Lissagaray (Dunois, 1929) [1]

by

Première partie de la préface d’Amédée Dunois à l’Histoire de la Commune de 1871 (Librairie du Travail).

Un soir de 18 mars, dans une section du vieux parti, socialiste, des camarades me firent observer que l’Histoire de la Commune de Lissagaray cette chanson de geste du prolétariat français dont je venais de leur lire le chapitre le plus chaud et le plus coloré (1), était en librairie à peu près introuvable. Et comme ils me demandaient : « Pourquoi le parti socialiste ne le réédite-t-il pas? », je répondis, narquois : « Parce  que le parti socialiste est composé de bons chrétiens qui pratiquent à l’envi le mépris des richesses! »

Ce n’était qu’une boutade. A dire vrai, nous ne les méprisons pas, nos richesses. Nous faisons mieux, ou pis : nous ignorons superbement leur existence. Nous ignorons Lissagaray. Mais nous ignorons aussi (je cite un peu au hasard) Rogeard, Vallès et Delescluze, et le fulgurant Ribeyrolles, et Godefroy Cavaignac, et Proudhon, étonnant assembleur d’idées, et Auguste Blanqui, le plus châtié des polémistes, ne vous en déplaise, et Tillier, et Courier; nous ignorons Pottier, Dupont, Moreau et ranger; et je ne parle même pas du Renan de l’Avenir de la Science, cet évangile des temps nouveaux, ni du Michelet de la Révolution française, qui serait le plus grand de tous, et de beaucoup, s’il n’y avait le Hugo des Châtiments et des Misérables… Ah! qui nous donnera pour ranimer, dans les générations  nouvelles qui se cherchent, la foi dans la « Justice » et dans la « Liberté », une Anthologie de la littérature « démocratique et sociale « ! Par ces temps de réaction cynique et de fascisme insinuant, il est devenu de mode de railler les idéologies chaleureuses dont tout le XIXe siècle a subi le prestige. L’heure est venue de réagir et d’arracher à l’oubli tant de pages excellentes où s’accusèrent des sentiments et des idées dont nous n’avons pas à rougir : l’esprit de libre examen, la haine de l’oppression, l’amour de l’humanité.

Voici, sans plus attendre, une édition nouvelle du beau livre de Lissagaray. La Librairie du Travail a bien voulu me confier le soin de relire le texte de l’édition de 1896, d’en expurger les coquilles, d’en régler la ponctuation, d’ajouter au besoin quelques notes (je n’ai pas abusé de l’autorisation),  d’améliorer, en un mot, une présentation matérielle assez souvent défectueuse.

J’ai saisi avec empressement l’occasion qui m’était offerte de rendre, hommage à la mémoire d’un homme, d’un écrivain, d’un militant que je n’ai point connu, mais dont je suis, en quelque sorte, l’obligé. L’Histoire de la Commune de 1871, je l’ai lue sur les bancs du collège, en même temps, je crois, que Germinal et les Vingtras, empruntés au même cabinet de lecture. L’impression fut si forte que j’en fus comme bouleversé, et je pense encore  aujourd’hui que Lissagaray, Zola et Vallès — et l’historien plus que les romanciers — ont décidé de ma vocation et de ma vie. Je n’étais qu’un  adolescent, nourri de la moelle de Quatre-vingt-treize, de Quarante-huit et de Cinquante-et-un; mon cœur battait au nom de la République. Lissagaray, Zola et Vallès ont ouvert les premiers mes yeux à des visions de misère et de mort, mais aussi d’espérance, de salut et de gloire qui jamais
jusque-là ne les avaient frappés; ils m’ont introduit dans un monde, obscur et lumineux tour à tour, que j’ignorais. Avant que Kropotkine, Proudhon et plus tard Marx devinssent mes maîtres, Lissagaray, Zola et Vallès m’ont dévoilé des choses dont je n’avais pas même l’idée : l’exploitation capitaliste, la classe ouvrière, ses luttes, ses grèves et ses insurrections, et puis le socialisme, annonciateur de liberté réelle, et puis le drapeau rouge, symbole de la future révolution.

Qu’on me pardonne ces réminiscences. Et qu’on me permette un voeu : je voudrais que ce livre fût, pour quelques jeunes gens d’aujourd’hui des classes privilégiées, ce qu’il a été pour moi : un éveilleur de conscience, et qu’en les amenant à méditer cette tragique histoire d’une insurrection écrasée, il déterminât en eux la volonté de se consacrer sans retour au service du Prolétariat et du Socialisme, qui sont — chair et cerveau — l’Humanité de demain.

I

La vie aventureuse et fière de Lissagaray n’a pas encore été écrite. Elle pourrait tenter un auteur. Elle n’est pas de ces vies qui ont besoin qu’on les « romance » pour capter l’attention des foules. Lissagaray fut un franc-tireur de la Sociale, se battant en tirailleur pour la bonne cause sur les flancs de l’armée régulière, une espèce d’Ulrich de Hutten ou de Goetz de Berlichingen moderne, qui mit au service, des petits de la terre son cerveau et son bras, sa plume et son épée, et qui, après avoir vingt fois joué sa vie, sur la barricade ou sur le pré, mourut — tant le hasard est grand — dans son lit, vaincu, mais non dompté.

Hippolyte-Prosper-Olivier Lissagaray, de souche basquaise, naquit à Toulouse le 24 novembre 1838. Après de fortes études classiques, suivies d’un pèlerinage en Amérique, terre de liberté et de démocratie — c’était en 1860 —, il arrive à Paris. C’est le moment où l’Empire, au carrefour de sa destinée, hésite, atermoie, temporise, tiraillé entre les velléités libérales du carbonaro couronné qui gîte à l’Elysée et la logique réactionnaire du crime de Décembre. Le jeune Lissagaray prend aussitôt parti. Autoritaire ou libéral, que lui importe ! L’Empire est l’ennemi, qu’il veut combattre à mort. Toutes les armes lui seront bonnes : plume, parole, épée. « Dans ces temps de lutte et de rénovation, il n’y a pas d’homme en dehors du citoyen. Tout homme est un soldat ». Celui qui, à vingt ans, parle ainsi restera soldat jusqu’au dernier souffle. Contre l’Empire, ses séides et ses spadassins d’abord, contre la République et ses cliques politiciennes et profiteuses ensuite, toute la vie de Lissagaray sera un combat.

Vers la fin de 1860 il fonde, avec Albert Le Roy, ces célèbres conférences de la rue de la Paix (plus tard rue Cadet) qui marquent, après un silence de dix ans, le réveil de la parole et préludent en sourdine à l’éclatante fusée des réunions publiques de 69. Supposez une « université populaire » avant la lettre, où les bourgeois d’ailleurs sont plus nombreux que les ouvriers : là des adversaires déclarés de l’Empire — professeurs chassés de leur chaire, hommes de lettres et journalistes — sous couvert de littérature, raniment les tisons de la pensée républicaine. Lissagaray y gagne pour sa part un commencement de renommée avec une conférence sur Musset (29 février 1864).

Une conférence, cet Alfred de Musset devant la jeunesse? Non, plutôt un pamphlet, plutôt un réquisitoire. La rhétorique et l’emphase y mettent plus d’une tache, mais l’auteur est sincère et sa bonne foi saute aux yeux. Que reproche-t-il donc à l’Enfant du siècle ? Certes, il en honore le génie, mais cette odeur de corruption et de gangrène qui monte de son œuvre fait horreur à sa rigidité morale de jeune Gracque. Un maître pour la jeunesse, ce débauché sans principes et sans frein? Allons donc! La jeunesse, Lissagaray la veut « austère et grave et non pas souriante… car nous n’avons plus, décrète-t-il, le temps d’être jeunes. » Une jeunesse qui fait fi de ses vingt ans et qui se moque de mourir « pourvu qu’elle meure dans le droit », n’a que faire des négations fanfaronnes du chantre de Rolla : elle le rejette avec dédain de l’Olympe des dieux virils et des héros bienfaisants à qui vont sa foi et son culte. — Gardons-nous de sourire de cette philippique enflammée, indicative d’un état d’âme qui n’était pas spécial au seul Lissagaray. Une grande partie de la jeunesse de 1860, celle qui s’apprêtait à monter à l’assaut de l’Empire, partageait ce stoïcisme sombre. Grandie dans la haine de César, dans le souvenir des exécutions et des proscriptions, elle n’avait pas eu « le temps d’être jeune » : encore moins celui d’être sereine et juste.

Au surplus la politique militante ne va pas tarder à arracher Lissagaray aux jeux de la littérature. La Revue des cours littéraires, fondée par lui, n’eut qu’une existence éphémère. L’idée d’une souscription pour élever un monument à Voltaire fit long feu Mais le 15 août 1868, à l’approche des élections générales, il fonde à Auch un journal, l’Avenir, autour duquel se rassemble bientôt toute l’opposition démocratique du Sud-Ouest. L’Empire a là un de ses spadassins en titre, « un reître sorti des bois du Gers, nommé Cassagnac. » Entre ce Cassagnac et Lissagaray — qu’unissent des liens très proches de famille — c’est tout de suite la guerre au couteau. Il en résulte pour le jeune républicain une première condamnation — à l’amende, ainsi qu’un duel qui fit sensation à l’époque avec le fils de son adversaire du Gers, Paul de Cassagnac. Celui-ci, qui n’était autre que le futur directeur de l’Autorité, avait menacé Lissagaray, son cousin, d’aller lui tirer les oreilles. L’interpellé riposta par dépêche : « Ne vous dérangez pas, tranche-montagnes, je prends le train ce soir. Vous avez trente-six heures pour fourbir les pistolets de Beauvallon. » Les jeunes gens se battirent avec un véritable acharnement : Lissagaray reçut un coup d’épée dans la poitrine.

Les condamnations se mirent à pleuvoir sur la tête du bouillant journaliste qui, sans cesser sa collaboration à l’Avenir du Gers, menait à Paris, dans la Réforme, aux côtés de Vermorel, et dans les réunions publiques, la bataille contre l’Empire. Quel casier judiciaire glorieusement chevronné que le sien! Un mois de prison (Auch, 19 décembre 1868) : excitation à la haine du gouvernement ; un mois encore et 2.000 francs d’amende (Auch, 16 janvier 1869) : même délit; 1.200 francs d’amende (Auch, 28 janvier) : délit de presse; 500 francs d’amende (Paris, 30 octobre) : provocation, outrages, violences; un mois de prison (Paris, 26 novembre) : contravention à la loi sur les réunions publiques; huit jours de prison (Auch, 24 décembre) : coups; deux mois de prison (Paris, 31 décembre) : délit de réunion publique; six mois de prison (Auch, 14 mai 1870) : offenses à l’empereur; un an de prison (Paris, 28 mai) : même délit.

Il passe à Sainte-Pélagie le premier trimestre de 1870 et n’y perd pas son temps, semble-t-il, car il en sort, quelques semaines avant le plébiscite, avec un petit livre de deux cents pages : Jacques Bonhomme, entretiens de politique primaire, dédié à la République démocratique et sociale… « Ce qu’il faut avant tout, explique la préface, ce sont de petits traités élémentaires… faciles à comprendre, faciles à retenir. Faisons-nous donc instituteur. » L’auteur suit à travers l’histoire, étape par étape, Bonhomme, éternel vaincu, faiseur de révolutions… pour les autres. Il l’exhorte à s’instruire des causes de sa servitude et à secouer le joug : « Les maux de la résistance sont grands, je le sais, mais ceux de la résignation ne sont-ils pas mille fois pires? » Mais la justice aura son jour : « Plus heureux que Samson qui périt avec ses adversaires, tu resteras debout sur les ruines des tiens. »

Le plébiscite, bien entendu, trouve Lissagaray sur la brèche. Le livre de Molinari sur les réunions publiques nous le montre présidant celle de la salle Lévis le soir du 1er mai et s’efforçant, avec autorité, de concilier les opinions contraires. Les adversaires de l’Empire étaient, comme toujours, divisés : d’un côté, ceux qui voulaient voter, et voter non; de l’autre, les partisans de l’abstention. Plus homme d’action que doctrinaire, Lissagaray était avec les premiers en dépit de ses penchants socialistes, mais surtout il croyait, comme il croira toujours, à la nécessité d’en finir avec les querelles de secte. Ce soir du 1er mai à la salle Lévis, Lissagaray, tourné vers le commissaire de police, impassible et prenant des notes, déclare « que le bureau complote, que l’assemblée complote, que la France entière complote, et que la République démocratique et sociale sortira de ce complot. » « L’éloquence de M. Lissagaray, atteste Molinari, est un peu déclamatoire, mais par moments c’est de l’éloquence, et elle enlève les applaudissements enthousiastes de l’assemblée. » Quelque temps après, pour avoir fait l’apologie de Mégy, « l’héroïque enfant du peuple » qui avait tué un policier, et aussi pour avoir invité les soldats à mettre crosse en l’air, Lissagaray est de nouveau condamné. Menacé d’arrestation, il se réfugie à Bruxelles. C’est là que Delescluze lui dit : « Je mourrai sur une barricade, et Jules Simon sera ministre. »

La guerre… Aux premières défaites, Lissagaray rentre à Paris. Le 9 août, il est avec la foule qui bat, d’un flot fiévreux, les grilles du Palais-Bourbon. Aux députés de la gauche, désemparés, inertes, il prêche « l’émeute libératrice ». En vain. L’insurrection éclate toute seule, mais seulement le 4 septembre, à la nouvelle de Sedan. Est-ce même une insurrection ? L’Empire n’a pas besoin d’être abattu : il s’écroule de lui-même. Sur ses ruines s’installe un gouvernement de républicains bourgeois, — bourgeois d’abord, républicains ensuite. Ces gens arborent un beau titre : gouvernement de la Défense nationale. Mais la défense, ils n’en veulent pas, n’ayant aucune foi dans la victoire. Entre ce peuple de Paris qui ne demande qu’à se battre — car il croit, lui, à la victoire — et ce gouvernement qui ne songe qu’à capituler, le conflit revêt vite un caractère de classe. L’idée de la Commune surgit dans des milliers de cerveaux ; elle inspire les tentatives avortées du 31 octobre et du 22 janvier, préludes à la tentative réussie du 18 mars.

L’âme de la défense, dès le milieu de septembre, a déserté Paris pour la province. Elle est à Tours auprès de Gambetta, le seul membre du gouvernement qui ne désespère pas : il déploie, pour repousser l’invasion, des efforts surhumains, écrivant dans ces mois terribles la plus belle page de son histoire. Autour de lui, les patriotes se multiplient. Lissagaray, nommé commissaire à la défense, est envoyé dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. Porteur d’un appel de Garibaldi, son plan est de lever un corps de francs-tireurs et de rejoindre à leur tête le chef des chemises rouges.

L’appel, lancé d’Albi, ne rendit pas. Que faire ? Lissagaray soumet à Gambetta un projet nouveau : il s’agit de créer à Toulouse un camp d’instruction militaire où l’on rassemblerait avant de les conduire au feu, mobiles, gardes nationaux et corps francs. Le 12 novembre le décret est signé. Lissagaray et son ami Georges Périn, futur député radical, sont nommés non pas généraux, comme on l’a dit, mais commissaires de guerre près la future armée du Sud-Ouest. Chargés de l’organisation matérielle du camp — recrutement, habillement, équipement, nourriture — ils se trouvent être en fait à Toulouse les représentants directs de Gambetta. Mais surtout ils ont à remplir auprès de ces hommes qu’ils accompagneront plus tard au feu, une sorte d’apostolat ; il leur faut, par la parole et la plume, exalter dans les âmes l’enthousiasme patriotique, l’esprit de sacrifice. Il n’est pas vrai qu’ils aient montré un amour immodéré du panache, pas vrai non plus qu’ils se soient fait allouer des soldes de divisionnaires. L’uniforme, ils ne le portaient que dans le service, et il existe, de Lissagaray, une lettre à Gambetta, demandant que son traitement soit ramené à 6.000 francs par an (2).

Impatient de prendre à la guerre une part plus active, Lissagaray ne reste à Toulouse que jusqu’au 10 janvier. Il veut être avec ceux qui se battent et se font tuer. On l’envoie à l’armée de Chanzy. C’est là que l’armistice vient le surprendre : on peut dire le foudroyer. Sitôt démobilisé, il accourt à Paris que la journée du 18 mars vient de livrer au peuple. Qu’il n’ait pas hésité un instant à embrasser la cause de la Commune, on peut en être sûr. Les galons, l’amitié de Gambetta, la fréquentation des gens en place ne l’avaient pas grisé. Il n’eut pas même l’idée de se joindre aux conciliateurs, chez lesquels il avait des amis. Non, tout de suite avec le peuple ! Où est le peuple, là est la vérité en politique. Cela ne se démontre pas à la manière d’un théorème, cela se sent, et le vrai révolutionnaire ne s’y trompe pas (3).

Se ressouvenant qu’il est journaliste, Lissagaray fonde l’Action qui, du 4 au 9 avril, a six numéros. Il y réclame, pour commencer, la suspension sans phrases des journaux hostiles à la Commune. Du 17 au 24 mai, il publie le Tribun du Peuple, — un beau nom qui rappelle Babeuf — et prêche la lutte à outrance avec des accents de 93. Le mardi 23, le Tribun du Peuple déclare la victoire possible, tant que Montmartre appartiendra aux fédérés. « Et à cette même heure, la butte tombait presque sans combat ! »

Alors, lâchant la plume, Lissagaray prit un fusil et descendit dans la rue. Jusqu’au dimanche, il se battit comme un lion, d’abord dans le XIe arrondissement, ou il vit mourir Delescluze, puis sur les hauteurs de Belleville. Son récit de la bataille des rues, il l’a vécu heure par heure, avant que de l’écrire. Et je crois bien le reconnaître dans ce fédéré impavide qui, le dimanche 28 mai, défendit un quart d’heure, rue Ramponneau, l’ultime barricade : « Trois fois, il casse la hampe du drapeau versaillais arboré sur la barricade de la rue de Paris. Pour prix de son courage, le dernier soldat de la Commune réussit à s’échapper ».

Comment fuyant Paris en flammes et la fureur du soudard-roi, arriva-t-il à Londres où l’ambassade française s’empressa de demander son arrestation? Il ne l’a pas dit, n’étant pas de ceux qui tiennent le publie au courant de leurs moindres gestes (4). Dans cette ville rébarbative et grise, si loin de son Midi natal, il vécut neuf longues années d’un dur exil, donnant, pour gagner son pain, des leçons et des conférences mal payées, écrivant des correspondances aux journaux, fréquentant assidûment le British Museum si riche en documents sur la Révolution française qu’il compulsait avec passion. D’ailleurs ne regrettant rien du passé, ferme dans sa religion communarde, dévoué à ses compagnons d’infortune. Par la dignité de sa vie, « il honora, dit Cipriani, son pays, sa cause, sa personne. » On sait qu’il y fréquenta Karl Marx et sa demeure hospitalière. Au contact du maître illustre, du « puissant investigateur qui appliqua à la science sociale la méthode de Spinoza », Lissagaray perfectionna son socialisme, et par le chemin qui monte de l’utopie à la science, s’initia aux certitudes du marxisme révolutionnaire : lutte de classe, mission historique du prolétariat, avènement inévitable du règne des producteurs… Il ne devint pas pour cela un marxiste absolument orthodoxe — il répugnait à toute orthodoxie — mais il eut désormais une doctrine pour le guider dans le combat.

Par exemple, ce que ni Marx ni le marxisme ne purent lui apprendre, c’est la vertu de l’organisation disciplinée! Tête de feu, nature indomptée, avec cela l’âme d’un chef, il ne se résoudra jamais en fait aux embrigadements nécessaires. A la différence des blanquistes comme Vaillant qui, partis de la société secrète (ou à demi-secrète), évolueront peu à peu vers le parti de classe, Lissagaray méconnaîtra sur ce point capital les exigences du socialisme moderne. Il gardera jusqu’à la fin son individualisme natif, l’habitude de n’obéir à personne et de ne relever que de lui-même. Là est la cause des faibles résultats de son action politique et, peut-être, de l’oubli où il est tombé.

Il avait en tête un projet à l’exécution duquel il ne cessa de travailler : écrire l’histoire de la Commune. Dès 1871, il publiait à Bruxelles un petit volume, ses Huit journées de mai derrière les barricades, première esquisse de l’Histoire future. A Bruxelles encore (Librairie socialiste) parut en 1873 une curieuse brochure : la Vision de Versailles, pamphlet amer, aux invectives puissantes, contre ce « Caligula aux 700 têtes » qu’était l’Assemblée versaillaise. L’auteur imagine une séance qui dresse les uns contre les autres, pour la curée du pouvoir et des places, bonapartistes, légitimistes et républicains, naguère coalisés « contre l’ennemi commun, le prolétaire. » La fureur et le vacarme sont au comble, quand « tout à coup, dans ce pandémonium obscur, une voix retentit », une voix si impérieuse que les sept cents, d’un même mouvement d’automates, se retournent vers la loge du fond, où s’offre, dans un brusque jaillissement de lumière, un spectacle pour eux effrayant.

Les fusillés de la Commune, sortis de leur tombe, sont là. Il y a Ferré, Rossel, Dombrowski, Crémieux, Genton, Mitière, Moilin, Varlin et Delescluze, héros et martyrs du grand drame. Ils regardent de leurs yeux morts, les sept cents figés d’épouvante. Et chacun prend à son tour la parole. Et tous disent que ce qui protège la France contre Bonaparte et Chambord, c’est l’ombre de la Commune… Lorsqu’ils ont fini de parler, derrière le fauteuil présidentiel, se dressent soudain d’autres fantômes : les géants de 93. Et voici que Danton fait entendre cette voix formidable qui sonna la charge contre les ennemis de la patrie : « Nous avons accompli, dit-il, l’œuvre de notre époque, garanti le peuple contre les seules tyrannies qu’il fût possible de prévoir en ce moment… Un monde nouveau est venu: l’industrie aux outillages énormes, aux vastes capitaux, servie par une nuée de travailleurs. A la place de l’artisan, un serf d’un genre nouveau est né, esclave de la machine, du monopole, de la concurrence féroce. Comme nous l’avions fait de l’autre, l’avez-vous affranchi des fatalités de son milieu ?… Je vois ici sept cents hommes qui représentent le capital et le privilège sous toutes leurs formes, pas un seul le monde moderne du travail. »

J’avais un moment songé à réimprimer aussi cette Vision de Versailles, dont je ne connais qu’un exemplaire, celui de la Bibliothèque nationale. La crainte de grossir à l’excès ce volume m’en a détourné. Ce n’est pas que la valeur de ces 32 pages puisse faire illusion. Mais la passion du vaincu y atteint une réelle puissance dramatique et il y a, çà et là, des cris de colère et de malédiction qui font encore frémir.

C’est en 1876 que parut à Bruxelles, chez l’éditeur Kistemaeckers, l’Histoire de la Commune de 1871, sous la forme d’un grand et fort volume de plus de 500 pages. « Les vaincus étaient vengés, dira plus tard Cipriani ; ils sortaient de l’ombre et rentraient dans l’histoire. » Lissagaray n’avait pas cherché autre chose. L’Histoire de la Commune est sortie des presses au moment même où le prolétariat français, cinq ans après l’affreuse saignée, soulevait la pierre de son tombeau et où se tenait à Paris un premier congrès ouvrier, si timide encore qu’on lui fit condamner la Commune. Et il n’est pas exagéré de dire qu’en écrivant ce livre justicier d’où Versailles sort à jamais flétri, Lissagaray a contribué plus que personne à hâter, pour les vaincus, l’heure de la réparation. Le mouvement pour l’amnistie commence précisément en 1876 (5).

Compris dans la dernière fournée de l’amnistie, celle du 14 juillet 1880, Lissagaray rentra aussitôt à Paris. Son premier acte fut d’envoyer ses témoins au romancier De Pont-Jest pour des articles offensants vieux de neuf ans ; De Pont-Jest refusa de se battre et l’affaire en resta là. Après quoi,  Lissagaray songea à faire un journal. Le 19 juillet, le titre en était déposé, mais moins heureux que Rochefort, dont l’Intransigeant parut le lendemain même du grand retour, il ne put lancer sa Bataille qu’en mai 1882.

Il en fit le journal le plus haut en couleur de l’époque, étant, avec Vallès, la meilleure plume du parti communard. Le polémiste était chez lui hors de pair, acéré, vigoureux, direct, avec des vibrations soudaines, de vrais éclats de cuivre, quand se réveillaient les souvenirs des soixante-dix grands jours. Sa clairvoyance politique, d’autre part, se trouva rarement en défaut : il ne se laissera égarer ni par le boulangisme, ni par le nationalisme ; les principes seuls le guideront.

Tout en s’intitulant socialiste, Lissagaray, par instinct et par goût, se tint autant qu’il put à l’écart des querelles bruyantes où s’épuisaient les écoles socialistes rivales qui se disputaient l’idée et les troupes. Un moment, après la scission de 1882, il crut gagner à la Bataille une clientèle en y appelant les possibilistes, plus proches à son gré de l’ouvrier parisien que les guesdistes dont la raideur l’agaçait. Les possibilistes, raconte Mermeix, « lui firent un journal doctrinaire, lourd, ennuyeux. Ils ne lui donnèrent pas un lecteur. Ils se servaient de la Bataille pour satisfaire leurs haines et servir les intérêts de leur coterie… Ils voulaient faire du parlementarisme dans la rédaction. M. Lissagaray… hait le régime parlementaire… Il mit à la porte Brousse et consorts. » (6)

Avec les guesdistes, il ne fut pas plus heureux. Les guesdistes disposaient depuis 1881 du journal le Citoyen. Il fut question de fusionner les deux quotidiens socialistes, mais Lissagaray exigeait le titre de rédacteur en chef et l’éloignement de Lafargue, avec qui, depuis Londres, il était mortellement brouillé. On n’arriva pas à s’entendre. Lissagaray s’empara du Citoyen et l’absorba dans sa Bataille, après s’être débarrassé assez cavalièrement des guesdistes. La Bataille resta seule jusqu’au jour où le Cri du Peuple, de Vallès, vint lui faire une concurrence si désastreuse, qu’elle en mourut.

Mais auparavant, à l’occasion des élections de 1885, Lissagaray mena une de ses plus belles campagnes, prêchant avec force l’union, autour d’une liste commune, de tous les révolutionnaires, de tous les socialistes, sans distinction d’école. Le Cri du Peuple, où l’équipe guesdiste, Vallès étant mort, avait trouvé refuge, menait de son côté la même campagne, tandis que les possibilistes, au nom d’un ouvriérisme hargneux, s’obstinaient à faire bande à part. Aucun des candidats de la Bataille ne passa. Lissagaray arriva le sixième avec 30.753 voix. Seuls furent élus, parmi les socialistes, Basly et Camélinat, que présentaient aussi les radicaux.

Deux années de silence, et la Bataille reparut (1888). On était en pleine tornade boulangiste. La campagne qu’avait menée la première Bataille contre les opportunistes, « qui ne sont que des radicaux arrivés » et contre les radicaux, ces opportunistes en herbe, la seconde Bataille la mènera, plus  implacable encore, contre le boulangisme. Avec son flair infaillible de vieux républicain, Lissagaray n’avait pas été long à renifler le complot contre la liberté. A Gérault-Richard, qui fit à la Bataille ses premières armes, il avait coutume de dire : « Dans les situations confuses, cherchez de quel côté sont les curés et les généraux. Passez bien vite de l’autre et vous serez à votre place. »

Or dans l’aventure boulangiste, tout ce que le pays comptait de cléricaux et de césariens marchait derrière le cheval noir. Le boulangisme, c’était la résurrection sinistre de Versailles, c’était à nouveau les ruraux tendant le poing à Paris. Lissagaray le combattit pied à pied avec une véhémence admirable, une dialectique d’acier, indifférent aux haines qu’il suscitait contre sa personne. Son duel avec Rochefort, où les deux hommes furent blessés (14 janvier 1889) fit grand bruit. La Bataille avait ses bureaux au Croissant. Pour y entrer comme pour en sortir, il fallait presque chaque soir se colleter avec les bandes boulangistes. A chaque instant, aux fenêtres du journal, les vitres, lapidées, volaient en éclats.

Tous les moyens d’agitation semblaient bons à Lissagaray, y compris le bulletin de vote. Aux élections de 1885, Elisée Reclus, inscrit d’office sur la liste de la Bataille, ainsi d’ailleurs que Kropotkine, avait fait afficher sur les murs : « Voter, c’est abdiquer. Voter, c’est être dupe. » A quoi Lissagaray avait répondu, en maintenant Reclus sur la liste révolutionnaire, « parce que nous voulons, comme il nous le conseille, agir. » Et il avait ajouté : « Nous ne connaissons que deux modes d’action : le fusil et le vote. N’ayant pas le choix, ne voyant nulle part une armée révolutionnaire en ordre de bataille, nous saisissons la seule défense qui nous reste : le bulletin. Tout ce qu’affirme Elisée Reclus est vrai théoriquement; mais les événements sont contre lui… Le silence, l’inertie n’ont jamais été un signe vital. Et comment distinguer entre les abstentionnistes d’indolence et les abstentionnistes de combat ? »

Dans la seule année 1890, Lissagaray fut candidat deux fois. D’abord à Neuilly où l’élection du boulangiste Francis Laur avait été cassée. Aucune illusion à se faire sur l’issue de la campagne, mais Lissagaray aimait à se battre, et l’occasion était si belle ! Il fut éblouissant d’entrain, de verve et de faconde, faisant face chaque soir aux pires provocations. La horde antisémite, armée de revolvers et de couteaux, le harcelait de salle en salle, tant et si bien qu’il fallait éteindre le gaz et s’en aller finir la réunion sur les fortifs. Le 16 février, Laur fut réélu par 10.191 voix contre 4.853 à son adversaire. Nullement découragé par son échec, Lissagaray briguait, dix mois plus tard, à Montmartre, la succession de Joffrin. Cette fois, ce fut un possibiliste, et des plus pâles, Lavy, qui fut élu au second tour avec 3.220. voix, Lissagaray en eu 2.121 : trois autres socialiste (Dejeante, Doumas et Ch. Longuet) venaient en queue.

La Bataille ne survécut pas longtemps à l’écrasement du boulangisme. Les temps étaient durs déjà à la presse non inféodée. Le journalisme révolutionnaire, sans attaches de parti, tel que Lissagaray l’entendait, n’était plus de saison. La presse d’information gagnait du terrain chaque jour ; la bourgeoisie radicale avait ses journaux à elle ; les organisations socialistes allaient avoir le leur avec la Petite République. La Bataille, définitivement cette fois, disparut, et Lissagaray dut se résigner au silence. Tout en tirant un gagne-pain de collaborations à la presse algérienne, il entreprit de donner une nouvelle édition de son Histoire de la Commune. Sans ménager sa peine, il revit page à page son texte de 1876, attentif à combler les lacunes, à pourchasser les erreurs de détail, à recueillir de nouveaux témoignages. Surtout il eut la chance de pouvoir compulser, avant tout autre, les procès-verbaux manuscrits de l’assemblée communaliste, sauvés de l’incendie et déposés à Carnavalet. L’Histoire de la Commune, entièrement refondue, parut en mai 1896 chez l’éditeur Dentu, avec cette épigraphe : Pour qu’on sache. Si la grande presse en parla peu, les milieux d’avant-grande lui firent un accueil enthousiaste : le livre à couverture jaune et rouge fut très vite sur la planchette de tous les militants.

Lissagaray avait ajouté une page de postface : son testament, pourrait-on dire. L’insurgé de mai au cœur inflexible voulait, avant de alors son œuvre, clamer sa foi. dans le triomphe final des prolétaires et leur prêcher l’audace qui rend forts : « Oser Comme autrefois, ce mot renferme toute la politique de cette heure. Oser et labourer profond. L’audace est la splendeur de la foi. C’est pour avoir osé que le peuple de 1789 domine les sommets de l’histoire, c’est pour n’avoir pas tremblé que l’histoire fera, sa place à ce peuple de 1870-71, qui eut de la foi jusqu’à en mourir. »

Lissagaray n’a plus que quatre années à vivre. Sa carrière est finie. Faute d’un journal à lui, il ne prendra à l’affaire Dreyfus aucune part publique, mais il se placera; cette fois encore, du bon côté de la barricade. Comment eût-il pu hésiter! N’avait-il pas reconnu, de l’autre côté, ses adversaires de toujours : le jésuite, le soldat ? Nationalisme, antisémitisme : deux masques neufs, cachant de vieux visages, d’éternelles convoitises. Un Rochefort, caboche creuse et légère, peut se laisser surprendre ; un Lissagaray, nourri de la substance des encyclopédistes, non pas! Il fut du parti de Zola, de Jaurès, de Pressensé, de la jeune Ligue des Droits de l’Homme, en qui revivait cette Société des Droits de l’Homme qu’en juin 1888 il avait’ contribué à fonder.

Il n’eut pas le temps d’assister à la décomposition dit dreyfusisme. A la fin de 1900, une laryngite rapportée d’exil s’aggrava tout à coup, au point de le rendre à peu près aphone. La trachéotomie, jugée nécessaire, ne put être tentée dans l’état d’affaiblissement extrême où l’avait mis le mal. Le 25 janvier 1901, il s’éteignit après d’atroces souffrances héroïquement supportées entre les bras de sa compagne et de quelques amis des vieux jours. Il avait soixante-deux ans. Ses obsèques, malgré un temps affreux, furent suivies, de la maison mortuaire (43, rue Richer) au crématoire du Père-Lachaise, par près de deux mille personnes. Son neveu, Roger Batut, conduisait le deuil, avec Avrial, Aristide Barré et deux ou trois autres intimes. En tête du cortège marchaient les anciens de la Bataille : Gérault-Richard, Philibert Roger, Hoffmann, Etienne Chichet, Roland Furet, Louis Vernhet, Camille de Sainte-Croix, Marsolleau, E. Degay, Lucien Victor-Meunier, Spoll; puis les anciens de la Commune : Vaillant, P. Grousset, Ch. Longuet, J. Martelet, H. Champy, Le Grandais, Cipriani, Allemane, Lisbonne, M. Vuillaume, Georges Renardy Banrois, Susini, Eug. Kuenmann, Alavoine, Victor Bannet, etc.

Pendant l’incinération, Gérault-Richard, Edouard Vaillant, Ernest Navarre, Avrial, tour à tour, dirent des paroles d’adieu. On savait l’horreur du défunt pour les oraisons funèbres, mais un salut n’est pas un discours. Vaillant exprima son admiration de toujours pour le journaliste hors de pair qui venait de disparaître, sans avoir donné, au surplus, toute la mesure de sa puissance, car il y avait en lui un véritable conducteur d’hommes. : « II était l’épée de combat de la Révolution: ». Ernest Navarre, avec émotion, évoqua des souvenirs de Londres, souligna de traits précis le courage de Lissagaray dans la pauvreté, son désintéressement exemplaire, sa bonté insouciante, la générosité de son cœur (7).

lissagaray_commune

Notes:

(1) Le chap. III : Proclamation de la Commune.

(2) La mission de Lissagaray et de Périn à Toulouse à donné lieu dans un rapport officiel du comte Albert de Résséguier, député royaliste et clérical du Gers à l’Assemblée rurale, à des critiques inspirées du plus pur esprit de Basile : « Calomniez, calomniez… » Périn, dans une brochure sans réplique (le Camp de Toulouse, 1873), Lissagaray dans une lettre indignée de Londres à la République Française, le journal de Gambetta (15 février 1873) ont réduit ces ragots en poudre. On peut dire qu’il ne subsiste rien des cafardises du noble comte — ancien collaborateur à La Vie des Saints de Dellaye — ou, comme dit Lissagaray, de « cette invective en cinquante lignes, dont chacune est grosse d’une erreur ou d’une plate calomnie et où les pièces justificatives tirent sur les arguments du rapporteur… ».

(3) Le comte de Résséguier avait conclu la partie de son rapport relative au camp de Toulouse par cette phrase jésuitique, « cette flèche de Parthe versaillais » :

— « Les organisateurs du camp, honteux de leur oeuvre, disparurent à la faveur de nos désastres, et M. Lissagaray ne tarda pas à aller offrir ses services à la Commune de Paris »

A quoi Lissagaray répliqua :

— « Non, Monsieur, je n’ai pas disparu. A la nouvelle du bombardement de Paris, je demandai — consultez les archives — au ministre de la Guerre de m’envoyer au eu ; et quelques jours plus tard, vous m’auriez retrouvé à l’armée du général Chanzy, si vous y fussiez venu. Non, je n’avais pas à être honteux, car, avant de quitter Toulouse, je reçus les félicitations rendues publiques de cette commission qui m’avait vu à l’oeuvre et dont vous ne récuserez pas le témoignage, car beaucoup de ses membres vous ont donné leur voix. Quant à la Commune de Paris, je n’ai pas plus été un de ses fonctionnaires qu’un de ses membres. J’ai obscurément servi la Révolution du 18 mars comme journaliste et comme garde national. » (République
Française, 15 février 1873).

(4) Un conseil de guerre devait le condamner par contumace (18 juin 1873) à la déportation dans une enceinte fortifiée.

(5) L’Histoire de la Commune fat traduite en allemand et eut trois éditions (1878,189, 1894). Une traduction anglaise, oeuvre d’Eléanor Marx, parut en 1886 et, de nouveau, en 1898 (cette dernière d’après le texte définitif de Lissagaray).

Dans une lettre de Lissagaray à un ami, lettre récemment mise en vente par un marchand d’autographes, je trouve ces quelques lignes reproduites au catalogue, et où l’auteur de l’Histoire de la Commune caractérise son oeuvre (Londres, 21 janvier 1877) : « Elle est vraie, impartiale pour les ennemis, parce qu’elle apprend à la France quel sang généreux elle a laissé verser, parce que peut-être elle aidera à la remettre dans la voie révolutionnaire où, avant peu sous peine d’être totalement ruinée et démembrée elle sera obligée de rentrer. Vous n’ignorez pas, vous qui avez de la politique étrangère une connaissance autrement sérieuse que celle des journalistes français, que la Prusse guette l’occasion d’achever la ruine de notre pays et la cherche dans les complications orientales ; vous savez aussi qu’il n’y a maintenant d’énergie que dans les clans ouvriers et dans ce que j’ai appelé le prolétariat de la petite bourgeoisie ».

Jusque dans la mort la calomnie le poursuivit. L’Intransigeant et l’Autorité racontèrent qu’à son heure suprême il avait appelé un prêtre, était mort dans les bras de. l’Eglise, contrit et repentant. Gérault somma Rochefort et Cassagnac de fournir leurs preuves; l’honnête Avrial attesta que Lissagaray était mort comme il avait vécu, en libre-penseur. Cassagnac finit par reconnaître qu’il avait été mystifié. Rochefort ne rectifia pas.

(6) MERMEIX, La France Socialiste, p. 234-235.

(7) Tous ces renseignements et les suivants sont empruntés à la Petite République.

Étiquettes :


%d blogueurs aiment cette page :