Caen: Encore à la rue, la lutte continue !

by

Tract de l’A.G. de lutte contre toutes les expulsions (Caen):

Le 9 mai, nous nous sommes fait expulsé-e-s dès 7h du matin par des compagnies de CRS et les forces de police locale. Ce sont environ 80 personnes qui se retrouvent une nouvelle fois à la rue. La Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDSC) a fait la proposition ridicule de reloger seulement pour 3 jours les familles avec enfants, soit environ 30 personnes. Il-elle-s se retrouveront donc à la rue dès lundi matin. Pour la cinquantaine d’autres habitant-e-s, il n’y aura pas de relogement du tout !

expulsion1

(photo S.J.)

 Depuis mai 2013, plusieurs squats ont été ouverts à Caen pour accueillir les familles et personnes expulsées du « 115 », les services d’accueil d’urgence. Depuis, ni la préfecture, représentant l’État, ni la mairie de Caen, n’ont cherché de solution pour reloger massivement les gens. En effet, depuis juin 2013, trois lieux successifs ont été occupés afin d’héberger plusieurs dizaines de ces personnes. Suite à la décision d’expulsion du tribunal, faisant primer le droit de propriété sur le droit au logement, nous occupions un nouveau lieu. L’ouverture de l’immeuble situé 5 Place du 36ème Régiment d’Infanterie a été officialisée le 1er mai 2014 afin d’éviter que des dizaines de nouvelles personnes ne connaissent l’enfer de la rue. Le propriétaire de cet immeuble, vide depuis 2011, n’est autre qu’Allianz, société d’assurances au capital de près d’un milliard d’euros et qui n’hésite pas à faire de la spéculation immobilière, soit le maintien volontaire de logements vides afin de faire monter les prix de l’immobilier.

A l’origine de ces expulsions, on trouve les politiques d’austérité, de destruction des droits sociaux, de coupes budgétaires visant les services publics et qui se traduisent par une précarité accrue pour les populations les plus vulnérables. Si nous nous organisons collectivement face à cette situation, c’est bien parce que la politique particulière dont les personnes expulsées sont la cible s’inscrit dans une politique plus générale visant l’ensemble des précaires et des exploité-e-s, par la dégradation des conditions d’existence et le renforcement des inégalités sociales.

Les politiques d’austérité actuelles touchent tout le monde, français-e-s ou immigré-e-s, l’hébergement d’urgence comme les hôpitaux, les services publics, les droits sociaux, la culture, etc. La soi-disant nécessité économique de ces politiques n’est qu’un leurre. L’actuel gouvernement réalise via son pacte de « responsabilité » 30 milliards de cadeaux fiscaux au patronat, alors que les profits du CAC 40 n’ont jamais été aussi élevés que ces dernières années. Afin de nous détourner des véritables responsables de nos conditions de vie, la classe dirigeante cherche à cibler des coupables. Les personnes d’origine étrangère servent encore et toujours de bouc émissaire. Ce sont généralement les premièr-es à subir les attaques antisociales et/ou répressives de cette xénophobie d’État.

Face à cette situation, il y a urgence ! Plus que jamais, la lutte continue avec les mêmes revendications :

  • Un logement pérenne et décent pour toutes et tous, que nous soyons français-e-s ou immigré-e-s ;
  • Des papiers pour toutes et tous.

Plus que jamais, la solidarité et le soutien sont nécessaires !!!

Actuellement, nous occupons temporairement le sous sol du bâtiment Lettres de l’université de Caen. Nous appelons chacun-e à venir aux assemblées générales afin d’organiser la lutte, de collecter les dons matériels ou financiers et/ou de donner un coup de main sous toutes les formes possibles :

RDV à venir :

  • dès vendredi 9 mai durant toute la nuit au sous sol Bâtiment Lettres
  • Samedi 10 mars : rassemblement 14h30 Préfecture
  • Samedi 10 mars : Assemblée Générale 18h30 Phénix (Arrêt Tram Université)

L’Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions

Expulsion 5 place inf - 9 mai 2014

cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf


%d blogueurs aiment cette page :