Yougoslavie: productivisme et résistance ouvrière (1976)

by

Article paru dans Union ouvrière N°18 (du 15 juin au 15 juillet 1976).

La résistance au travail forcé, au salariat, est menée d’une façon générale dans l’ensemble des capitalismes d’Etat de l’Est. En Pologne, en Hongrie et dans les autres « démocraties populaires », l’absentéisme, le sabotage individuel ou collectif, le « vol », ou plutôt la réappropriation des objets par les producteurs, s’étendent… Ainsi en Yougoslavie autogestionnaire cette épidémie suscite les préoccupations de la presse officielle des gérants du capital, comme en témoigne cet extrait de la revue « Komunist » du 3 novembre 1975.

… Il est vrai que d’une manière générale on quitte son poste de travail sans aucun motif valable, on ne fait pu son travail et, ce qui est encore plus grave, personne n’est responsable. Un exemple : l’entreprise Slabvda de Gavak (Serbie).

Un autre exemple : l’entreprise Sioboda, à Cacâk : on a beaucoup écrit et publiquement parlé de son déficit. Dernièrement, l’entreprise a compté certain jour un millier de travailleurs absents de leur travail. A la fonderie de Smderevo, les travailleurs ont constaté, en analysant leurs propres faiblesses (!), que certains d’entre eux quittent leur poste de travail une heure avant la fin, chaque jour.

A l’entreprise Leteks de Leskovac, pendant l’été, 250 travailleurs sur 2 500 ont été absents chaque jour pour cause de maladie. Certains travailleurs – en congé de maladie – ont été trouvés en train de cultiver leurs terres ; d’autres ont eté employés dans des entreprises privées. Une ouvrière – malade – avait transporté des marchandises avec ses chevaux, en qualité de transporteur privé. Au cours d’une assemblée générale, on a proposé que cette ou- vrière soit licenciée pour faute lourde. En signe de solidarité, l’assemblée générale a refusé cette propc- sition. Aussitôt après, la même ouvrière Il commis une nouvelle infraction à la discipline.

Cet exemple n’est pas isolé, et Leteks n’a rien d’une exception. Dans cet état de choses, mieux vaut ne pas parler des infractions à la discipline, telles que dormir à son poste de travail, quitter celui-ci sans demander l’autorisation, etc. Dans notre pays, il y a eu l’an dernier, chaque jour, 4 % de travailleurs absents de leur travail. Cela représente 65 millions de journées perdues. Dans la seule industrie, on perd deux jours par mois et par travailleur, Quand on sait que la Sécurité Sociale a payé deux milliards 700 millions de dinars pour maladie, et quand on sait également que les trente premiers jours sont payés par les organisations du « travail associé », qui ont payé cinq milliards de dinars …

La meilleure utilisation du temps de travail n’est pas seule en cause, mais elle est, de toute façon, une des conditions clés pour augmenter la productivité du travail, laquelle, cette année, augmente plus lentement que l’an dernier. Pour pouvoir diminuer les absences pour maladie, il est nécessaire d’organiser un meilleur service de médecine du travail. Mais cela ne suffit pas. Une action concrète de l’Alliance communiste dans les  » organisations du travail associé  » est nécessaire pour que la discipline du travail soit respectée. Pour chaque membre de l’Alliance communiste, le critère fondamental de son activité politique, c’est son comportement par rapport à son travail et à ses tâches de production, On ne peut pas éliminer les fainéants de la production, si l’on n’élimine pas d’abord les fainéants de l’Alliance communiste.

Comme on le voit cette résistance du prolétariat yougoslave reste encore limitée et atomisée, pourtant ces exemples suffisent amplement à révéler la duperie de l’autogestion. Comme ici l’esclavage salarié et la marchandise conditionnent l’aliénation quotidienne ponctuée par les appels au productivisme des charognes bureaucratiques de la  » Ligue des Communistes Yougoslaves  » …

La subversion actuelle, contrainte d’être ici immédiatement anti-étatique, se devra peut-être plus qu’ailleurs d’aborder de façon radicale la destruction du rapport capitaliste … à suivre…

yougo-uo

Voir aussi:

 

Étiquettes :


%d blogueurs aiment cette page :