1908-05 L’abstention électorale [Vérecque]

Article de Charles Vérecque paru dans Le Socialisme du 3 mai 1908

Les anarchistes ont, en ce moment, du pain sur la planche. Les élections municipales leur procurent l’occasion de dauber sur le parti socialiste et de préconiser l’abstention électorale. A ce cheval de bataille, ils n’ont jamais renoncé et ils ne montent dessus que pour frapper uniquement sur les socialistes, sur les votards que nous sommes et entendons rester. Les avez-vous déjà rencontrés dans une réunion bourgeoise demandant aux auditeurs de ne pas voter ? Ce n’est que dans les réunions socialistes qu’ils se présentent, qu’ils viennent opérer et qu’ils recommandent avec force aux travailleurs qui nous écoutent et que nous éduquons, de mettre de côté le bulletin de vote. Mais laissons cette particularité trop connue.

L’abstention électorale se comprenait avant la révolution de 1848. Avant cette époque les travailleurs n’avaient pas de droits politiques : ils ne pouvaient voter. L’abstention était obligatoire pour eux : elle leur était imposée par la bourgeoisie dominante et votante. Mais depuis ? Depuis, avec la révolution de 1848, les ouvriers ont acquis le droit de vote : ils peuvent exprimer leur opinion, imposer leur volonté. Qu’ils n’aient pas, jusqu’à ce jour, voté tous comme le leur commandaient leurs intérêts, je n’en disconviens pas. Dans la pratique du suffrage universel, il faut de l’apprentissage et de l’éducation, choses qu’enseignent les socialistes à la classe ouvrière. Ce qui importe, c’est que les travailleurs ont le droit de voter et qu’ils peuvent ou devraient pouvoir se servir de ce droit.

Les apôtres de l’abstention électorale sont les complices volontaires ou non de la bourgeoisie : ils font simplement le jeu de cette dernière. En engageant les travailleurs à ne pas voter, on permet à la bourgeoisie de demeurer maîtresse de la situation qu’elle occupe et de laquelle il faut absolument la déloger. En ne votant pas, les travailleurs laissent la bourgeoisie en possession de toutes les fonctions électives, de toutes les assemblées et de l’Etat ; elle dispose alors de la liberté de faire des lois, de prendre des décisions qui consolident sa domination, qui servent ses intérêts et tiennent en tutelle la classe ouvrière. Ce sont les travailleurs qui subissent les conséquences de cette situation-là et ceux qui ne votent pas ne peuvent s’en plaindre car ils n’ont rien voulu tenter pour la modifier ou la changer.

C’est la bourgeoisie qui lance ses gendarmes et ses soldats contre la classe ouvrière ; c’est la bourgeoisie qui la persécute, l’emprisonne et la massacre. De toute cela l’on est responsable si on n’essaie pas, avec le suffrage universel, comme avec tous les autres moyens appropriés, de paralyser les efforts de la bourgeoisie et de rendre plus consciente et plus puissante la classe ouvrière.

Il faut, en tout cas, de l’audace ou de la stupidité pour dire à la classe ouvrière de s’abstenir de prendre part aux différents scrutins. La classe ouvrière n’a pas encore su, dans son ensemble, voter et les anarchistes lui demandent de ne pas voter. Son vote ne s’est exercé qu’en faveur de la bourgeoisie, à peu d’exceptions près, et l’on devrait toujours lui dire, ce que font les socialistes, qu’elle doit désormais ne voter que pour elle. Si la classe ouvrière avait voté pour elle, pour elle seule, et n’avait rien fait que pour elle, la question se poserait différemment. Mais c’est parce que la classe ouvrière n’a pas encore voté pour elle qu’on est coupable de lui prêcher l’abstention électorale.

Un parti qui ne vote pas est un parti qui s’annule lui-même ; il délaisse un moyen d’action qui peut le faire connaître et le rendre influent. Le parti socialiste, qui est un parti d’action et qui ne néglige rien de ce qui peut être utile à la classe ouvrière, se sert de son bulletin de vote en lui donnant la valeur spécifique à laquelle il a droit. Ce faisant, il sait qu’il aboutit à l’affaiblissement de la bourgeoisie – et cela lui suffit.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :