1931 La suppression de la crise [Rühle]

(6 dernières pages du livre Le capitalisme mondial ou vers le capitalisme d’Etat écrit par Otto Rühle sous le nom de “Carl Steuerman” en 1931, publié en traduction française en 1932)

La suppression de la crise n’est pas un problème de rationalisation, d’organisation, de production, de crédits, c’est uniquement et seulement un problème de vente. Et résoudre le problème de la vente est, dans le monde capitaliste, résoudre le problème des besoins. Tu as faim ? Tu as besoin de pain ? Prends-en donc ! – Mais, halte-là ! Tu dois l’acheter. Le pain n’est pas fait pour les affamés, il est pour ceux qui ont de l’argent pour l’acheter. Pouvoir acheter et avoir faim, ce n’est pas toujours la même chose ! L’achat et le besoin ne coïncident pas nécessairement. La vente est une partie de l’économie capitaliste, mais un acte dans le processus économique qu’on peut supprimer en imagination. On peut même l’éliminer en pratique. Alors, ne restent que la production et la consommation. Elles suffisent à l’homme. Pour l’affamé, il suffit que le pain soit cuit; il se chargera de le digérer. II renoncera volontiers à l’acheter, à l’échanger contre un autre produit ou contre de l’argent. Et tous les millions d’hommes qui sont sans argent, tous les chômeurs, tous les mal salariés, tous les congédies, tous les inutiles, tous ceux qui out faim, mais n’ont pas d’argent pour s’acheter du pain, renoncent volontiers à l’acte économique qui s’appelle l’achat et à cet acte intermédiaire dans la circulation économique, qui s’appelle la vente. Ils se contentent de la production et de la satisfaction des besoins. Ils ne demandent pas l’aumône. Ils ne veulent pas de cadeaux. Ce qu’ils veulent, c’est seulement que l’économie revienne à son rôle primitif qui est d’approvisionner en biens tous les hommes, Ils veulent échanger du pain, contre du travail. Aujourd’hui on les prive de travail et on leur demande de l’argent pour du pain ; et comme ils n’ont pas d’argent, on ne leur donne pas de pain. Mais si l’argent qui est aujourd’hui entre le producteur et le consommateur disparaît du processus d’échange, le produit du travail appartiendra au producteur. Celui-ci deviendra consommateur sur la base de son travail. C’est ce qu’on appelle l’économie destinée à la satisfaction des besoins. Cette économie simplifie le ravitaillement des hommes en biens. Bien plus : c’est elle seulement qui rend ce ravitaillement possible, car, grâce a elle, le fait de se pourvoir en biens devient indépendant de la situation du marché, du prix, du pouvoir d’achat et de la capacité de paiement. Elle libère les marchandises de leurs chaînes d’argent; elle apporte au consommateur les marchandises invendables pour l’un et inachetables pour l’autre. Elle décongestionne les marchés et les magasins, elle favorise la reprise de la production. Par là, elle diminue l’armée des chômeurs, elle retransfornie les receveurs d’aumône et les rentiers de la faim en producteurs; elle écarte la crise. Cette forme d’économie réalise le salut de l’humanité. Et voilà qu’on se creuse la tête et qu’on se fatigue le cerveau pour trouver le moyen de faire disparaître la crise. On écrit des livres et on prononce des discours. Les gens les plus intelligents inventent des systèmes très profonds. Les hommes d’Etat siègent dans des conférences interminables. Les ministres voyagent par les voies terrestres et aériennes, parcourant le monde à la recherche des emprunts, tout cela en vain. La crise ne cède pas et elle semble insurmontable.

Et voici qu’un homme se lève, prend l’oeuf et le pose debout sur la table. L’oeuf de Colomb. On écarte la crise en introduisant l’économie destinée à la satisfaction des besoins à la place de l’économe capitaliste des marchandises et de l’argent. Que c’est simple !

Mais le plus simple est aussi le plus difficile. Le problème du débit comprend le problème de la propriété, et il n’est pas possible de résoudre l’un sans l’autre. Celui-ci est incarné par les capitalistes, les possesseurs de la propriété privée et des moyens de production ; il est incarné aussi dans le cercle des maîtres de monopoles qui règnent sur les trusts et les konzerns ; il est incarné par les fabriques, les banques, les hauts fourneaux, les mines, les bateaux marchands, les plantations, le marché mondial que domine l’Amérique, la richesse des colonies qui afflue en Angleterre, le trésor gardé par la France. Les capitalistes tiennent à leurs possessions. Ils ne rendent pas leurs titres de propriété. Ils insistent à ne faire parvenir les biens au consommateur que par la voie du marché, au moyen de l’achat contre argent, car cette voie du débit est la voie qui leur procure le profit. C’est dans la marchandise que se trouve le profit, et ce profit, il faut qu’il aille dans leurs poches, c’est pourquoi il doit se transformer en argent grâce à l’achat.

La propriété privée des moyens de production rend donc insoluble le problème du débit. Elle rend également impossible une solution du problème de la crise. A cause d’elle, le problème du chômage, le problème des salaires, le problème des cartels, tout le problème social ne trouve pas de solution. La propriété privée plonge l’humanité dans la misère la plus profonde et elle l’empêche même de sortir de cette misère.

Mais la propriété privée ne frappe pas seulement de détresse ceux qui ne possèdent rien ; elle se venge aussi de ses possesseurs. Si, en produisant, ceux-ci ne pensaient qu’à faire face aux besoins des hommes, ils devraient d’emblée renoncer aux profits, mais ils ne le veulent pas. Ils produisent des marchandises pour obtenir des profits par la voie du débit et de l’achat. Mais la crise éclate et le débit s’arrête, la marchandise ne se vend pas, et le profit ne peut pas être réalisé. En vain, le capitaliste espère-t-il son profit. Maintenant ni l’un ni l’autre n’ont rien : le consommateur n’a pas de marchandises, et le capitaliste n’a pas de profits. Et, des deux cotes, le nombre de ceux qui n’ont rien augmente sans cesse. L’armée des millions d’hommes qui ne peuvent rien acheter s’accroît, mais l’armée de ceux qui ne peuvent rien vendre s’accroît aussi. Les uns souffrent de la pénurie, les autres de la pléthore. Les uns ont besoin de marchandises. les autres d’acheteurs. Les uns aimeraient faire face à leurs besoins de biens, les autres, à leur besoin de profits et ni les uns ni les autres n’y trouvent leur compte. L’économie des marchandises les abandonne à leur sort. Le capitalisme fait faillite.

Les prolétaires comprennent cela, car ils le sentent dans leur chair. Les capitalistes aussi le comprennent, ils le sentent à leurs bourses. Ils reconnaissent que capitalisme d’Etat n’est qu’une solution de misère, un pis aller, qu’il est simplement une prolongation d’existence, non une guérison. Ils se rendent compte il n’y a pas d’issue dans la « défense nationale » et l’autarchie. Ils comprennent que même la puissante coalition du capital mondial ne peut pas les sauver de la perte finale, car cette puissance mondiale non plus peut pas résoudre le problème du débit. Aucun pas en arrière, aucun pas de côté n’apporte de soulagement. Seul un pas en avant, seule une transformation fondamentale de la structure économique peut aider ; seul le passage de l’économie des marchandises, le passage de l’économie des marchandises, de l’achat et de l’argent, à l’économie destinée a la satisfaction des besoins, car seule, cette économie peut relever le niveau de la production, puisque seule elle mesure la production non par la conjoncture du marché et par le pouvoir d’achat, mais d’après les besoins.

Il est vrai que pour adapter la production à la mesure des besoins, il faut que cette nouvelle forme de l’économie puisse disposer des moyens de production. De là, la nécessité de mettre les moyens de production entre les mains de la communauté. Pour que tous les consommateurs qui veulent échanger du travail contre du pain puissent en même temps devenir des producteurs, il faut que les moyens de production soient arrachés aux maîtres des monopoles qui, pour garder le profit, empêchent aujourd’hui les masses de travailler et leur refusent des biens, et qu’ils soient transmis aux producteurs. C’est seulement quand tout le monde sera devenu possesseur des moyens de production, que tout le monde pourra produire pour satisfaire les besoins de tout le monde. Alors sera établie l’unité de la production, de la propriété et de la satisfaction des besoins. Le système du collectivisme sera constitué.

Nous ignorons de quelle manière les hommes résoudront ce problème. Peut-être les uns feront-ils une révolution. Peut-être les autres feront-ils une guerre mondiale. Peut-être faudra-t-il pour cela encore beaucoup de révolutions et beaucoup de guerres. « Une formation sociale ne disparaît jamais avant que toutes les forces productives pour lesquelles elle est assez vaste soient développées ; et les rapports de production nouveaux et d’un degré supérieur ne la remplacent jamais avant que leurs conditions matérielles d’existence aient mûri au sein de la société ancienne. C’est pourquoi l’humanité ne se pose que des problèmes qu’elle peut résoudre. »

Le 4 août 1931.

Publicités

Une Réponse to “1931 La suppression de la crise [Rühle]”

  1. Crise économique [extrait] (Rühle, 1931) « La Bataille socialiste Says:

    […] Autre extrait précédemment publié sur notre site: La suppression de la crise. […]

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :