1905-10 Lettre à Henriette Roland-Holst [Luxemburg]

Friedenau,2 X 05

Ma chère Henriette,

Je m’empresse de répondre à tes questions, d’autant plus que je salue avec joie la seconde édition de ton livre. Je suis tout à fait d’accord avec toi pour dire que la résolution de Bebel envisage la question de la grève de masse avec beaucoup d’étroitesse et de platitude. Lorsqu’elle nous a été communiquée à Iéna, certains d’entre nous ont décidé de la combattre dans la discussion pour faire en sorte que la grève de masse ne soit pas considérée comme un remède mécanique à appliquer dans la défensive  politique mais comme une forme élémentaire de révolution. Mais le discours de Bebel a donné dès le début une autre orientation à la chose et plus encore l’attitude des opportunistes (Heine, etc.). Comme cela s’est souvent produit, nous nous sommes vus contraints, nous autres « extrême gauche », de ne pas nous opposer à Bebel, malgré des divergences importantes, mais de lutter avec lui contre les opportunistes. Intervenir directement dans la discussion à Iéna contre la résolution de Bebel aurait été de notre part une faute tactique. Il était bien plus important de confédérer par la discussion, où nous apparaissions solidaires de Bebel, une teinture révolutionnaire à sa résolution, et nous y sommes parvenus, même si le compte rendu du journal n’en donne qu’une faible aperçu. Dans la discussion, la grève de masse a bien été considérée comme une forme de la lutte de masse révolutionnaire, même par Bebel et peut-être à son insu, et le spectre de la révolution a nettement dominé l’ensemble des débats et du Congrès. Les opportunistes eux-mêmes ont souligné le fait en jouant les Cassandre pour nous mettre en garde contre la conséquence inévitable de la nouvelle tactique, la révolution sanglante,. Ce résultat était de nature à nous satisfaire pleinement sur la plan tactique. Les résolutions des congrès n’ont de toute façon jamais pour but d’épuiser une question sur le plan théorique ou de la formuler définitivement, elles ont pour seul objectif d’insuffler des mots d’ordre politiques à la vie du parti. C’est ce qu’ont fait la résolution de Bebel et les débats, et maintenant ce mot d’ordre doit bien sûr déclencher le mécanisme de sa logique propre étayé en cela par la poursuite de la discussion dans la presse. Voilà l’aspect « ésotérique » de l’affaire. Quant à l’aspect seconde édition, je ne vois pas, pour ma part du moins pourquoi tu ne le ferais pas. Au contraire, cela me fera même plaisir, car – pour être franche – je reprochais à ton livre, par ailleurs excellent, d’être trop formaliste lorsqu’il présente la grève de masse comme un moyen défensif, de trop insister par conséquent sur l’aspect de l' »organisation et de la discipline et de beaucoup trop peu souligner le processus historique d’accroissement des contradictions de classe comme conditionnant la grève de masse en tant que phénomène élémentaire. Quoi qu’il en soit, j’ai l’intention d’écrire à l’occasion un article sans équivoque sur les débats et la résolution de Iéna.

Enfin, en ce qui concerne le compte rendu du Vorwärts, je te conseille d’y renoncer, malgré l’insistance de Wallfisch. L’organe central ne mérite nullement d’être encore glorifié dans la seconde édition de ton livre. Et même les lecteurs se lasseront de la polémique contre cet insipide compte rendu du Vorwärts.

Dans l’ensemble, nous pouvons nous déclarer très satisfaits de Iéna. L’essentiel: la masse du parti est animée d’une excellente combativité et c’est là tout ce qu’on peut atteindre en morte-saison politique. Le reste, c’est la situation révolutionnaire qui l’apporte et elle ne doit pas tarder à se manifester à plus ou moins brève échéance. Écris-moi bien vite et sois comme nous en bonne forme. Amitiés à toi et à ton mari ainsi qu’à Hermann, Pannekoek et aux Mendel.

Ta Rosa

Publicités

2 Réponses to “1905-10 Lettre à Henriette Roland-Holst [Luxemburg]”

  1. From the archive of struggle no.44 « Poumista Says:

    […] Congrès du Stuttgart (1898) * Rosa Luxemburg: Que Guesde nous aide donc ! (1901) * Rosa Luxemburg: Lettre à Henriette Roland-Holst (1905) * Rosa Luxemburg: Lettre à la rédaction du Social-démocrate de Copenhague (1913) * Rosa […]

    J'aime

  2. From the archive of struggle no.47 « Poumista Says:

    […] (1955) * Amadeo Bordiga: Le marxisme face à l’Église et à l’État (1949) * Rosa Luxemburg: Lettre à Henriette Roland-Holst (1905) * Rosa Luxemburg: Que Guesde nous aide donc ! (1901) * Rosa Luxemburg: Lettre à la […]

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :