1914-12 Lettre à Kollontaï [Lénine]

A A. M. KOLLONTAI

Chère et respectée camarade, je vous suis très reconnaissant de m’avoir envoyé le tract ( pour le moment, je peux seulement le transmettre aux membres de la rédaction de la Rabotnitsa qui se trouvent ici ; elles ont déjà envoyé une lettre à Zetkin, dont le contenu est probablement semblable à la vôtre), et de votre proposition de nous envoyer pour l’O[rgane] C[entral] des informations sur l’Angleterre. Je suis en correspondance avec le camarade de Londres (M. Litvinoff), qui représente le CC de notre Parti au Bureau Socialiste International. Mais, bien entendu, plus nous aurons de contacts avec les représentants de l’aile gauche de l’Internationale, et mieux cela vaudra. Je suis pleinement d’accord avec vous quand vous dites que ces représentants doivent se rapprocher davantage les uns des autres, entretenir des rapports plus étroits. Et c’est justement pour cette raison que je me permettrai de profiter de votre aimable lettre pour poursuivre la conversation que vous avez commencée.

Apparemment, vous n’êtes pas tout à fait d’accord avec le mot d’ordre de guerre civile, auquel vous attribuez, pour ainsi dire, un rôle subordonné (et peut-être même, conditionnel), après le mot d’ordre de paix. Et vous soulignez qu’il « nous faut mettre en avant un mot d’ordre qui unisse tout le monde ». Je dirai franchement que ce que je crains par-dessus tout en ce moment, c’est cette tendance à l’unification en bloc, dont j’ai la conviction qu’elle est la chose la plus dangereuse et la plus nuisible pour le prolétariat. Ne voilà- t-il pas Kautsky qui a déjà imaginé dans Neue Zeit une théorie ultra-« unificatrice », qu’… [*].

Note:

* Le manuscrit s’arrête là.

Rédigé entre le 28 novembre et le 8 décembre 1914. Conforme au manuscrit. Expédié de Berne à Christiania. Publié pour  la première foie en 1924, dans le Recueil Lénine II

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :