’exigence de liberté, d’égalité et de prospérité est une revendication de la population de toute la région. Les gens sont descendus dans les rues et sur les places avec bravoure, faisant preuve de sacrifices admirables contre la répression, la pauvreté, la discrimination, la corruption et l’injustice. Dans tous les pays de la région des mouvements pour renverser les gouvernements ont pris des formes différentes. En Libye, suite à la violente répression du peuple par le gouvernement et à l’incapacité du terrorisme d’État mené par les États-Unis en manipulant la situation, comme il l’a fait en Tunisie et en Egypte, l’OTAN est entré en scène.

L’intervention de l’OTAN qui était initialement prévue pour éviter les frappes aériennes des forces de Kadhafi, et s’est ensuite élargie au sol, a changé les protestations de masse contre le régime du Kadhafi. De toute évidence, l’objectif de l’OTAN n’a pas été et ne sera pas conforme aux demandes des gens. Le terrorisme d’État de l’OTAN et de ses dirigeants est sombre et empli d’oppression, de meurtres, de destruction de communautés entières et de promotion au pouvoir des défenseurs du système capitaliste. L’intervention de l’OTAN a renforcé le pan réactionnaire de l’opposition anti-Kadhafi. Les gens ont été mis de côté dans la bataille entre ce front réactionnaire et la tyrannie de Kadhafi. Les premières victimes de cette bataille sont les populations opprimées et protestantes de Libye. Durant cette période, le front appelé « Conseil national de transition » a lancé avec l’aide et le soutien de l’OTAN une nouvelle vague d’actes criminels et de viols. Des informations sont parues concernant l’oppression, la corruption, des viols d’épouses de pro-Kadhafi. Les gens de Libye ne se sont pas révoltés contre une domination sombre et réactionnaire pour qu’elle soit remplacée par le même genre de domination; ils ne sont pas descendus dans les rues pour remplacer la famille Kadhafi par des clans tribaux et islamistes, les gens de Libye n’ont pas sacrifié leur proches pour une poignée de voyous qui ont été impliqués dans le gouvernement précédent et ont pris part à des atrocités commises contre le peuple. Les gens de Libye, comme d’autres de la région, sont descendus dans les rues pour mettre fin à un système de pauvreté, de discrimination et de machine à tuer. La lutte du peuple pour ses revendications fondamentales n’est pas terminée. Ce n’est que la première étape.

Le Parti de l’Unité communiste-ouvrière soutient les luttes pour une société libre, égalitaire, garantissant la prospérité pour tous ses citoyens. Nous croyons fermement que seul un peuple uni et organisé avec un leadership communiste-ouvrier peut atteindre ces exigences. Nous condamnons tout acte qui légitime le « Conseil national de transition» comme loi du peuple. La lutte du peuple en Libye pour l’organisation et la poursuite de son mouvement pour ses revendications doit être soutenue. La formation de conseils ouvriers et populaires est un outil très important à cet effet. Les travailleurs doivent former leurs propres conseils. Les gens devraient être organisés dans leur communauté, et en conseils d’étudiants, et prendre le contrôle de leur destinée par la tenue de leurs assemblées générales. Les gens de Libye ont besoin du soutien et de la solidarité de toutes les forces communistes et éprises de liberté.

A bas la République islamique d’Iran!

Vive la liberté, État ouvrier!

Vive la République socialiste!

Parti de l’unité communiste-ouvrière (Worker-communism Unity Party), 23 octobre 2011.

Note: Le titre écourté  « La lutte du peuple libyen doit continuer » est de la BS.

3 Réponses to “La lutte du peuple libyen doit continuer (Communiqué du PUCO)”

  1. entdinglichung Says:

    est-ce que ce communiqué existe aussi en Anglais ou Allemand?

    J’aime

  2. lucien Says:

    Worker-Communism Unity Party
    23 October 2011

    Murder of Gaddafi marks the official end of the former suppressive rule

    The struggle of people for freedom, equality and prosperity must continue!

    The murder of Gaddafi put an and to the despotic and suppressive rule of Gaddafi family in Libya. In-fact it started to erode when some of Gaddafi’s family members sought refuge in Algeria and he and his sons fled Tripoli. More than 40 years of crimes, killings and suppression by Gaddafi’s rule ended by his arrest and killing. Now the “National Transitional Council” which includes a section of the previous government, Islamist forces and tribes tries to gain control and dominance over the whole of the country. Clearly the killing of Gaddafi ends the movement which had his overthrow as its main aim, however, that is not the only demand of the Libyan people. Gaddafi was a symbol of suppression, dictatorship, mass murder, poverty and injustice. People rose for freedom, equality and prosperity. The protests by Libyan people was inspired by the protest movements in the region, especially in Tunisia and Egypt. The demand for freedom, equality and prosperity are demands of the people of the whole region. People came to the streets and squares with such bravery and admirable sacrifices against suppression, poverty, discrimination, corruption and injustice. In all the countries of the region movements for overthrowing the governments have taken different shapes. In Libya, following the violent suppression of the people by the government and the inability of the state terrorism led by USA in manipulating the situation, like it did in Tunisia and Egypt, NATO entered the scene.

    NATO’s intervention which was originally planned to prevent air strikes by Gaddafi’s forces and later extended to the ground, changed the mass protests against the Gaddafi’s rule. Clearly, NATO’s aim was not and will not be respecting people’s demands. NATO’s records and those of its rulers, state terrorism, are dark and full of oppression, killings, destruction of whole communities and empowering the defenders of capitalist system. NATO’s intervention strengthened the reactionary side of anti-Gaddafi’s opposition. People were marginalized in the battle between this reactionary front and Gaddafi’s rule. The first victims of this battle are the oppressed and protesting people of Libya. During this period, the front known as the “National Transitional Council” with the help and support of NATO has started a new wave of criminal acts and rapes. The news of the oppression, corruption and rape of the wives of pro-Gaddafi forces has come out. People of Libya have not revolted against a dark and reactionary rule only to find it being replaced by the same sort of rule; they have not poured into the streets to replace the Gaddafi family with tribal and Islamist groups; people of Libya have not sacrificed their loved ones for a bunch of thugs who were involved in the previous government and took part in the atrocities committed against the people. People of Libya, like others in the region, took to the streets for annihilation of a system of poverty, discrimination, and the killing machine. The struggle of the people for their fundamental demands has not ended. This is only the first step.

    Worker-communism Unity Party supports the struggles of the people for a free, equal and society that guarantees prosperity for all its citizens. We strongly believe that only a united and organized people with a Worker-communist leadership can achieve these demands. We condemn any act that legitimizes the “National Transitional Council” as the people’s rule. The struggle of people in Libya for organization and continuation of their movement for these demands must be supported. Formation of people’s and workers’ councils is a very important tool for this purpose. Workers must form their own councils. People should be organized in their community, and student councils and take control of their destiny by holding their general assemblies. People of Libya need the support and solidarity of all freedom loving and communist forces.

    Down with Islamic Republic of Iran!
    Freedom, Equality, Workers’ state!
    Long Live Socialist Republic!

    J’aime

  3. entdinglichung Says:

    Merci!

    J’aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :