Lénine et sa légende (Mattick, 1935)

by

Reprise

Article de Paul Mattick paru dans International Council Correspondence vol. II N°1 (décembre 1935). Repris dans le Western socialist en janvier 1946. Traduit dans La contre-révolution bureaucratique (UGE, 1973). Précédente publication sur ce site en 2008.

Plus le visage embaumé de Lénine jaunit et se parchemine, plus la queue des visiteurs à la porte de son mausolée s’allonge, et moins les gens s’intéressent au véritable personnage et à sa dimension historique. Chaque jour, de nouveaux monuments sont élevés à sa mémoire, des metteurs en scène en font le héros de leurs films, des livres sont écrits à son propos et les pâtissiers russes confectionnent des figurines de pain d’épice à son effigie. Mais les traits flous des Lénine en chocolat égalent bien les histoires inexactes et douteuses qui courent à son sujet. Et bien que l’Institut Lénine publie ses oeuvres complètes, elles ne signifient désormais plus rien en comparaison des légendes fabuleuses qui se sont développées autour de son nom. Dès l’instant où les gens commencèrent à s’intéresser aux boutons de col de Lénine, ils cessèrent d’attacher de l’importance à ses idées. Dès à présent, chacun façonne son propre Lénine, sinon d’après sa propre image, du moins selon ses propres désirs. La légende de Lénine est à la nouvelle Russie ce que la légende napoléonienne est à la France et ce que la légende du roi Frederik est à l’Allemagne. Et, de même qu’il y eut un temps où les gens refusaient de croire à la mort de Napoléon, et où d’autres attendaient la résurrection du roi Frederik, de même il existe encore aujourd’hui en Russie des paysans pour lesquels le  » petit père Tsar  » n’est pas mort, mais continue de satisfaire son insatiable appétit d’hommages sans cesse réitérés. D’autres font brûler éternellement des veilleuses sous son portrait; pour ceux-là, il est un saint, un rédempteur qu’il faut prier pour qu’il vous vienne en aide. Pour les millions d’yeux braqués sur ces millions de portraits, Lénine symbolise le Moïse russe, saint George, Ulysse, Hercule, le diable ou le bon dieu. Le culte de Lénine a donné le jour à une nouvelle religion devant laquelle les plus athées des communistes ploient du genou avec empressement – cela simplifie bien la vie à tout point de vue. Lénine leur apparaît comme le père de la République soviétique, l’homme qui permit à la révolution de triompher, le grand chef sans lequel ils n’existeraient pas. La Révolution russe est devenue, non seulement en Russie et dans la légende populaire, mais aussi pour une large fraction de l’intelligentsia marxiste à travers le monde, un évènement mondial si étroitement lié au génie de Lénine, qu’il semblerait que sans lui la révolution – et par là même, l’histoire du monde – aurait pris un tour entièrement différent. L’analyse véritablement objective de la Révolution russe révèlera pourtant immédiatement l’ineptie d’une telle conception.

« L’affirmation selon laquelle l’histoire est faite par les grands hommes est totalement dénuée de fondement sur le plan théorique. » C’est avec ces mots que Lénine a lui-même donné naissance à la légende qui veut qu’il soit le seul responsable du succès de la Révolution russe. Il estimait que la Première Guerre mondiale avait été la cause directe de la révolution et qu’elle en avait déterminé l’heure. Sans cette guerre, a-t-il dit,  » la révolution aurait sans doute été remise à plusieurs décades « . Dire de la Révolution russe qu’elle s’est déclenchée et qu’elle s’est développée en grande partie grâce à Lénine, c’est identifier la révolution à la prise du pouvoir par les bolcheviks. Trotsky lui-même a dit que tout le mérite du succès du soulèvement d’Octobre, revenait à Lénine; que, malgré l’opposition de presque tous ses camarades de parti, il avait seul pris la décision de l’insurrection. Mais la prise du pouvoir par les bolcheviks ne dota pas la révolution de l’esprit de Lénine. Tout au contraire, Lénine s’adapta si bien aux nécessités de la révolution que l’on peut quasiment dire qu’il accomplit l’œuvre de cette classe qu’il combattait ouvertement [1]. Certes, on a souvent affirmé que la prise du pouvoir par les bolcheviks avait permis à une révolution démocratique-bourgeoise de se muer en une révolution socialiste-prolétarienne. Mais qui pourra croire sérieusement qu’un seul acte politique ait pu remplacer tout un développement historique; que sept mois – de février à octobre – aient suffi pour créer les bases économiques d’une révolution socialiste dans un pays qui commençait à peine à se débarrasser de ses chaînes féodales et absolutistes et à s’ouvrir à l’influence du capitalisme moderne?

Jusqu’à l’époque de la révolution, et encore aujourd’hui dans une large mesure, la question agraire a joué un rôle décisif dans le développement économique et social de la Russie. Sur les 174 millions d’habitants que comptait le pays avant la guerre, 24 millions seulement vivaient dans les villes. Pour chaque millier de travailleurs rémunérés, 719 travaillaient dans le secteur agricole. En dépit du rôle considérable qu’ils jouaient dans l’économie du pays, les paysans continuaient de mener, dans leur grande majorité, une existence misérable. L’État, la noblesse et les gros propriétaires terriens exploitaient la population, sans le moindre scrupule, avec une brutalité toute asiatique.

Depuis l’abolition du servage (1861), le manque de terre n’a cessé d’être au centre de la politique intérieure. C’est ce manque qui fut à l’origine de toutes les tentatives de réforme, car il portait en lui les germes de la révolution naissante qu’il fallait enrayer. La politique économique du régime tsariste qui décrétait sans cesse de nouveaux impôts indirects ne pouvait qu’aggraver la situation des paysans. Les dépenses pour l’armée, la flotte et la machine gouvernementale atteignirent des proportions gigantesques. La majeure partie du budget national était gaspillée à des fins non productives, ce qui eut pour résultat de ruiner totalement la base économique agricole.

« La liberté et la terre » , telle fut inévitablement la demande révolutionnaire des paysans. Et tel fut le slogan de la série de soulèvements paysans qui devaient, de 1902 à 1906, prendre une ampleur particulière. Cette agitation, qui coïncidait avec les mouvements ouvriers de grèves générales, ne manqua pas d’ébranler violemment le cœur même du tsarisme, à tel point que cette période a pu être qualifiée de  » répétition générale  » de la révolution de 1917. La manière dont le tsarisme réagit devant ces révoltes est particulièrement bien décrite par l’expression de Bogdanovitch, alors vice-gouverneur de Tambiovsk :  « Plus il y a de fusillés et moins il y a de prisonniers.  » Et l’un des officiers qui avait pris part à la répression des insurrections écrivit :  « Ce n’était que carnage tout autour de nous; tout brûlait; on tirait, on abattait, on égorgeait.  » C’est dans cette mer de sang et de flammes que naquit la révolution de 1917.

Malgré ces défaites, l’agitation paysanne se fit plus menaçante. Elle conduisit à la réforme Stolypine, qui devait toutefois s’avérer vide de contenu; les promesses ne furent pas tenues et la question agraire ne fit pas le moindre pas en avant. Ces faibles tentatives d’apaisement ne firent en fait que renforcer les revendications paysannes. L’aggravation de la situation des paysans pendant la guerre, la défaite des armées tsaristes sur le front, l’agitation montante dans les villes, la politique chaotique du gouvernement qui perdait la tête, l’incertitude générale qui s’en suivit pour toutes les classes de la société, conduisirent à la révolution de Février, dont le premier acte fut de mettre brusquement fin à la brûlante question agraire. Cette révolution ne fut cependant pas marquée politiquement par le mouvement paysan, qui se borna à lui apporter toute sa force. Les premières déclarations du comité central des conseils d’ouvriers et de soldats de Saint-Petersbourg ne firent même pas état de la question agraire. Mais les paysans devaient vite attirer sur eux l’attention du nouveau gouvernement. En avril et mai 1917, les masses paysannes, déçues et fatiguées d’attendre, commencèrent à s’emparer des terres. Craignant de ne pas avoir leur part dans la nouvelle distribution, les soldats des premières lignes abandonnèrent leurs tranchées et rentrèrent en toute hâte dans leurs villages. Mais ils gardèrent leurs armes et le gouvernement ne put s’opposer à leur désertion. Les appels au sentiment national et au caractère sacré des intérêts russes ne furent d’aucun ressort devant la nécessité pressante, pour les masses, de pourvoir enfin à leurs besoins économiques. Et ces besoins ne pouvaient être satisfaits que par la paix et la terre. On dit qu’à l’époque, des paysans auxquels on avait demandé de rester au front pour empêcher que les Allemands n’occupent Moscou avaient paru fort étonnés et avaient répondu aux émissaires du gouvernement :  « Qu’est-ce que cela peut nous faire? Nous sommes du gouvernement de Tamboff.  »

Lénine et les bolcheviks n’ont pas inventé le slogan victorieux de « la terre aux paysans » ; ils n’ont fait qu’accepter la véritable révolution paysanne qui se déroulait indépendamment d’eux. Profitant des hésitations du régime de Kérensky qui espérait pouvoir résoudre la question agraire par des pourparlers pacifiques, les bolcheviks s’attirèrent les sympathies des paysans et purent ainsi renverser le gouvernement et prendre le pouvoir. Mais ils remportèrent cette victoire uniquement en tant qu’agents de la volonté des paysans – en sanctionnant leurs appropriations de terres – et ce n’est que grâce à leur appui qu’ils purent se maintenir au pouvoir.

Le slogan  « la terre aux paysans  » n’a rien à voir avec les principes du communisme. La parcellisation des grands domaines en une multitude de petites entreprises agricoles indépendantes était exactement le contraire du socialisme et ne pouvait se justifier que comme une tactique nécessaire. Les changements qui s’opérèrent ultérieurement dans la politique paysanne de Lénine et des bolcheviks furent impuissants à modifier les conséquences inévitables de cet opportunisme. Malgré les efforts de collectivisation qui, jusqu’à nos jours, se sont surtout limités à l’aspect technique des processus de production, l’agriculture russe est encore aujourd’hui essentiellement déterminée par les intérêts économiques privés. De même que l’industrie, elle doit nécessairement s’orienter vers une économie de capitalisme d’État. Bien que le capitalisme d’État vise à transformer la population rurale en une masse de salariés agricoles, il est fort improbable que ce but soit atteint quand on pense aux incidences révolutionnaires d’une telle aventure. La collectivisation actuelle ne peut être considérée comme l’accomplissement du socialisme. « Tel est le point de vue d’observateurs étrangers comme Maurice Hindus, qui estime, pour sa part, que  » même si les Soviets venaient à s’effondrer, l’agriculture russe demeurerait collectivisée, et son contrôle serait peut-être davantage entre les mains des paysans que du gouvernement « . Toutefois, même si la politique agricole bolchevique était menée à bien, même si le capitalisme d’État s’étendait à toutes les branches de l’économie nationale, la situation des ouvriers tic serait en rien modifiée. Du reste, un tel régime ne pourrait être considéré comme une phase de transition vers le véritable socialisme, puisque les éléments de la population qui sont aujourd’hui favorisés par le capitalisme d’État, défendraient leurs privilèges en s’opposant à tout changement, comme le firent les propriétaires terriens pendant la révolution de 1917.

Les ouvriers qui ne constituaient alors qu’une faible partie de la population n’eurent pas de réelle influence sur le caractère de la révolution russe. Quant aux éléments bourgeois qui avaient combattu le tsarisme, ils devaient vite reculer devant la nature de leurs propres tâches. Ils ne pouvaient se rallier à la solution révolutionnaire de la question agraire, puisqu’une expropriation générale des terres pouvait très facilement déclencher une expropriation des entreprises industrielles. Ils ne furent suivis ni par les ouvriers ni par les paysans et le sort de la bourgeoisie fut décidé par l’alliance temporaire entre ces deux groupes. Ce furent les ouvriers et non la bourgeoisie qui achevèrent la révolution bourgeoise ; la place des capitalistes fut prise d’assaut par l’appareil étatique des bolcheviks sous le slogan léniniste :  » Si capitalisme il faut, faisons le nous-mêmes.  » Certes, les ouvriers des villes renversèrent le capitalisme, mais ils trouvèrent vite un nouveau maître : le gouvernement bolchevique. Dans les villes industrielles, la lutte des travailleurs se poursuivit au nom de revendications socialistes et indépendamment de la révolution paysanne en cours (du moins en apparence, car celle-ci devait déterminer la lutte ouvrière de façon décisive). Les revendications révolutionnaires des ouvriers ne purent être satisfaites. Certes, les ouvriers pouvaient, avec l’aide des paysans, accéder au pouvoir étatique, mais ce nouvel État prit rapidement une position qui était directement opposée aux intérêts des travailleurs. Opposition qui a pris une tournure telle que l’on peut aujourd’hui parler de  » tsarisme rouge  » : suppression des grèves, déportations, exécutions massives, et par conséquent, naissance de nouvelles organisations illégales qui mènent une lutte communiste contre le faux socialisme actuel. Le fait que l’on parle aujourd’hui d’étendre la démocratie en Russie, et d’introduire une sorte de régime parlementaire, de même que la résolution du dernier congrès des Soviets sur le démantèlement de la dictature ne sont que de pures manœuvres tactiques destinées à atténuer la violence avec laquelle le gouvernement a dernièrement réprimé l’opposition. Il faut se garder de prendre ces promesses au sérieux; elles ne sont que l’excroissance de la pratique léniniste qui n’a jamais hésité à faire deux choses contradictoires à la fois lorsque cela s’avérait nécessaire à sa stabilité et à sa sécurité. Ce cheminement en zig-zag de la politique léniniste s’explique par la nécessité pour le gouvernement de s’adapter constamment aux variations dans les rapports de force entre les classes, de manière à toujours demeurer maître de la situation. Ainsi ce qui était rejeté hier est accepté aujourd’hui, et vice versa; le manque de principe a été érigé en principe, et le parti bolchevique ne se préoccupe que de l’exercice du pouvoir à tout prix.

Toutefois, ce qui nous intéresse ici est uniquement de bien montrer comment la révolution russe n’a pas été l’œuvre ni de Lénine ni des bolcheviks, mais de la révolte paysanne. Et Zinoviev lui-même, encore au pouvoir à l’époque et du côté de Lénine, remarquait, lors du XI° congrès du parti bolchevique (mars-avril 1922) : « Ce ne fut pas l’avant-garde prolétarienne qui se battit à nos côtés, qui décida de notre victoire, mais bien l’appui que nous accordèrent les soldats, parce que nous voulions la paix. Et l’armée, c’était les paysans. Si nous n’avions pas été soutenus par des millions de soldats paysans, nous n’aurions jamais vaincu la bourgeoisie.  » Parce que les paysans se préoccupaient davantage de la terre que de la manière dont était géré le pays, les bolcheviks eurent tout loisir de conquérir le pouvoir. Les paysans laissèrent volontiers le Kremlin aux bolcheviks, à la seule condition que ceux-ci ne s’interposent pas dans leur lutte contre les grands propriétaires terriens.

L’action de Lénine ne fut pas davantage déterminante dans les villes. Au contraire, il fut entraîné sans pouvoir offrir de résistance dans le sillage des ouvriers qui allèrent bien au-delà des bolcheviks dans leurs demandes et dans leur pratique. Lénine n’a pas conduit la révolution, c’est la révolution qui l’a conduit. Bien que jusqu’au soulèvement d’octobre Lénine ait restreint ses premières exigences ambitieuses, se bornant à réclamer le contrôle de la production, et bien qu’il ait souhaité s’arrêter, une fois achevée la socialisation des banques et des moyens de transport, sans aller jusqu’à abolir totalement la propriété privée, les ouvriers devaient passer outre et exproprier toutes les entreprises. Il n’est pas sans intérêt de noter que le premier décret du gouvernement bolchevique fut dirigé contre ces expropriations sauvages des usines par les conseils ouvriers. A l’époque, les soviets étaient plus puissants que l’appareil du Parti et Lénine fut forcé de décréter la nationalisation de toutes les entreprises industrielles. Et ce n’est que sous la pression des ouvriers que les bolcheviks consentirent à altérer leurs plans. Peu à peu, le pouvoir étatique allait s’affermir au détriment des soviets qui n’ont plus guère aujourd’hui qu’un rôle décoratif.

Pendant les premières années de la révolution, et jusqu’à l’introduction de la Nep en 1921, il y eut toutefois quelques expériences réellement communistes en Russie. Elles furent non pas l’œuvre de Lénine, mais de ces forces qui firent de lui un véritable caméléon politique, tantôt réactionnaire et tantôt révolutionnaire. Il devait ainsi faire figure d’extrémiste pendant les nouveaux soulèvements paysans contre les bolcheviks, en accordant une large audience aux ouvriers et aux paysans pauvres qui s’étaient trouvés lésés par la première distribution de terres. Cette politique fut un échec : les paysans pauvres refusèrent de soutenir les bolcheviks. Lénine se retourna donc vers les paysans moyens, n’hésitant pas à favoriser des éléments capitalistes tandis que ses anciens alliés étaient abattus à coup de canons, comme ce fut le cas à Cronstadt.

Le pouvoir, rien que le pouvoir ; c’est à cela que se réduit en fin de compte toute la sagesse politique de Lénine. Que le chemin suivi et les moyens utilisés pour atteindre ce but déterminent à leur tour la façon dont ce pouvoir est appliqué, voilà qui ne le préoccupait guère. Le socialisme pour lui n’était, en dernière analyse, qu’une sorte de capitalisme d’État sur le  « modèle des postes allemandes » [2]. Et il devait dépasser ce capitalisme postal sur sa lancée, puisque, en fait, il n’y avait rien d’autre à dépasser. Il s’agissait uniquement de savoir qui bénéficierait du capitalisme d’État, et personne ne sut égaler Lénine en ce domaine. George Bernard Shaw, retour de Russie, n’avait pas tort de déclarer dans une conférence à la Société Fabienne de Londres que  « le communisme russe n’est rien d’autre que la mise en pratique du programme fabien que nous soutenons depuis quarante ans » .
Et pourtant, personne n’a jusqu’à présent soupçonné les fabiens de constituer une force révolutionnaire à l’échelle mondiale. Alors que Lénine est avant tout acclamé comme un révolutionnaire, en dépit du fait que le gouvernement russe actuel, chargé d’administrer son  » domaine « , publie des démentis vigoureux chaque fois que la presse parle de toasts portés par des Russes à la révolution mondiale – comme ce fut le cas récemment à propos d’un article du New York Times sur le Congrès des soviets russes. La légende qui veut que Lénine symbolise la révolution mondiale s’est établie à partir de la politique internationale conséquente qu’il a poursuivi pendant la Première Guerre mondiale. A l’époque, Lénine ne pouvait concevoir que la révolution russe n’aurait pas de répercussions et qu’elle serait abandonnée à elle-même. Et ceci pour deux raisons : la première étant qu’une telle conception aurait été en contradiction avec la situation objective qui résultait de la Première Guerre mondiale; la seconde qu’il supposait que l’attaque des nations impérialistes contre les bolcheviks aurait raison de la Révolution russe si le prolétariat d’Europe occidentale ne venait à sa rescousse. L’appel de Lénine à la révolution mondiale était un appel au soutien et au maintien du pouvoir bolchevique. La preuve en est son inconsistance sur la question suivante : en même temps qu’il réclamait la révolution mondiale, il demandait le  » droit d’auto-détermination de tous les peuples opprimés  » pour leur libération nationale. Il espérait avec ces deux slogans affaiblir les forces d’intervention des pays capitalistes dans les affaires russes, en détournant leur attention sur leurs propres territoires et colonies. Les bolcheviks pouvaient ainsi souffler et, pour prolonger autant que possible cette trêve, ils firent usage de leur Internationale. Celle-ci se fixa une double tâche : d’une part, soumettre les travailleurs d’Europe occidentale et d’Amérique aux décisions de Moscou; d’autre part, renforcer l’influence du Kremlin sur les peuples d’Asie orientale. La politique internationale reproduisait le cours de la Révolution russe. Le but visé était d’unir les intérêts des ouvriers et des paysans à l’échelle mondiale et de les contrôler à travers l’organe bolchevique, l’Internationale communiste. Le pouvoir bolchevique russe serait soutenu dans cette voie au moins; et au cas où la révolution mondiale se propagerait vraiment, les bolcheviks pourraient dominer le monde. Si le premier dessein fut couronné de succès, il n’en fut pas de même du second. La révolution mondiale ne put progresser en tant qu’imitation de la révolution russe, et les limitations nationales de la victoire en Russie firent nécessairement apparaître les bolcheviks comme une force contre-révolutionnaire à l’échelle internationale. L’exigence d’une  » révolution mondiale  » se transforma donc en une théorie de  » la construction du socialisme dans un seul pays « . Ceci n’est pas un travestissement de la pensée de Lénine – comme l’affirme aujourd’hui Trotsky – mais bien la conséquence directe de la pseudo-politique de révolution mondiale que poursuivit Lénine lui-même.
Il était évident à l’époque, même pour de nombreux bolcheviks, que si la révolution ne dépassait pas la Russie, elle aurait pour effet d’entraver la révolution mondiale. Dans son ouvrage, Les problèmes économiques de la dictature du prolétariat, publié en 1921 par l’Internationale communiste, Eugène Varga écrivait par exemple :  » Il est à craindre que la Russie ne puisse plus être la force motrice de la révolution internationale… Il y a des communistes en Russie qui sont fatigués d’attendre la révolution européenne et qui souhaitent tirer le meilleur parti possible de leur isolement national… Avec une Russie qui se désintéresserait de la révolution sociale des autres pays, les nations capitalistes feraient bon voisinage. Je suis loin de penser qu’un tel engorgement de la Russie révolutionnaire suffirait à arrêter le progrès de la révolution mondiale. Mais sa marche en avant en serait ralentie.  » A la même époque, l’accentuation des crises internes en Russie devait amener la grande majorité des communistes à penser de même. En fait, bien avant déjà, en 1920, Lénine et Trotsky avaient fait de leur mieux pour endiguer les forces révolutionnaires d’Europe. La paix mondiale était indispensable à l’établissement d’un capitalisme d’État en Russie, sous les auspices des bolcheviks. Il n’était guère souhaitable que cette paix soit troublée par des guerres ou par de nouvelles révolutions, car dans chaque cas, un pays comme la Russie serait nécessairement impliqué. C’est ainsi que Lénine, par des scissions et des intrigues, décida d’imposer aux mouvements ouvriers d’Europe occidentale la voie néo-réformiste qui devait conduire à leur désintégration. Soutenu par Lénine, Trotsky devait ainsi s’adresser sévèrement aux insurgés du centre de l’Allemagne (1921) :  » Nous dirons tout simplement aux ouvriers allemands que nous considérons cette tactique de l’offensive comme des plus dangereuses, et son application pratique comme le plus grand crime politique.  » Toujours avec l’approbation de Lénine et à propos d’une autre situation révolutionnaire, Trotsky déclarait, en 1923, au correspondant du Manchester Guardian :  » Nous nous intéressons bien entendu à la victoire des classes travailleuses, mais il ne serait pas du tout de notre intérêt de voir une révolution éclater dans une Europe exsangue et de voir le prolétariat ne recevoir que des ruines des mains de la bourgeoisie. Nous voulons pour l’instant maintenir la paix.  » Dix ans plus tard, l’Internationale communiste n’opposa pas la moindre résistance à la prise du pouvoir par Hitler. Trotsky n’a pas seulement tort, mais il doit aussi avoir perdu la mémoire – sans doute parce qu’il a perdu son uniforme – lorsqu’il décrit le refus de Staline de soutenir les communistes allemands comme étant une trahison des principes du léninisme. Alors que ce genre de trahison a été constamment pratiquée aussi bien par Trotsky que par Lénine. Mais une des maximes de Trotsky n’était-elle pas que ce qui compte n’est pas ce que l’on fait, mais qui le fait? Dans son attitude envers le fascisme allemand, Staline s’est en fait illustré comme le meilleur disciple de Lénine. Les bolcheviks eux-mêmes n’auraient pas hésité à contracter des alliances avec la Turquie et à soutenir politiquement et économiquement les gouvernements de ce pays, même à une époque où les communistes y étaient sévèrement réprimés et parfois plus sauvagement que ne le fit jamais Hitler.

Si l’on considère que l’Internationale communiste, dans la mesure où elle continue d’exister, n’est rien d’autre que le bureau de tourisme russe, et si l’on considère l’échec de tous les mouvements communistes dirigés depuis Moscou, il est bien évident que la légende de Lénine, ce révolutionnaire international, est à ce point affaiblie que l’on peut espérer qu’elle n’aura plus cours dans un proche avenir. Déjà aujourd’hui les nostalgiques de l’Internationale communiste ne se servent plus du concept de révolution mondiale, mais parlent plutôt de  » Patrie des travailleurs « , formule dont ils tirent leur enthousiasme aussi longtemps qu’ils n’ont pas à y vivre en tant qu’ouvriers. Ceux qui persistent à faire de Lénine un révolutionnaire international ne cherchent en fait qu’à réveiller les vieux rêves léninistes de domination du monde, rêves que la lumière du jour a réduit en poussière.

Aucun personnage de l’histoire moderne n’a été aussi mal interprété et autant défiguré que ne l’a été Lénine. Nous avons montré que l’on ne peut lui attribuer le succès de la révolution russe, et que sa théorie et sa pratique n’avaient pas la portée internationale que l’on a voulu trop souvent leur donner. De même qu’il n’a pas, en dépit de toutes les affirmations contraires, élargi ni enrichi le marxisme. Dans l’ouvrage de Thomas B. Brameld, A Philosophical Approach to Communism récemment publié par l’université de Chicago, le communisme est encore défini comme  » une synthèse des doctrines de Marx, d’Engels et de Lénine « . Et ce n’est pas uniquement dans ce livre, mais aussi dans toute la littérature du parti communiste, que Lénine est ainsi situé. Staline a décrit le léninisme comme  » le marxisme de la période impérialiste « . Mais un tel jugement ne se justifie que par une surestimation sans fondement de Lénine. Car Lénine n’a pas ajouté au marxisme le moindre élément qui puisse être qualifié de nouveau et d’original. Sa position philosophique n’est autre que le matérialisme dialectique tel qu’il a été développé par Marx, Engels et Plékhanov. Et c’est à lui qu’il se réfère pour tout problème important – qu’il brandit comme critère universel, comme arme de la dernière heure. Dans son principal ouvrage philosophique, Marxisme et empirio-criticisme, il s’est borné à répéter Engels en opposant les différentes conceptions philosophiques et en terminant par l’opposition entre matérialisme et idéalisme. Le matérialisme affirmant la primauté de la nature sur l’esprit, l’idéalisme partant de la démarche inverse. Lénine a repris à son compte cette définition en l’étayant d’éléments empruntés à diverses sources ; il n’a apporté aucun enrichissement majeur à la dialectique marxienne et il est impossible, dans le domaine philosophique, de parler d’une école léniniste.

Pour ce qui est de l’économie, l’œuvre de Lénine reste bien en deçà de ce que l’on a voulu y voir. Certes, ses écrits économiques sont davantage marxistes que ceux de ses contemporains, mais ils ne sont que l’application brillante de doctrines existantes basées sur le marxisme. Du reste, Lénine n’avait aucunement l’intention de s’ériger en théoricien économique original, puisqu’il estimait que Marx avait déjà tout dit en ce domaine. Convaincu qu’il était impossible de dépasser Marx, il devait se borner à prouver que les postulats marxistes concordaient avec la situation existante. Son principal ouvrage d’économie, Le Développement du capitalisme eu Russie en dit long sur ce point. Lénine n’a jamais voulu être autre chose que le disciple de Marx et seule la légende peut parler d’une théorie du  « léninisme ».

Lénine se voulait avant tout un politicien pratique. Ses ouvrages théoriques sont presque exclusivement de nature polémique. Il s’y attaque aux ennemis théoriques et autres du marxisme, avec lequel il s’identifie. Pour le marxisme, la pratique décide de la justesse d’une théorie. En tant que praticien au service de la pensée de Marx, Lénine a peut être rendu un immense service au marxisme. Toutefois, chaque pratique est, pour le marxisme, une pratique sociale que les individus ne peuvent modifier ou influencer que dans une faible mesure, et sur laquelle ils ne peuvent jamais avoir d’action décisive. On ne peut nier que l’union de la théorie et de la pratique, du but final envisagé et des problèmes concrets qui se posent dans l’instant – préoccupations constantes de Lénine – ne soit une grande réussite. Mais cette réussite ne peut se mesurer que par le succès qui l’accompagne, et ce succès, nous l’avons déjà dit, fut refusé à Lénine. Non seulement son œuvre s’est avérée incapable de faire avancer le mouvement révolutionnaire mondial, mais elle n’a pas su établir les conditions préalables à la construction d’une véritable société socialiste eu Russie. Les succès qu’il a pu remporter, loin de le rapprocher de son but, l’en ont éloigné.

La situation qui existe aujourd’hui en Russie et la condition des travailleurs à travers le monde devraient suffire à prouver à tout observateur communiste que la politique  » léniniste  » actuelle est l’exact opposé de la phraséologie qu’elle emploie. Cette contradiction finira bien par détruire la légende artificielle de Lénine et l’histoire pourra enfin remettre Lénine à sa véritable place.

Paul Mattick

Notes

[1] La bourgeoisie.
[2] L’État et la révolution, Ed. de Moscou p. 66.

1 chervonets - 1937


%d blogueurs aiment cette page :