Marty-Capgras (1898-1963)

Andrée Marty-Capgras

Militante socialiste et féministe (au Comité national des Femmes socialistes à partir de 1932), elle participe à la reconstruction de la Bataille socialiste derrière J. Zyromski après la scission interne de la GR en 1935. Avant le congrès de Royan elle publie une tribune dans Le Populaire demandant que « la question (des sanctions contre la GR) soit reconsidérée et que, par une large amnistie, par exemple, les militants soient assez conscients des nécessités de l’heure pour renforcer la cohésion de notre parti et opérer son redressement« 

En 1938 elle est très sévère pour les socialistes munichois. Elle est une des animatrices du Mouvement des femmes socialistes. Pendant la guerre elle participe au réseau de renseignements du Musée de l’Homme et à la reconstruction d’un appareil clandestin du PS avec Amédée Dunois. Membre du Comité directeur de la SFIO de 1944 à 1946, du courant unitaire qui, autour de la 2° Bataille socialiste, va être exclu et participe  au Parti socialiste unitaire, elle est caractéristique des sympathies communistes qui s’affirment dans une partie de la gauche socialiste à l’issue de la guerre. Elle collabore à Action et (brièvement) à Franc-Tireur, rejoint Libération en 1948 (y tenant  le billet : Si toutes les femmes du monde). Elle milite à l’Union des femmes françaises et signe le Manifeste des 121 en 1960.

TEXTES:

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :