Faux voyous et vrais assassins

by

Editorial de La Révolution prolétarienne N°791 (décembre 2015):

Les massacres de vendredi 13 novembre à Paris, revendiqués par Daesh, ont fait 130 morts et plus de 350 blessés, des gens innocents, abattus aux terrasses des cafés ou dans un concert, une horreur. Un terrorisme fascistoïde a encore frappé. Nous ne pouvons qu’être écoeurés et indignés devant de tels actes. Notre solidarité est totale avec les victimes et leurs proches.

Il nous faut combattre Daesh avec nos méthodes et nos principes. Cela ne se fera pas en suspendant en quoi que ce soit la lutte de classe, mais en soutenant les kurdes et la gauche irakienne qui sont sur place, en dénonçant l’islam politique comme réactionnaire, et en aidant les réfugiés, premières victimes de la terreur.

L’état d’urgence a commencé en ne visant visiblement pas les seuls djihadistes puisque dès le mardi 17 novembre le RAID était envoyé contre… un squat à Lille, tandis que les manifestations étaient interdites puis des militants assignés à résidence.

L’évolution du gouvernement était déjà préoccupante. Il a suffi que début octobre, dans un mouvement de colère des salariés face au mépris et au chantage aux licenciements, deux membres de la direction d’Air France doivent s’enfuir avec la chemise déchirée d’un comité central d’entreprise pour qu’une campagne de criminalisation prenne une tournure surprenante, le premier ministre parlant de «voyous». Dans la foulée, les syndicats étaient attaqués parce qu’ils refusaient de signer des protocoles d’accord hallucinants. On apprenait trois semaines plus tard que la compagnie aérienne venait de réaliser les plus gros bénéfices trimestriels de son histoire. Il ne s’agissait pas de sermonner une bousculade pendant un mouvement de grève mais de décourager les luttes pour défendre son emploi, son salaire, sa dignité. Le gouvernement «a soutenu la direction» (dixit E. Macron sur CNN) et a choisi «ses» voyous.

Stéphane JULIEN

La caisse de solidarité avec l’intersyndicale Air France est en ligne à https://www.lepotcommun.fr/pot/h8micqm8

RP 791_1

(La Révolution prolétarienne est une revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Adresse : Jean Moreau, 26 rue des Rosiers, 75004 PARIS, abonnement par chèque bancaire ou postal de 23 euros. Contact: mail)


%d blogueurs aiment cette page :