Décalogue du milicien (POUM, 1936)

by

Extrait de Le POUM sur le front de Huesca et dans la défense de Madrid. (en espagnol: http://www.fundanin.org/labatalla1121936.htm). Publié dans La Batalla, 22 Septembre 1936. Merci au CATS.

Milices Antifascistes du POUM
Décalogue du Milicien

1. Le milicien devra à tout moment être persuadé que la cause qu’il défend est celle du prolétariat, et restera donc toujours prêt à offrir son sang et sa vie pour cette cause.

2. La correction sera la norme pour le Milicien dans ses relations avec les camarades, et l’obéissance envers ses supérieurs, sans que cette subordination implique en aucune façon une reconnaissance de vassalité, mais simplement un esprit de coopération afin de faciliter la tâche de commandement, afin de veiller à ce que les obligations qui doivent être accomplies par tous le soient avec la plus grande célérité et de l’efficacité.

3. Il tiendra propre sa personne, afin d’éviter la propagation des maladies et des parasites.

4. Il prendra soin des vêtements et les effets personnels qui lui sont confiés, sans oublier que le gaspillage de ceux-ci, outre lui procurer de l’ inconfort pendant le temps qu’il ne peut pas être réapprovisionné, diminue l’approvisionnement du parti.

5. Il tachera de s’instruire, et à mesure qu’il parvient, il tachera également de transmettre son savoir aux camarades et aux citoyens qui ont une culture inférieure à la sienne.

6. Il aidera le désemparé en toute circonstance et aura les plus hautes considérations envers les personnes âgées et les enfants.

7. En campagne, il obéira aveuglément à celui qui commande, quelle que soit sa catégorie et quels que soient les ordres transmis: de la précipitation dans la prise d’un objectif peut entraîner des pertes sans fin dans nos rangs, et finalement, la perte de cet objectif. Il ne faut pas oublier que le commandement A TOUT ÉTUDIÉ et personne ne doit prendre d’initiative en risquant sa vie, parce que celle-ci appartient entièrement à la cause.

8. Il supportera avec fermeté toute adversité qui découle de la campagne, car il doit se souvenir à tout moment que structurer un nouvel ordre social n’est pas une tâche brève ni facile.

9. Il gardera scrupuleusement les consignes que lui soient données quand il est en service et il veillera à ce qu’elles soient respectées par tous.

10. Il ne sera pas LÂCHE : La mort n’est pas horrible : ce qui est horrible c’est de vivre en portant sur soi le stigmate de la lâcheté démontrée. Donner la vie pour la cause de la libération de l’Humanité doit être l’aspiration de tout milicien.

POUM (6)


%d blogueurs aiment cette page :