Venezuela: Le procès contre Rubén González réactivé à la veille des élections syndicales

by

Article publié dans le Correo del Caroni et sur le site PROVEA le 9 juillet 2012, traduit par nos soins.

Rubén González

Le 16 juillet, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de Ferrominera Orinoco (Sintraferrominera), Rubén González, devra comparaître à nouveau en justice.

Le procès, annulé le 3 mars 2011, après une condamnation de 7 ans et demi pour avoir représenté les travailleurs lors d’une manifestation, va reprendre deux jours avant le début de la campagne électorale à Sintraferrominera. Cette fois le public sera tenu à distance, ce ne sera pas à Ciudad Guayana mais à 676 kilomètres de distance, à Caracas dans la 24ème cour de première instance sous la responsabilité de la juge Blanca Pacheco.

González est accusé des délits de conspiration, d’incitation au crime, d’entrave à la liberté du travail et de violation de propriété privée; il est convaincu qu’aujourd’hui plus que jamais, ce sera un jugement du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) contre la liberté d’association syndicale.

« Pourquoi ? Parce que je ne me couche pas devant l’injustice » dit le secrétaire général à la porte de Ferrominera Orinoco (FMO) où un piquet de 6 travailleurs dure depuis 60 jours.

Accompagné des secrétaires généraux Henry Arias (Sintralcasa), Edgar Valentine (Sintrabauxilum), Emilio Campos (Sutracarbonorca), de travailleurs de Venalum, Tavsa, Alcasa et de la Corporación Venezolana de Guayana (CVG), le dirigeant proclame la défense des droits ouvriers dans leur camp.

A son avis, les discours «politiciens» des «esquiroles» (jaunes) doivent pas tromper les travailleurs, « parce qu’on ne vas pas perdre Emilio Campos, Ruben Gonzalez et Henry Arias, nous allons perdre tous les Vénézuéliens.»

Gonzalez a mis en cause le sectarisme de ceux qui gouvernent et a rappelé que la direction du syndicat n’est pas sur une ligne « puisque nous avons un parti » (…) « Le 7 octobre, quelque soit celui qui gagne, ce sera notre position: la défense des intérêts des travailleurs » .

Confiance ouvrière

Alors que Gonzalez a présidé la conférence de presse, les six travailleurs licenciés de la FMO ont levé leurs mains enchaînées devant la locomotive au logo de la compagnie d’État.

Bien que la déclaration portait sur son affaire, pour laquelle il a déjà effectué  17 mois de détention sans procès, le leader a parlé de ses compagnons.

« Ils me font un procès parce que je représente travailleurs. Eh bien, je vais continuer à le faire, je vais continuer à représenter les travailleurs,  c’est pour cela que nous sommes ici.  »

Compte tenu de la proximité des élections syndicales les 27 et 28 juillet et 28, reportées il y a un an, Gonzalez est « sûr » que les travailleurs vont le soutenir. « Les ferromineros ne sont pas masochistes : vous voteriez pour les méthodes terroristes d’intimidation, les employeurs, et jaunes gouvernementaux ? ».

Il conclut que la lutte est «contre un pouvoir qui ne résout pas le problème des entreprises, mais en profite pour ses affaires. »

Contre tous

La conséquence de la lutte au sein du bureau officiel, est le non-paiement des salaires à Bauxilum Carbonorca et Tavsa, a expliqué le secrétaire général de Sintrabauxilum, Edgar Valentine.

La chronique d’une mort annoncée, comme il l’appelait, s’inscrit dans le cadre de la cession, des erreurs de directions et de la lutte de pouvoir pour le contrôle des usines par le PSUV.

« Je voudrais écouter les collègues de Venalum qui n’ont pas pris le travail aujourd’hui, ou ceux d’Alcasa. Ah! Mais ils ne paient pas les factures à Bauxilum, c’est bonbon » se moque-t-il. En étant réalistes, dit Valentine, Bauxilum survit parce que les navires sont envoyés à des transnationales comme Glencore.

(…) Face à cela, dit Valentine, la base des travailleurs est mobilisée: « Rubén González n’est pas seul. »

« Comment expliquer que s’il y a le socialisme et le marxisme, les travailleurs de Carbonorca n’aient pas été payés, qu’on criminalise la protestation des ferromineros et Rubén González ? Comment Hugo Chávez, patron et chef de ce pays, explique-t-il que Rubén González aille à un procès qui était terminé? Comment expliquez-vous un gouvernement des travailleurs où on ne discute pas les conventions collectives? », dit Emilio Campos, secrétaire général de Sutracarbonorca.

60 jours de silence officiel

L’un des six travailleurs licenciés de Ferrominera Orinoco, Jesús Pérez, a été soigné d’urgence dans la nuit de samedi après 60 jours à la porte de l’usine.

Selon le secrétaire général, Rubén González, l’appendicite suspecte est causée par les mauvais soins que les travailleurs reçoivent lors de la protestation.

Clavel Rangel, Correo del Caroní, 09.07.12

Étiquettes :

3 Réponses to “Venezuela: Le procès contre Rubén González réactivé à la veille des élections syndicales”

  1. Venezuela: Le procès contre Rubén González réactivé à la veille des élections syndicales | Venezuela | Scoop.it Says:

    […] Le 16 juillet, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de Ferrominera Orinoco (Sintraferrominera), Rubén González, devra comparaître à nouveau en justice.   Le procès, annulé le 3 mars 2011, après une condamnation de 7 ans et demi pour avoir représenté les travailleurs lors d’une manifestation, va reprendre deux jours avant le début de la campagne électorale à Sintraferrominera. Cette fois le public sera tenu à distance, ce ne sera pas à Ciudad Guayana mais à 676 kilomètres de distance, à Caracas dans la 24ème cour de première instance sous la responsabilité de la juge Blanca Pacheco.   González est accusé des délits de conspiration, d’incitation au crime, d’entrave à la liberté du travail et de violation de propriété privée; il est convaincu qu’aujourd’hui plus que jamais, ce sera un jugement du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) contre la liberté d’association syndicale.  […]

    J'aime

  2. Venezuela: Le procès contre Rubén González réactivé à la veille des élections syndicales | veneSCOPE Says:

    […] on bataillesocialiste.wordpress.com Partager :Plus Cette entrée a été publiée dans Venezuela par Jean-Luc Crucifix. Ajouter aux […]

    J'aime

  3. Entretien de Ruben González avec El Libertario « La Bataille socialiste Says:

    […] Venezuela: Le procès contre Rubén González réactivé à la veille des élections syndicales […]

    J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :