Lefeuvre (1902-1988)

René Lefeuvre

lefeuvre.jpg

Né en Bretagne, il commence à travailler à 16 ans. Son père, artisan maçon, lui apprend le métier, ce qui lui servira quand, prenant sa retraite, il voudra se construire une maison.

Il arrive à Paris au début des années 1920. Attiré par les réalisations de la révolution russe, il lit le Bulletin communiste de Boris Souvarine, et participe aux groupes de discussion qui se forment après l’exclusion de celui-ci du Parti communiste. Largement autodidacte, il s’intéresse non seulement à la politique révolutionnaire, mais aussi aux différents domaines de la création artistique. C’est ce qui l’amène à adhérer aux Amis du Monde, dont le rôle principal est de promouvoir cet hebdomadaire littéraire et artistique créé par Henri Barbusse avec le soutien de l’Union soviétique.

Devenu secrétaire de l’ association, il en développe l’action d’éducation populaire – une action qu’il poursuivra toute sa vie – par la création de groupes d’études. Ceux-ci souhaitant « publier quelque chose », selon ses termes, il crée Masses, un mensuel dont le premier numéro paraît en janvier 1933, et qui durera un an et demi, jusqu’à ce qu’ayant perdu l’emploi qui lui permettait à la fois de vivre et de le faire paraître, il soit contraint de l’arrêter. C’est en publiant Masses, avec les conseils des ouvriers et des correcteurs de Monde, qu’il apprend les métiers de l’édition. Adhérant au Syndicat, il deviendra correcteur, son principal métier jusqu’à sa retraite.

Masses et les groupes d’éducation populaire dont elle est l’émanation se réclament de Marx ; mais s’ils défendent la révolution russe, ils ne manifestent aucun soutien au régime soviétique ni au parti communiste, et Masses prend des positions plus nettement anti-staliniennes que ne peut le faire Monde, qui publie cependant des articles de Lucien Laurat ou de Amilcare Rossi [1].

Dès décembre 1934, René Lefeuvre reprend la publication d’un périodique, pour lequel il adopte le titre de Spartacus. Comme le mensuel éphémère du même nom publié par André Prudhommeaux en 1931, il fait référence non pas tant à la révolte des esclaves romains qu’aux révolutionnaires allemands de 1918 dont Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht ont été les porte-parole. Cette nouvelle publication, qui se veut hebdomadaire, porte en bandeau « Pour la culture révolutionnaire et l’action de masse », et le titre de l’éditorial du premier numéro est sans équivoque : « Pour la révolution socialiste ».

Pour René Lefeuvre, déjà engagé dans l’action syndicale et culturelle, le temps est en effet venu d’un militantisme plus directement politique. Choqué par les manifestations d’extrême-droite du 6 février 1934 et par la prise de position initiale du Parti communiste à cette occasion, il adhère à la S.F.I.O comme d’autres contributeurs de Masses et se retrouve dans le courant de la Bataille socialiste, animé à l’époque par Jean Zyromski et Marceau Pivert.

En octobre 1935, Marceau Pivert et nombre de militants socialistes révolutionnaires se séparent de la Bataille socialiste pour créer leur propre courant à l’intérieur de la S.F.I.O., la Gauche révolutionnaire. René Lefeuvre va prendre en charge la publication du bulletin du même nom, interne au parti. Dans l’été de 1936, brièvement, de nouveau sous le titre de Masses, il en publiera une version destinée au public.

Depuis plusieurs années, René Lefeuvre ressent la nécessité de faire connaître certains textes, de traiter de certains sujets, dans un format plus approprié que celui d’une revue, surtout d’une revue de combat et d’actualité. C’est ainsi qu’il publie en octobre 1936 le premier des Cahiers Spartacus, qu’il souhaite mensuels : 16 fusillés à Moscou, de Victor Serge, qui relate le premier grand procès-spectacle de Staline, celui qui aboutit à la liquidation de figures historiques du bolchevisme comme Zinoviev, Kamenev et Smirnov. Victor Serge, emprisonné et déporté en Sibérie, vient à peine d’être libéré par l’Union soviétique, après une campagne internationale de plusieurs années.

Ces premiers Cahiers Spartacus sont des brochures d’une soixantaine de pages, vendues 2 francs, soit à peu près le prix d’un kilo de pain à Paris en 1937. Si le numéro 2, paru en novembre 1936, rassemble, comme une revue, des articles sur différents sujets, liés à l’actualité (l’union sacrée, la révolution espagnole, la nature du régime soviétique), les suivants seront consacrés à un sujet unique, parfois brûlant : intervention ou non-intervention en Espagne, dans le numéro 3 ; dans le numéro 4, les interventions des dirigeants de la Gauche révolutionnaire au sujet des sanctions que réclame contre elle la direction de la S.F.I.O. qui la fera dissoudre : en mars 1937, la fédération et les Jeunesse socialistes de la Seine, dirigées par ses militants, avaient protesté publiquement après qu’à Clichy cinq manifestants ont été tués par la police qui protégeait un meeting de l’extrême-droite.

La Gauche révolutionnaire ne pouvant plus paraître sous ce titre, René Lefeuvre prendra alors en charge la publication des Cahiers rouges, nouveau périodique du courant.

Les Cahiers 6 et 7 seront consacrés à l’Espagne révolutionnaire : dans le premier, deux articles repris de Terre libre, la revue libertaire d’André et Dori Prudhommeaux, expliquent comment le peuple s’est armé contre l’insurrection franquiste, et ce que sont la C. N. T. et la F. A. I. Dans le second, Marcel Ollivier rend compte des journées de mai 1937 à Barcelone, au cours desquelles la police politique stalinienne s’emparera de militants libertaires et du P. O .U. M [2] et fera disparaître nombre d’entre eux.

Il paraîtra ainsi en deux ans une quinzaine de ces Cahiers « mensuels » ; mais en juin 1938, le Congrès de Royan de la S.F.I.O. ayant confirmé les sanctions prises contre la Gauche révolutionnaire, Marceau Pivert et ses camarades créent le Parti socialiste ouvrier et paysan (P. S. O. P.), et René Lefeuvre prend en charge le secrétariat de rédaction de Juin 36, l’organe du nouveau parti. Indépendamment, il fera renaître Masses en janvier 1939, pour trois numéros seulement.

Comme beaucoup de membres du P. S. O. P., René Lefeuvre est condamné à une peine de prison dès juillet 1939 pour l’appel du parti à la résistance contre la guerre. Il n’en sera pas moins mobilisé et sera détenu en Allemagne pendant toute la guerre .

À la Libération, il retrouve certains de ses camarades à la S. F. I. O. et travaillera pendant un temps au secrétariat de rédaction du Populaire, ainsi qu’aux Éditions de la Liberté. Ceci lui permet dès janvier 1946 de relancer Masses, pour la quatrième fois, avec pour sous-titre « Socialisme et liberté » : car l’un des grands enjeux de la période, c’est de résister à l’emprise du stalinisme sur le mouvement ouvrier et sa vie intellectuelle. Parallèlement, il reprend la publication des Cahiers Spartacus, dont le catalogue va s’accroître sensiblement dans les deux années suivantes. Aux brochures, dont les textes peuvent être repris de celles d’avant-guerre, des classiques du socialisme ou traiter de questions d’actualité, s’ajoutent de véritables petits livres au format un peu plus important, au premier rang desquels Réforme ou révolution ? et Grève générale, parti et syndicats de Rosa Luxemburg. Complétant la publication en brochures de La révolution russe (en janvier 1937) et, (sous le titre Marxisme contre dictature), de ses Questions d’organisation de la social-démocratie russe, ces textes de Rosa Luxemburg, devenus introuvables, rappelaient que le socialisme avait dû faire face depuis bien longtemps à son usurpation par ceux qui prétendaient en être l’expression, à la place et au dessus de la masse de ses partisans : par les réformistes qui les avaient conduits au désastre en 1914 et de nouveau dans les années 1930 ; et par les léninistes qui, refusant la démocratie ouvrière, avaient eux aussi ouvert la voie à la contre-révolution.

Autre exemple : en juillet 1949, quelques mois avant que David Rousset ne reprenne ce sujet dans Le Figaro [3], les Cahiers Spartacus publient sous le titre L’U.R.S.S. concentrationnaire un ensemble de documents rassemblés par Guy Vinatrel sur la déportation de masse et le travail forcé en Union soviétique.

Des livres, les Cahiers Spartacus en publieront d’autres en coédition, au début des années 1950, comme par exemple une biographie de Francisco Ferrer par sa fille Sol ou le Blanqui calomnié de Maurice Dommanget. C’est un autre livre de Maurice Dommanget, sur la vie et l’œuvre de Sylvain Maréchal, paru en 1950, qui reste, avec ses cinq cents pages, l’ouvrage le plus volumineux jamais publié par les Cahiers Spartacus. Malgré une subvention du C. N. R. S., la ponction sur les ressources de René Lefeuvre fut considérable ! Car, comme c’était le cas depuis le premier Masses, et comme cela le restera, René Lefeuvre ne vivait pas de ses éditions : c’était elles qui vivaient de lui.

Dans un climat de stalinisme dominant, et avec l’évanouissement de l’espoir éphémère de rénovation de la S. F. I. O. né avec l’arrivée de Guy Mollet au secrétariat général du parti, les lecteurs des Cahiers se font plus rares. Pendant deux ans, René Lefeuvre dirige encore Information et riposte, un bimensuel fournissant les militants socialistes en arguments anti-staliniens. Et puis la politique algérienne de la S. F. I. O. le décide, comme bien d’autres socialistes, à quitter définitivement ce parti.

Les Cahiers Spartacus ne paraîtront donc plus jusqu’en 1969. René Lefeuvre en a conservé les stocks, mais il n’a plus de canal de diffusion. Dans les années qui précèdent Mai 1968, un groupe de jeunes militants, soucieux de revivifier l’héritage du marxisme révolutionnaire étouffé par le réformisme et le marxisme-léninisme, prend contact avec lui et l’aide à remettre les Cahiers en circulation. Après Mai, l’intérêt pour les révolutions passées, pour la pensée socialiste, l’enthousiasme qui renaît autant chez de vieux compagnons que chez de jeunes sympathisants amènent René Lefeuvre à reprendre l’édition des Cahiers Spartacus, dont le catalogue va s’accroître de façon considérable dans les dix années suivantes. Si c’est sa vieille amie Ida Mett, dont il avait publié La commune de Cronstadt en 1949, qui lui fournit le texte du premier Cahier de 1969 [4], des individualités nouvelles et de petits groupes vont venir entourer René Lefeuvre et garnir avec lui la panoplie proposée aux lecteurs, dans un même esprit de critique de l’ordre établi et de l’orthodoxie marxiste-léniniste.

De nouveau, les Cahiers offriront des commentaires critiques sur l’actualité, celle de la révolution culturelle en Chine, des révoltes ouvrières en Pologne ou du changement de régime au Portugal. Des textes d’auteurs libertaires ou des communistes dits « de conseil » viendront enrichir le catalogue. En tout, les Cahiers Spartacus publieront soixante titres nouveaux dans les années 1970.

En outre, René Lefeuvre reprendra à des éditeurs amis des titres en fin de carrière, pour en faire bénéficier les abonnés. Car René Lefeuvre a conservé les modes de diffusion de la presse, par les messageries et l’abonnement, ce qui l’oblige à conserver un rythme élevé de parution pour justifier du statut de périodique des Cahiers. Le réseau des messageries est beaucoup plus étoffé que celui des libraires qui accueilleraient les Cahiers, et il assure donc une diffusion plus large. Revers de la médaille : pour alimenter un grand nombre de kiosques, les tirages doivent être plus importants, et les retours, nécessairement nombreux, sont traités sans ménagement puisque le sort commun de la presse invendue est d’aller au pilon.

L’afflux des collaborations, le rythme des parutions, conduisent René Lefeuvre à renouer avec son mode premier d’expression, la revue. Ainsi renaît Spartacus, sous-titrée de nouveau « Socialisme et liberté », dont 15 numéros paraîtront entre 1975 et 1979. La faiblesse de sa diffusion, combinée au coût des tirages excessifs des Cahiers, viendront cette fois encore à bout des ressources de René Lefeuvre, qui devra donc l’arrêter. C’est à cette époque, préoccupé de l’avenir de ses éditions, qu’il crée une association, les Amis de Spartacus, qui prendront officiellement la responsabilité des Cahiers, qu’il continuera à animer jusqu’à sa mort à 86 ans, en 1988.


Source :

Collectif Smolny d’après:

— AMIS DE SPARTACUS, Les soixante-dix ans des Cahiers Spartacus, Avril 2006, publié dans Divergences n°5, Janvier 2007 ; Lire l’intégralité de l’article sur le site Divergences ;

Démocratie Communiste, Correctifs (communication personnelle 14/06/2007)

Voir aussi:

TEXTES:

En souvenir de René Lefeuvre

Notre camarade René Lefeuvre est mort durant la nuit du 2 au 3 juillet, à l’âge de 85 ans : plus d’un demi-siècle de vie militante consacrée à rappeler au mouvement ouvrier sa théorie et son histoire “ falsifiée par 60 ans de contre révolution stalinienne et bourgeoise ”. Lefeuvre fonda, en 1934, les éditions des Cahiers Spartacus, puis, il y a dix ans, les Archives Spartacus, rassemblant plus de six mille documents concernant, depuis 1920, la politique, le syndicalisme et tout particulièrement l’opposition au courant de la IIIe Internationale et aux déviations léninistes et staliniennes. En 1979, Lefeuvre fonda l’association des “ Amis de Spartacus ”, réunissant des camarades bénévoles prêts à apporter l’aide que nécessitait son mauvais état de santé, et qui sont bien décidés à continuer l’œuvre du fondateur et à relever le défi de ceux qui annoncent “ la mort de Spartacus ”.
Le travail de “ Spartacus ” réalisé par Lefeuvre sans ménager sa peine et ses sacrifices apparaît en consultant la liste des brochures et livres édités : plus de 230 dont, pour la moitié des titres, quelques exemplaires sont encore disponibles.
Dans le Catalogne il n’y a pas place pour les apologies du léninisme et du stalinisme, mais on y trouve les ouvrages essentiels dénonçant la dégénérescence de la révolution bolchevik, la mainmise du pouvoir central bolchevik sur les soviets, l’écrasement des ouvriers de Kronstadt et des anarchistes de l’Ukraine. On ne s’étonnera pas de rencontrer réunis sans le moindre sectarisme les noms de Bakounine, Stirner, Ida Mett, Cilica, Rosa Luxemburg, Pannekof, Berneri, Lehning, et, plus près de nous : Leval, Prudhommeaux, Mercier-Vega, Body.
Lefeuvre n’a jamais cherché à se faire un nom dans la politique ou le syndicalisme, à conquérir par l’intrigue un rôle dirigeant. Il n’était pas l’esclave d’une “ ligne ” et le défenseur d’une “ orthodoxie ”. Il ne se prenait pas pour un maître à penser ou un directeur de conscience. Les textes qu’il publiait ne rencontraient pas toujours son approbation totale, mais il n’imposait ni censure, ni récusation, ni coupure.
Tous ceux qui ont connu directement Lefeuvre ou ont été en relation avec lui garderont le souvenir d’un militant dévoué corps et âme à une tâche souvent méconnue qu’il a assumée en toute indépendance, sans compromissions : un homme resté propre, à une époque où les reniements assurent popularité et réussite.
Jean BARRUÉ. (Le Libertaire – n°89, octobre 1988)

archives-spartacus.jpg

19 Réponses to “Lefeuvre (1902-1988)”

  1. Projection-débat sur René Lefeuvre le 12 mars « La Révolution prolétarienne Says:

    […] 11e Ce film documentaire retrace la vie de l’éditeur et militant socialiste révolutionnaire René Lefeuvre (1902-1988). Fondateur des éditions Spartacus – à ce titre éditeur de Rosa Luxemburg, Victor […]

    J'aime

  2. René Lefeuvre pour le socialisme et la liberté « La Bataille socialiste Says:

    […] et la liberté” retrace la vie de l’éditeur et militant socialiste révolutionnaire René Lefeuvre […]

    J'aime

  3. Aubert Says:

    Je me souviens la joie qui fut la mienne lorsque je dénichais, il y a près de 50 ans les petites de brochure de Rosa Luxembourg comme on l’écrivait à l’époque, des Cahiers Spartacus dans la librairie du Monde Libertaire.

    Il faut saluer et être reconnaissant à René Lefeuvre pour l’immense effort souvent solitaire qu’il accomplit pour publier ces classiques socialistes, Kautsky, Guesde et tout ceux dont Rosa cités plus haut.

    Au milieu des années 60 il me reçut très fraternellement chez lui rue de la Verrerie, au milieu de ses livres et de ses collections inestimables, aujourd’hui déposées à la BDIC de Nanterre, malgrès nos divergences importantes.

    J’étais à la recherche de documents et de témoignages sur le SAP allemand dont il avait été le gérant de leur bulletin, publié dans l’émigration en France.

    Je l’ai entendu ému, bien vieilli, pour la dernière fois lors de l’hommage rendu à Daniel Guérin aux murs des Fédérés.

    J'aime

  4. Rosa Luxemburg et sa doctrine « La Bataille socialiste Says:

    […] disponible en France consacré à tous les aspects de la pensée de Rosa Luxemburg, qui, pour René Lefeuvre, fondateur des Cahiers Spartacus, a toujours incarné la véritable nature du socialisme, ce […]

    J'aime

  5. René Lefeuvre et le groupe Spartacus (1934-1935) « La Bataille socialiste Says:

    […] de la crise économique, René Lefeuvre perd son emploi de commis d’entreprise : cette absence de revenus entraîne l’arrêt de […]

    J'aime

  6. Masses N°13 (1934) « La Bataille socialiste Says:

    […] N°13 (1934) By lucien Nous publions un nouveau numéro de la revue Masses de René Lefeuvre, celui de janvier […]

    J'aime

  7. Femmes du PSOP « La Bataille socialiste Says:

    […] et de propagande pivertistes [6] sont dirigés par Marceau Pivert, Michel Collinet et René Lefeuvre pour La Gauche révolutionnaire, par Marceau Pivert, Lucien Hérard et René Modiano pour Les […]

    J'aime

  8. michel Says:

    Trouvé la notice du Maitron sur http://lanarchiviste.blogspot.com/2009/12/rene-lefeuvre.html :
    LEFEUVRE René
    LEFEUVRE Joseph, Pierre, Marie
    dit René

    Né le 20 août 1902 à Livré-sur-Changeon (Ille-et-Vilaine), mort le 3 juillet 1988 à Paris. Secrétaire des Amis de Monde (1930), puis animateur des groupes d’études et responsable de la revue Masses.
    Dirigeant de la Gauche révolutionnaire du Parti socialiste SFIO, puis du Parti socialiste ouvrier et paysan (1938). Fondateur des Cahiers Spartacus (1936). Fils d’un artisan maçon « limousinant » et d’une brodeuse, René Lefeuvre fut le second d’une famille, républicaine et laïque, de six enfants. Après l’école primaire et le cours complémentaire, il devint apprenti-maçon « limousinant » avec son père et travailla, sous sa responsabilité, d’octobre 1918 à juillet 1928 avant de devenir commis d’entreprise dans une maison de granit et mosaïque. En 1934, sans travail, il devint, grâce à Marcel Body, correcteur d’imprimerie — profession qu’il exerça jusqu’à sa retraite en 1967 –, étant admis au syndicat CGT des correcteurs le 1er septembre 1945. C’est au travers du Progrès civique que René Lefeuvre s’initia aux questions politiques, sympathisant avec la Révolution russe dont il suivit l’évolution, au cours de son service militaire (1922-1923), dans le Bulletin communiste de Boris Souvarine. En 1924, il adhéra au Grand-Orient (loge « Étienne Marcel ») mais s’éloigna de la Franc-maçonnerie dès la fin des années vingt. René Lefeuvre participa au groupe d’études du Capital de Lucien Laurat où il fit la connaissance de Boris Souvarine. Communisant, il participa aux Amis de Monde, né dans le sillage de l’hebdomadaire d’Henri Barbusse. En 1930, René Lefeuvre fut coopté au secrétariat des Amis de Monde, et devint responsable des groupes d’études organisés parallèlement au journal : études sociales et histoire du mouvement ouvrier avec Rossi (Angelo Tasca), économie politique, groupe artistique, groupe d’études architecturales et urbanistiques. Ce dernier groupe mit sur pied l’étude de projets, s’efforçant de prévoir les constructions nécessaires à tous les stades de la vie ; les projets furent exposés à un congrès international de l’enseignement moderne qui se tint à Nice en 1932.
    Les membres les plus actifs des groupes d’études souhaitaient que le résultat des études fût publié.
    Une revue fut donc créée : Masses (n° 1 en janvier 1933) dont le titre fut choisi en référence à la revue américaine New Masses.
    René Lefeuvre en fut le gérant et le rédacteur, mais aussi le modeste mécène, jusqu’en juillet 1934 (n° 19). À la revue, qui compta jusqu’à 700 abonnés, collaborèrent Jacques Soustelle sous le pseudonyme de Jean Duriez, Michel Leiris, Kurt Landau, Aimé Patri, Michel Collinet.
    Les soirées cinématographiques rencontrèrent également un grand succès. René Lefeuvre participa à la campagne pour la libération de Victor Serge et dès lors rompit avec Monde et le communisme de Henri Barbusse pour rejoindre le Cercle communiste démocratique de Boris Souvarine.
    Le 6 février 1934, la participation des communistes à la manifestation des anciens combattants le choqua profondément.
    Il fut membre du Comité provisoire d’organisation de la conférence nationale contre la guerre qui se tint à Saint-Denis les 10 et 11 août 1935.

    Il prit contact avec Marceau Pivert et, entré à la 5e section du Parti socialiste SFIO, rejoignit la tendance de la Bataille socialiste jusqu’à la création de la Gauche révolutionnaire le 30 septembre 1935, au café Augé de la rue des Archives, avec Daniel Guérin, Boris Goldenberg et Marceau Pivert (voir ces noms).
    René Lefeuvre apportait à la nouvelle tendance la revue qu’il avait fondée en décembre 1934 : Spartacus, « pour la culture révolutionnaire et l’action de masses ».
    En octobre 1935, il lança une nouvelle série de Masses (« revue de culture et d’action socialiste ») dont le directeur était Marceau Pivert.
    Il y fit une large place aux analyses de Rosa Luxembourg ; sous une couverture différente et des articles plus spécifiques à la vie du parti, la revue servit d’organe de tendance à la Gauche révolutionnaire.
    Plus particulièrement intéressé par le syndicalisme, René Lefeuvre y tint une rubrique, dans laquelle il suivait les progrès de l’unification syndicale, notant, en particulier, l’apparition d’une nouvelle forme d’action : « Le mouvement lui-même cherche en tâtonnant de nouvelles formes d’action directe adaptées aux nécessités de la crise.
    Dans certains mouvements revendicatifs qui se sont produits en France, en Angleterre, en Belgique, en Hongrie, en Suisse, les ouvriers ont occupé pendant plusieurs jours les usines ou les mines » (Masses, n° 5/6, 25 février 1936). Lors du mouvement d’occupation de mai-juin 1936, René Lefeuvre approuva les positions de la Gauche révolutionnaire. Peu à peu, il prit ses distances avec le gouvernement socialiste de Léon Blum, surtout lorsque le ministre de l’Intérieur, Roger Salengro, intervint pour condamner les occupations d’usines. Il devint gérant du nouvel organe de la Gauche révolutionnaire : Juin 1936, et le resta jusqu’en 1939.
    Cette fonction lui valut une condamnation, le 12 juillet 1939, à six mois de prison et 6 000 F. d’amende pour délit de presse. Il n’accomplit pas cette peine du fait de la déclaration de guerre. Les critiques de plus en plus acerbes de la GR envers le gouvernement socialiste poussèrent la direction du Parti à dissoudre la tendance.

    La scission ayant eu lieu au congrès de Royan (juillet 1938), René Lefeuvre appartint au Parti socialiste ouvrier et paysan immédiatement constitué. Tout en condamnant le « défaitisme révolutionnaire », il se démarqua de l’aile pacifiste du PSOP en proposant avec Maurice Jacquier (voir ce nom), le maintien de l’organisation dans une semi-clandestinité lors du déclenchement de la guerre. Dès 1934, René Lefeuvre avait été en contact avec les exilés allemands du Sozialistische Arbeiter Partei (SAP) et en particulier Boris Goldenberg. Il les aida à publier Die Neue Front — dont il fut le gérant — ainsi que Das Banner der revolutionären Einheit, diffusé clandestinement en Allemagne nazie. Il fut également en relation avec les groupes révolutionnaires étrangers appartenant au socialisme « de gauche », liés ou proches du Bureau de Londres ainsi qu’en témoignent les nombreuses publications conservées dans ses archives.

    En août 1934, il avait publié sous forme de brochure le n° 15/16 de Masses consacré à la Commune de Berlin (1919). En octobre 1936, René Lefeuvre reprit l’idée sous le nom de Cahiers Spartacus dont le premier titre fut : « Seize fusillés. Où va la Révolution russe ? », dénonciation des procès de Moscou par Victor Serge, arrivé à Bruxelles en avril 1936. Ce fut le début d’une collaboration qui s’interrompit à la mort de V. Serge en 1947.

    En janvier 1939, René Lefeuvre relança Masses qui ne connut que trois numéros.
    Mobilisé, René Lefeuvre fut fait prisonnier le 4 juin 1940 et passa les cinq années de guerre en détention en Allemagne près de Hambourg. Libéré le 25 mai 1945 et rentré en France, il reprit son métier de correcteur, et adhéra à nouveau à la SFIO. Pendant une année, il fut secrétaire de rédaction au Populaire, avant de s’occuper des Éditions Liberté du Parti socialiste jusqu’en 1947. Il fit reparaître Masses (Socialisme et Liberté) de 1946 à 1948 (14 numéros) qui tira jusqu’à 3 000 exemplaires, puis reprit la série des « Cahiers Spartacus » jusqu’en 1949.

    Ne pouvant supporter financièrement le déficit de ses publications, il y renonça. De 1950 à 1953, il fut le gérant de la revue bimensuelle Informations et Ripostes, d’orientation résolument antistalinienne, publiée sous la responsabilité d’Henri Frenay.
    En 1955, il démissionna de la SFIO pour marquer son opposition à la politique poursuivie en Algérie. Jusqu’à sa retraite, René Lefeuvre eut peu d’activités politiques. Lorsqu’en 1967, il eut résorbé ses dettes, il décida de relancer la publication des Cahiers Spartacus qui à la suite des événements de Mai 1968 rencontrèrent un nouveau et large intérêt.

    En 1979, les éditions Spartacus présentaient un catalogue de plus d’une centaine de titres : Rosa Luxembourg et les critiques de gauche du bolchevisme (A. Pannekoek, K. Korsch), les classiques du marxisme et du socialisme (Jean Jaurès, Paul Lafargue), l’analyse du stalinisme (A. Ciliga, Boris Souvarine, O. Rühle), l’histoire des mouvements révolutionnaires (Maurice Dommanget, Talès), les luttes révolutionnaires contemporaines.

    En 1976, la parution de la revue Spartacus fut reprise jusqu’en 1979 (15 numéros parus).

    À partir de 1981, un collectif Les Amis de Spartacus assura, sous la direction de R. Lefeuvre, la poursuite de cette entreprise éditoriale originale.
    En 1975, René Lefeuvre céda ses archives à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
    Haïssant le « totalitarisme sous toutes ses formes, surtout rouge »,
    René Lefeuvre se présentait comme
    « marqué de façon déterminante par les écrits de Rosa Luxembourg, sa doctrine (…) mais aussi son combat, son exemple, son internationalisme, son respect profond des individus et des masses prolétariennes ».

    Spontané et chaleureux, René Lefeuvre témoigna d’une grande fraternité envers ses amis et collaborateurs, attitude qui fit de lui un homme de dialogue entre les différentes écoles du socialisme révolutionnaire et des communismes d’opposition.

    OEUVRE :
    La politique communiste, lignes et tournants, Paris, 1948, 46 p.
    Collaboration et gérance des revues citées.
    Gérance et secrétariat technique de la revue Ailleurs.

    SOURCES :
    Y. Blondeau, Le syndicat des correcteurs, Paris, 1973. —
    J. Rabaut, Tout est possible, Paris, Denoël, 1974. —
    J.-P. Joubert, Révolutionnaires de la SFIO, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977. —
    Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée, Paris, Maspéro, 1970. —
    Témoignage de René Lefeuvre (mai 1979) et notes fournies en 1984. —
    Notes de Michel Brabant. —
    Notes de Guy Prévan. —
    Spartacus, une édition pas comme les autres, Paris, Spartacus, 1979, 64 p.–
    Entretien avec J.-L. Panné et T. Paquot (décembre 1980). —
    J.-L. Panné, « L’Affaire Victor Serge et la gauche française », Communisme, n° 5, 1984. — Serge Cosseron, « René Lefeuvre », la Revue des revues, n° 6, automne 1988. —
    Michel Dreyfus, Bureau de Londres ou IVe Internationale ; socialistes de gauche et trotskystes en Europe de 1933 à 1940, Thèse, EHESS, 1978, 418 p.

    DVD :
    Chuzeville, Julien. – René Lefeuvre, pour le socialisme et la liberté.
    Inclus : René Lefeuvre, socialiste révolutionnaire, livret de 12 pages.
    réal. ; Marcel Cerf, Serge Quadruppani, François Cerutti… [et al.], participants.
    Paris : Association les amis de Spartacus [prod., éd., distrib.] , cop. 2008
    1 DVD vidéo monoface simple couche toutes zones (40 min) 4/3, coul. avec séquences n. et b. (PAL), son.
    Notes Contient des images d’archives

    ÉDITIONS SPARTACUS
    Catalogue : une édition pas comme les autres, Spartacus au présent.
    Paris : Spartacus, 1979 [mars]. – 52 p. : ill.

    Catalogue analytique : 1984, 1985.
    Paris : Spartacus, 1984, 1985. 63 + 16 p. ; 19 et 21 cm.

    ICONOGRAPHIE :
    Spartacus, une édition pas comme les autres, 1979.

    M. Dreyfus, J.-L. Panné 4e période (1914-1939) OUVRIER 083905

    J'aime

  9. Nouvelle étape (1939) « La Bataille socialiste Says:

    […] René LEFEUVRE. […]

    J'aime

  10. Aux origines du Premier Mai « La Bataille socialiste Says:

    […] des Cahiers Spartacus. On en apprend à cette occasion beaucoup plus sur celui qui les a lancés, René Lefeuvre. Là aussi, une trajectoire militante et politique qui vaut le détour […]

    J'aime

  11. Chronologie de la Gauche révolutionnaire (1935-1938) « La Bataille socialiste Says:

    […] Le fief est le 15° arrondissement. Plusieurs militants ne viennent pas de la Bataille socialiste: René Lefeuvre, Maurice Jaquier (qui devient secrétaire général de la GR), Daniel Guérin, Lucien Hérard, […]

    J'aime

  12. neuville Says:

    Passionnant.

    Il serait juste et honnête de préciser que le portrait de René Lefeuvre, en tête de l’article, est l’oeuvre de Marcel Cerf (droits auprès de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP) et Parisienne de Photographie). Photographe puis historien de la Commune de Paris-1871, Marcel Cerf était un ami fidèle de René Lefeuvre. Il a participé au DVD qui lui a été consacré.

    J'aime

    • lucien Says:

      Je ne pense pas. Je ne pense pas que ce texte soit sous droits de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP) et Parisienne de Photographie. C’est un texte connu (Histoire des Cahiers Spartacus (divergences.be/IMG/pdf/Histoire_des_Cahiers_Spartacus.pdf), déjà diffusé partout et signé « Les Amis de Spartacus, avril 2006 »

      J'aime

  13. Introduction aux Lettres et tracts de Spartacus (Lefeuvre, 1972) « La Bataille socialiste Says:

    […] René et Serge Lefeuvre. […]

    J'aime

  14. La mort de René Lefeuvre (1988) « La Bataille socialiste Says:

    […] vieille militante qui avait connu Cronstadt en 1917. C’est dans ces moments-là, grâce à René, qu’il était le plus facile de croire que le monde allait […]

    J'aime

  15. René Lefeuvre (1902-1988) « La Bataille socialiste Says:

    […] la mort de Daniel Guérin en avril dernier, celle de René Lefeuvre survenue à Paris dans la nuit du 2 au 3 juillet 1988 touche une seconde fois cette génération de […]

    J'aime

  16. Spartacus 1919-1939 « La Bataille socialiste Says:

    […] René LEFEUVRE. […]

    J'aime

  17. Brochure Spartacus (Masses, 1934) « La Bataille socialiste Says:

    […] présentation par René Lefeuvre (texte […]

    J'aime

  18. Un militant nommé Lefeuvre (1985) « La Bataille socialiste Says:

    […] Ma vie n’est pas très intéressante tu sais ! »: voilà commence un entretien avec René Lefeuvre. Modestie caractéristique de ces intellectuels ouvriers qui ont en dépôt une part de la mémoire […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :