Feu le Comintern (Boris Souvarine)

by

Feu le Comintern, récit inédit de Boris Souvarine (Le Passager clandestin, format de poche, 2015) Préface de Charles Jacquier

Ce livre constitue un témoignage de première main sur les opposants à la Première Guerre mondiale en France et les débuts de la IIIe Internationale (ou Comintern). Il met en lumière les motifs et les raisons d’une adhésion à un système qui ne tarda pas à transformer l’espérance en cauchemar. Après y avoir cru, Boris Souvarine fut l’un des premiers à le dénoncer.

À la fin de sa vie, après des années d’isolement, Boris Souvarine (1895-1984) souhaita revenir sur les premières années de son engagement politique durant la Première Guerre mondiale, en mêlant souvenirs personnels et documents d’époque. Engagé dans le mouvement socialiste durant la Première Guerre mondiale, Souvarine est un des principaux artisans du Congrès de Tours (1920). Après la fondation du parti communiste, il en devint le représentant auprès de l’Internationale communiste et participa à sa direction jusqu’à son exclusion en 1924.

La IIIe Internationale, appuyée sur un immense État, prit rapidement l’exact opposé des aspirations émancipatrices qui avaient été au fondement de la Première. Il n’est sans doute pas innocent que Souvarine ait commencé l’écriture de ses mémoires par l’exposé de ses prémices et de ses développements. S’il n’eut pas le temps de mener ce projet à son terme, il en reste une ébauche, jusqu’aujourd’hui inédite. Ce sont les extraits que nous présentons ici, accompagnés d’une brève sélection d’articles écrits dans les années 1917-1924, documents d’époque qui éclairent ces souvenirs d’un autre temps.

Souvarine a tout à la fois une plume remarquable, une connaissance encyclopédique de son sujet, une intelligence hors pair, et une indignation intacte et toujours renouvelée devant les mensonges et les crimes du stalinisme. Il relate, analyse et nous aide à comprendre des faits historiques majeurs. La lecture de ces textes inédits servira à ceux qui souhaitent réfléchir à une nouvelle critique sociale, où la conscience des horreurs et des impostures du passé ne servirait pas à masquer ou relativiser celles du présent.

L’appareil critique du livre est réalisé par Julien Chuzeville, historien, auteur de Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste (l’Harmattan, 2012) et de Militants contre la guerre 1914-1918 (Spartacus, 2014).

IMG_002


%d blogueurs aiment cette page :