Perspectives (Otto Rühle, 1939)

by

Chapitre final de Fascisme brun, fascisme rouge (traduction Jean-Michel Laurian et Arthur, éditions Spartacus, 1975).

La Première Guerre mondiale a porté un coup mortel au capitalisme privé dans son principe. Mais, ni les vainqueurs, ni les vaincus ne s’en sont rendu compte. C’est pourquoi la bourgeoisie a négligé de créer un collectivisme fédéral international sur la base du capitalisme de monopole et les socialistes sont passés à côté de la nationalisation ou socialisation de la propriété privée et des transformations correspondantes de la société et de l’économie.

La crise mondiale a montré les erreurs produites par cette négligence et a placé le capitalisme en tant que système devant le choix : survivre ou disparaître.

En raison du retard idéologique, organisationnel, stratégique et tactique de sa lutte de classe, le prolétariat a, une fois de plus, été incapable de résoudre la crise par une révolution.

C’est alors que le fascisme est arrivé à la rescousse en proposant une solution de remplacement favorable à la bourgeoisie avec des moyens capitalistes modifiés.

Il a remplacé par la production d’armements et l’industrie de guerre la production, devenue non-rentable, des objets de consommation, et a fait de l’Etat, avec son pouvoir d’achat infini et sa solvabilité sans limites, le seul consommateur à la place des masses consommatrices civiles et de leur pouvoir d’achat affaibli. Il s’en est suivi une activité économique subventionnée en grand par l’Etat et dont en retour l’Etat devint le seul client, fournisseur de matières premières et le seul investisseur, dirigeant de l’économie disposant des revenus du capital. Cette évolution conduisait automatiquement à un énorme ensemble économique, au dirigisme dans tous les domaines, à la standardisation et à la planification, à l’exploitation sans bornes des producteurs et des consommateurs, à l’ultra-impérialisme, et enfin à la guerre.

Le facteur de cette transformation et de ces reclassements fut le fascisme, avec l’aide de son pouvoir sans limites sur l’Etat, et donc par les moyens de la normalisation, de la terreur, de la dictature, de la dynamique totalitaire, du militarisme et de l’idolâtrie idéologique de l’Etat. La bureaucratie règne, tout est commandement, ordres, injonctions, prescriptions, contrôles, surveillance et discipline. Le chômage disparaît, la crise semble être résolue. L’individualisme de l’ancienne société ne cesse de reculer devant l’appartenance forcée à la collectivité. La vie privée s’amenuise. L’homme devient ouvertement mouton et machine. La société tout entière est mécanisée, rationalisée, standardisée et normalisée. Même la pensée, la mentalité, la volonté, l’imagination, la sexualité, les goûts de l’art, de la nature et du sport, les divertissements et les désirs subissent la loi du nivellement, dirigé d’en haut et ressenti en bas comme une destinée inéluctable.

Mais la crise n’est résolue qu’en apparence. Elle se nourrit des industries de guerre et d’armement, de la guerre elle-même. C’est la guerre qui fait éclater le système fasciste, qui dévoile ses mécanismes boiteux, fait des masses les porteurs et les détenteurs de la puissance et montre à la bourgeoisie l’expropriation dont elle a été depuis longtemps l’objet; c’est elle qui réunit toutes les victimes du système pour en faire ses ennemis. La guerre marque la fin du fascisme et donc celle de l’époque capitaliste. C’est pourquoi à l’armement permanent répond le recul permanent devant la guerre. Si l’on réussit à l’éviter, si l’on parvient à une entente ou à la paix avec l’ennemi, l’industrie d’armement cessera. Mais cela signifie la fin de la reprise économique et la réapparition de la crise. La fausse solution de la crise, l’imposture du fascisme, qui se présente comme le sauveur du capitalisme, sa faillite enfin, deviennent évidentes. Le monopolisme est au bord de l’abîme, il est condamné.

Mais les démocrates aussi et leur système sont restés impuissants dans leur lutte contre le fascisme. Car le capitalisme privé est également en faillite. Il ne leur reste plus qu’une issue, le capitalisme d’État, et celui-ci ne peut conserver le pouvoir qu’à l’aide des méthodes fascistes. Or l’histoire a déjà convaincu ces méthodes d’absurdité.

Tandis que cette évolution prenait place en Allemagne et que toute l’Europe était sur 4 point de basculer dans le chaos, le bolchévisme a fait en Russie, sans propriété ni capitalisme privé, une expérience extraordinaire : il a réussi à fonder une économie étatique, qui était censée être du socialisme mais a abouti au capitalisme d’État. La révolution bourgeoise avait coïncidé en Russie avec la révolution sociale, circonstance qui donna aux bolchéviks l’espoir trompeur de pouvoir créer le socialisme. Mais comme il n’y a pas, dans le système de parti bolchevik, ni dans la réalité russe, de place pour mettre en pratique le système des conseils, et que ce système des conseils est le seul instrument permettant de construire le socialisme, toutes les conquêtes de la révolution sociale qui ont été faites, l’ont été en pure perte. L’erreur tragique et Ami a été que les bolchéviks pensaient que leur révolution était une révolution sociale et essayaient d’en déduire des enseignements pour le monde entier. Cette erreur est devenue la source de milliers d’autres, de malentendus, d’échecs, de conflits et de catastrophes, et en fin de compte la source du stalinisme, de la trahison envers le socialisme, du pacte avec le fascisme, de l’impérialisme russe et du déclin définitif de la dictature bolchévique qui ne manquera pas de se produire après la Deuxième Guerre mondiale. Le bolchévisme, capitalisme d’État et dictature des bureaucrates, aura et doit avoir le même sort que le fascisme.

Les puissances démocratiques finiront, elles aussi, de la même façon si elles tentent d’utiliser leur éventuelle victoire dans la Deuxième Guerre mondiale pour sauver et pérenniser l’ancien système libéral de l’économie et de la société. La décision interviendra au cours de la guerre soit en faveur d’un collectivisme fédératif tardif sur la base du capitalisme d’État, donc vers une fascisation de l’ensemble du monde capitaliste, soit au bénéfice d’une révolution sociale qui fraiera la voie au socialisme.

Assurément, tant que le mouvement ouvrier s’en tiendra à ses anciennes formes d’organisation, à ses méthodes parlementaires, à ses pseudo-luttes de classes, à ses vieilleries tactiques et stratégiques, la victoire par la révolution lui sera refusée.

Mais qu’il jette dans la balance le poids de son grand nombre, le rôle décisif qu’il tient dans le procès de production, qu’il s’émancipe d’une direction embourgeoisée, qu’il retrouve sa liberté d’initiative et prenne en main son propre sort au moyen du système des conseils, et il parviendra alors au socialisme, « où la liberté de chacun est la condition du libre épanouissement de tous ».

or

Portrait d’Otto Rühle par Diego Rivera

Voir aussi:


%d blogueurs aiment cette page :