Le Syndicalisme Révolutionnaire, par Amédée Dunois (1919)

by

Paru dans Le Populaire du 13 mai 1919.

Notre camarade, Amédée Dunois, a fait  hier, à l’Ecole socialiste marxiste, une leçon sur le « Syndicalisme révolutionnaire ».

Après avoir montré comment s’étaient  ‘formées, au sein des syndicats eux-mêmes,  les idées syndicalistes, et quels éléments  divers avaient concouru à cette formation,  il a évoqué brièvement la lutte contre le  millerandisme corrupteur. C’est au nom de cette lutte que le syndicalisme prit conscience de lui-même et s’affirma comme adversaire irréductible non seulement du patronat, mais de l’Etat. Hostile aux procédures démocratiques, il élaborait dans le  même temps la doctrine de l’action directe, qui l’emporta au Congrès de Bourges (1904)  et au nom de laquelle se prépara et s’accomplit, de 1904 à 1906, le puissant mouvement pour la conquête des huit heures.

A Amiens, enfin (1906), le syndicalisme  proclamait son indépendance à l’égard des  partis politiques, à commencer par le parti socialiste : le syndicalisme se suffit à lui- même : le syndicat, d’organisation de combat qu’il est aujourd’hui, est susceptible de  devenir demain un groupement de libres producteurs. Ses moyens, il les trouve en  lui-même : c’est le boycottage, c’est le sabotage, c’est la grève ; son moyen suprême,  ce sera la grève générale.

Dunois discerne, dans le syndicalisme,  quatre grandes idées : Autonomie de la Classe ouvrière, Action directe, Grève nérale révolutionnaire, Antimilitarisme.  Il montre que ces idées peuvent toutes se duire du marxisme la première, tout au moins, étant marxiste incontestablement.  C’est d’ailleurs un marxiste, Sorel, qui,  d’accord avec l’anarchiste Pelloutier, a le  premier prophétisé l’avenir socialiste des syndicats, dans une brochure un peu oubliée, dont le conférencier a lu quelques  curieux passages.

En terminant, Dunois déclara croire à la  renaissance du syndicalisme révolutionnaire, dont la réapparition de la Vie ouvrière est pour lui le premier symptôme. Le  syndicalisme révolutionnaire de demain sera toutefois moins étroitement économique  que celui d’hier. De concert avec le socialisme qui, lui, sortira de l’ornière des vieilles fictions démocratiques et lassaliennes,  il reprendra le mot d’ordre des marxistes  de Pétrograd et de Moscou : Tout le pouvoir  à la Classe ouvrière, et, se donnera pour but  la dictature du Prolétariat, de manière à préparer « sur les ruines du sépulcre blanchi de la pseudo-démocratie bourgeoise l’avènement de la démocratie des ouvriers  et des paysans, de la démocratie socialiste ».

Cette conférence a obtenu un vif succès ;  à la demande de plusieurs camarades, elle  sera publiée en brochures, par les soins de  l’Ecole socialiste.

ecolemarxiste_dunois


%d blogueurs aiment cette page :