Lénine, théoricien du nationalisme

by

Traduction d’un article publié dans le Socialist standard en mai 1998, texte original sur le site du Parti socialiste mondial de l’Inde (ici).

La notion de Lénine: « l’impérialisme est le stade suprême du capitalisme », suppose qu’une nation en exploite une autre, et que cela nécessite donc un mouvement de « libération nationale » pour la nation, qui conduit la classe ouvrière de deux pays différents à s’égorger. Mais la classe ouvrière n’a pas de nation, elle n’a qu’un monde à gagner.

Nous savons qu’historiquement, à moins qu’une classe particulière monopolise les moyens de production et de distribution et force le reste de la population à vendre sa force de travail, il n’est pas de production capitaliste possible. La propriété privée est monopole. Couplée avec la division du travail, elle est la base de la production des produits de base avec l’échange , l’argent , le marché , etc.

Mais le monopole pour Lénine n’était pas le monopole de classe, mais la simple concentration et centralisation du capital. Selon Marx, l’existence même de la société capitaliste implique à la fois le monopole ( en ce sens ) et la concurrence, ce qui annule la supposition de Lénine pour qui ce monopole est seulement une fonction de  » l’impérialisme  » :

« Dans la vie économique de l’époque actuelle, vous trouverez non seulement la concurrence et le monopole mais aussi leur synthèse, qui n’est pas une formule mais un mouvement. Le monopole produit la concurrence, la concurrence produit le monopole » (Lettre à Annekov , 28 décembre 1846).

La nature même du capital reste toujours la même – production pour le profit, part impayée de la force de travail. La caractéristique de la production capitaliste , c’est qu’elle est basé sur le travail salarié. Les salaires supposent le capital et vice versa. Ici aussi, Lénine ne comprend pas pourquoi différents niveaux de salaires existent dans différents pays. Selon lui, les salaires sont plus élevés dans les pays impérialistes parce que les capitalistes y soudoient leurs travailleurs sur les superprofits qu’ils tirent de l’exploitation des pays dominés.

Marx avait une tout autre explication des raisons pour lesquelles les salaires sont plus élevés dans ces pays. La productivité et le taux d’exploitation (ratio payé pour le travail non rémunéré ) y étaient plus élevés:

« Plus un pays est productif par rapport à un autre sur le marché mondial, et plus les salaires comparés aux autres pays y seront élevés. Ce n’est pas seulement le salaire nominal, mais aussi le salaire réel, qui est en Angleterre plus élevé que sur le continent. L’ouvrier mange davantage de viande, satisfait davantage ses besoins. Mais cela ne vaut pas pour l’ouvrier agricole, seulement pour l’ouvrier de manufacture. Mais il n’est pas plus élevé en proportion de la productivité des ouvriers anglais [que les salaires versés dans d’autres pays] » ( Théories sur la  plus-value, [éd. anglaise deuxième partie , pages 16-17] ) .

Une baisse du taux de salaire ne rend pas un pays capitaliste inférieur à un autre :

« Les divers États des divers pays civilisés, nonobstant la multiple diversité de leurs formes, ont tous ceci de commun qu’ils reposent sur le terrain de la société bourgeoise moderne, plus ou moins développée au point de vue capitaliste. ( Critique du programme de Gotha , 1875) .

Pour être capitaliste , un pays ne doit pas être comme industriellement et commercialement développé comme les États-Unis, la Grande-Bretagne ou l’Allemagne. Il n’est pas nécessaire que chaque district de chaque pays capitaliste soit aussi développé que la Ruhr en Allemagne ou Sheffield et Birmingham en Angleterre. La condition de base est que le système de production du pays soit sur une base capitaliste, c’est à dire se fonde sur les employeurs et les employés. Un pays peut être fortement industrialisé ou avec une agriculture développée, principalement fournisseur de matières premières pour l’industrie ou autre. Cela se produit en raison de la division du travail entre les différents pays capitalistes . Donc, une «nation» ne peut pas exploiter une autre «nation». Les travailleurs, partout dans le monde, sont exploitées par la classe capitaliste mondiale.

L’absurdité de la théorie de Lénine peut être prouvée par un exemple vivant de la vie d’un travailleur de notre sous-continent indien. Supposons qu’il ait 70 ans et soit maintenant un citoyen du Bangladesh. Il était un sujet du Pakistan et avant cela de l’Empire britannique. Selon la théorie de Lénine, il a été dominé par les « impérialistes britanniques » jusqu’en 1947 , puis par les « impérialistes » pakistanais jusqu’à 1972. Maintenant par qui ? Pourtant, tout au long de ces années, il est resté un esclave du salariat, non libre , mais ses maîtres et la nationalité ont changé. C’est le ridicule de la théorie de Lénine.

La théorie de l’impérialisme de Lénine ne saisit pas la nature mondiale de la société capitaliste en opposant la classe ouvrière des pays sous-développés à celle des pays développés. Elle conduit à défendre l’intérêt national sur les intérêts de classe, ce qui est préjudiciable à l’intérêt de la classe ouvrière mondiale et leur émancipation.

Il est maintenant clair que le capitalisme est un phénomène universel et cosmopolite, donc la classe ouvrière aussi. La classe ouvrière ne peut pas s’émanciper au niveau national.

Marx , dans son adresse inaugurale de l’Association internationale des travailleurs en 1864, a dénoncé « une politique étrangère, qui poursuit des desseins criminels, met en jeu les préjugés nationaux et fait couler dans des guerres de piraterie le sang et dilapide le bien du peuple ». Mais c’est précisément ce que Lénine et ses héritiers ont pratiqué en URSS, Europe de l’Est, Chine, Cuba, etc. à partir de 1917. De nombreux traités, guerres et proclamations des États dits socialistes en témoignent.

Que « l’émancipation du travail, n’étant un problème ni local ni national, mais social, embrasse tous les pays dans lesquels existe la société moderne et nécessite, pour sa solution, le concours théorique et pratique des pays les plus avancés » ( Statuts de l’ AIT ) devrait être le principe directeur de la classe ouvrière mondiale.

Asok KUMAR CHAKRABARTI

indianworkers_abudhabi


%d blogueurs aiment cette page :