Regroupement Révolutionnaire Caennais

by

(Ceci n’est pas une présentation définitive et complète)

Constatant le manque de perspectives, la faiblesse d’organisation et la présence de désaccords de plus en plus visibles dans le milieu révolutionnaire local, au début de l’été 2014, quelques personnes se sont réunies pour discuter et ont décidé de lancer une initiative en vue de créer un regroupement révolutionnaire à Caen sur des bases et des pratiques communes, auxquelles chacun-e est attaché-e : lutte de classe, antiétatisme, internationalisme, anti-patriarcat, interventionnisme politique, stratégie révolutionnaire. Il existe des divergences, mais nous considérons qu’elles sont dépassables et que nous pouvons nous organiser ensemble au quotidien pour intervenir politiquement.

A partir des bases politiques évoquées, cette discussion s’est élargie vers d’autres personnes intéressées par ce projet. Des réunions régulières, tous les 15 jours, ont commencé à avoir lieu pour s’organiser et agir.

On en avait marre d’être dispersé-e-s, sans réels moyens. On voulait pouvoir discuter des questions de fond, prévoir, anticiper, intervenir, bref, arrêter de subir et s’organiser pour les luttes actuelles et celles à venir. Ce regroupement nous a paru indispensable car les années qui viennent vont être encore plus dures politiquement et socialement.

Il est ressorti des discussions quelques grandes lignes sur lesquelles nous souhaitons nous construire.

Lutte de classe : Par lutte de classe, nous entendons la lutte des exploité-e-s contre les exploiteurs/euses, la lutte des travailleurs-euses (privé-e-s d’emploi, radié-e-s de Pole Emploi ou jamais inscrit-e-s compris) – soit celles et ceux qui créent la plus-value mais qui n’en bénéficient pas – contre ceux/celles qui possèdent les moyens de production et exploitent la force de travail. La lutte de classe se décline à différentes échelles. Elle est à la fois un socle indispensable d’une perspective révolutionnaire, mais peut aussi se retrouver dans des luttes de boites (salaires, conditions de travail, prime de licenciement etc.), dans des luttes contre les suppressions de postes dans la fonction publique, la privatisation/marchandisation des services, les attaques sur les salaires directs et indirects (c’est-à-dire issus des cotisations salariales), etc. D’autre part, nous considérons qu’au sein de la lutte de classe, il y a des luttes de classes. En effet, le système capitaliste utilise tous les moyens en sa possession pour maximiser les profits et diviser les exploité-e-s : racisme, xénophobie, patriarcat, etc. La lutte de classe sans lutte contre les formes de domination qu’utilise le capitalisme ne permettra pas de détruire ce système.

Anti-patriarcat : Par anti-patriarcat, nous entendons la lutte contre la domination (politique, économique, culturelle, sociale, sexuelle et symbolique) des hommes sur les femmes, que ce soit au sein du capitalisme ou en dehors. Nous pensons que les femmes subissent une injustice spécifique et systématique en tant que femmes. La lutte antisexiste, féministe, doit s’inscrire aussi bien dans le quotidien que dans les luttes et dans nos milieux. La déconstruction du genre en tant qu’attribution d’attitudes et de comportements en fonction du sexe biologique fait partie intégrante de la lutte antipatriarcale.

Internationalisme et solidarité internationale de classe : Elle passe selon nous par la lutte contre l’exploitation des populations (notamment par l’exploitation de leur force de travail à moindre coût et des ressources naturelles) au profit de capitalismes de blocs ou nationaux. L’internationalisme s’oppose à toute forme de nationalisme, impérialisme, colonialisme, néocolonialisme, facettes indispensables au bon fonctionnement du système capitaliste. Notre implication internationaliste se décline à la fois par la lutte contre l’impérialisme français, mais aussi par la solidarité financière, matérielle, politique envers les résistances sociales, féministes, émancipatrices (collectes de fonds, diffusion d’info, prises de contact, etc.).

Évidemment, des discussions sur ces sujets, et pleins d’autres, sont toujours en cours parce que ce projet est collectif et que nous souhaitons l’élargir à toutes celles et tous ceux susceptibles d’être intéressé-e-s et sortir d’un certain isolement politique.

Nous cherchons à fonctionner d’une manière non-hiérarchique, accueillante, collective, ouverte et constructive.

Finalement, ce regroupement est vu comme un outil et non une fin en soi. L’idée est de se fondre dans les luttes et des Assemblées Générales décisionnelles qui en sont issues, de leur apporter ce que l’on peut, tout en gardant un espace à partir duquel on peut s’exprimer et agir, que ce soit entre les luttes ou au cours de celles-ci si on en ressent la nécessité. Nous comptons créer un journal qui relaiera un certain nombre de luttes sociales et tentera notamment d’effectuer un travail de vulgarisation de théories politiques révolutionnaires.

Les réunions ont lieu pour le moment tous les samedis (lieux et horaires modulables). Un site internet est en cours d’élaboration. Pour les personnes intéressées, envoyer un mail à rrcaen@riseup.net, ou en parler directement avec nous.

Regroupement Révolutionnaire Caennais.

Caen - château


%d blogueurs aiment cette page :