Socialist Labor Party 1876-1991: a short history

by

Une histoire du Parti ouvrier socialiste d’Amérique (en anglais):

slp-history

cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf externe

Pendant une des périodes charnières de l’évolution sociale des États-Unis, le Socialist Labor Party (Parti socialiste du travail) eut une influence considérable sur les révoltés de la nouvelle terre promise. Fondé en 1875, à la suite de la crise économique de 1873-74, le parti fut dirigé par le théoricien marxiste Daniel DeLeon (ancien professeur de Droit à l’Université Columbia) du début des années 1890 jusqu’en 1914. Sous son impulsion, le S.L.P. a prôné la révolution sociale et le syndicalisme d’industrie. Le S.L.P. comptait la présence de nombreux intellectuels parmi ses membres, aux côtés des travailleurs. Leur influence rayonnait sur toute la gauche d’avant la Première Guerre mondiale. C’est par opposition au S.L.P. que le Socialist Party sera fondé en 1901. En 1905, DeLeon est un des fondateurs des Industrial Workers of the World (I.W.W.), mais des dissensions provoquent la scission des I.W.W. Les I.W.W. de DeLeon organiseront en 1913 la grande grève de Patterson, dans le New Jersey.

Le S.L.P. a marqué l’histoire du mouvement syndical et socialiste aux ÉtatsUnis et la publication de ce livre permet d’en retracer les différents aspects. Plus qu’une introduction à l’histoire du Socialist Labor Party, le livre de Girard et Perry est un document historique en soi. Les auteurs sont des  militants, donc partie prenante du mouvement. C’est cependant avec une objectivité surprenante — peut-être due au fait qu’ils ont quitté l’appareil du parti à la suite de divergences avec la direction, bien que toujours fidèles à l’orientation générale du mouvement — que Girard et Perry exposent les activités, analysent les idées et les figures marquantes du parti au cours d’un siècle. L’ouvrage nous livre ainsi un tableau clair et saisissant d’une mouvance essentielle de la gauche nord-américaine.

Entre le syndicalisme révolutionnaire et une sorte de léninisme avant la lettre — pouvons-nous dire DeLeonisme ? —, le S.L.P. et son histoire montrent les contradictions d’une gauche naissante du début du siècle jusqu’aux tendances actuelles des mouvements sociaux et politiques. La tension entre la volonté démocratique et le dirigisme n’a jamais été résolue par le S.L.P. Le grand mérite de cet ouvrage est d’exposer ces tendances, sans complaisance ni fioritures. L’iconographie est abondante et recherchée. Cela fait de cette publication un ouvrage de référence indispensable.

Dans l’actuel désarroi de la classe politique nord-américaine représentée par les deux grands partis démocrate et républicain, il arrive de plus en plus souvent qu’un appel soit lancé pour la création d’un labor party. Cela serait-il suffisant pour combler le vide laissé par un monde politique qui veut ignorer les besoins des travailleurs ? Les difficultés d’une telle entreprise et les défaillances possibles de ce projet sont mises en évidence par l’expérience du S.L.P. Ne serait-ce que pour ces raisons, ce livre fournit des éléments de réflexion pour anticiper du bien fondé de solutions alternatives à une classe politique en décomposition.

En outre, il fournit une bibliographie et un index, cite les bibliothèques et les archives où consulter des matériaux sur le S.L.P., donne les listes des responsables du S.L.P., les candidats aux élections présidentielles, les congrès nationaux et les adresses des comités du S.L.P. Concis dans sa forme, cet ouvrage s’avère une contribution intéressante à notre connaissance du socialisme nordaméricain et peut servir de base à une recherche plus approfondie.

Larry PORTIS

(Note de lecture de ce livre parue dans Le Mouvement Social n° 170, janvier-mars 1995)

Voir aussi:

Étiquettes : ,


%d blogueurs aiment cette page :