Nicod (1881-1950)

René Nicod

Secrétaire fédéral SFIO de l’Ain depuis 1912, il écrit publiquement en octobre 1914 à E. Vaillant pour dénoncer l’Union sacrée [lettre reproduite dans Rosmer/Le mouvement ouvrier pendant la guerre, t.1]. Mobilisé, il perd l’usage de sa main gauche à la guerre. Elu député-maire d’Oyonnax en 1919, il suit la majorité à Tours et devient PCF.

Dénonçant publiquement le pacte germano-soviétique, votant contre les pleins pouvoirs à Pétain, il est incarcéré pendant toute la guerre. Il rejoint le Front national à la Libération mais le PCF refusant sa réintégration en 1945, il adhère à la SFIO et retrouve ses mandats électifs locaux (maire et conseiller général d’Oyonnax).

Textes:

Une Réponse to “Nicod (1881-1950)”

  1. Rapport de la Fédération socialiste de la Haute-Vienne (1915) « La Bataille socialiste Says:

    […] suivie jusqu’alors depuis près de dix mois (seules quelques rares voix, comme celle de René Nicod à la conférence du 7 février 1915, s’étaient jusque là exprimées), minorité qui finira […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :